jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

519 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 janv. 2015

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

JEAN-EUDES : 2ième audition de son père par un gendarrme de Fronton (D150)

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après l'audition par l'adjudant Huot du 17 octbre 2008 et la disparition de l'enquête de Huot le 21 octobre (raison officielle de le gendarmerie = maladie), j'avais demandé un complément d'audition à l'adjudant Cardona, l'adjoint à Huot, de me donner un RV pour cette 2ième audition, ce qui a été fait . Toutefois c'est un gendarme qui m'a reçu et n'a pas joint des documents importants que je lui avais apporté.

Audition D150 :

Le mardi 28 octobre 2008 à 09 heures 50 minutes


Nous soussigné PUECH, Alain, Agent de Police Judiciaire en résidence à FRONTON
Sous le contrôle de : Lieutenant MALBRANCQ, Officier de Police Judiciaire en résidence à TOULOUSE
Vu les articles 20, 21-1 et 75 à 78 du Code de Procédure Pénale
Nous trouvant au bureau de notre unité à FRONTON 31620, rapportons les opérations suivantes :
LOMBARD Jean
Entendons la personne dénommée ci-dessus qui nous déclare :


Je suis le père de LOMBARD, Jean Eudes.


Je tiens à apporter quelques précisions et vous authentifier des courriers que j'ai adressés par
voie chronopost et recommandé datés du 18 — 20 et 21 octobre 2008.


Je vous remet ce jour les photocopies de ces courriers que vous avez contresigné avec moi soit
un total de 10 pages.


Je précisé qu' une erreur a été glissé sur le nom du propriétaire de la maison garde barrière à
savoir DOUTRES et non DOUSTRES .


Mon fils avait avait l' habitUde après de la travail vers 18 heures de faire des ballades autour de
TOULOUSE.


Chez lui j'ai retrouvé un guide de randonnée autour de TOULOUSE où n'était pas mentionné la
balade de SAINT RUSTICE (CANAL écluse d'emballens ).


Etant employé chez Mercator océan depuis 01 an I il avait effectué toutes les balades contenues
dans son guide (autour de TOULOUSE et environ).


Le week-end du 27 et 28 Septembre il avait programmé avec des copains d'effectuer une grosse
randonnée dans les pyrénées.


Pour cette rando il avait acheté un duvet spécial montagne le mardi 23 Septembre 2008 chez
Decathlon.


Le jeudi 25 septembre 2008 mon fils Jean a échangé un SMS avait son copain de rando Pierre
BONDET (déjà entendu par vos services) et ont mangé un sandwich à midi dehors au soleil plutôt que
d'aller à la cantine du CNES. Ils ont discuté de la rando du week end qu'ils allaient effectuer.
Mon fils était habillé d'une polaire que je connaissais ainsi que d'un vêtement chaud (tee shi rt de
peau) de marque NORTH RACE.


Je pense qu'il était habillé chaud pour tester ses vêtements car il était un peu tard le jour des faits
et il faisait frais.


Pierre son ami m'a adressé un mail m'informant que les jours avant il faisait froid la nuit et le
matin.


Il a pu rester assez tard dans le coin pour vérifier s'il faisait froid.


J'ai constaté dans les mêmes conditions entre 20 H et 21 h 30 qu'une barge était amarrée sur le
canal en direction de POMPIGNAN à l'aide de deux câbles qui sont tendus sur trois mètres de long à 10
cm du sol et ce qui aurait pu provoquer sa chute et de ce fait détourner son itinéraire pour ne pas à
avoir à sauter le tas de bambou qui se trouve entre le canal et la propriété de Monsieur DOUTRES.
Donc l'aurait inciter à contourner la maison du garde barrière et longer la voie ferrée sur 50 m pour
récupérer la route et retrouver sa voiture.

J'ai constaté qu'un halogène équipé d'un détecteur de présence est installé à l'angle de la maison
du garde barrière et qui se déclenche à une distance a très importante même en passant le long du
canal .


Je connais très bien mon fils depuis tout petit pour l'avoir notamment accompagné dans les
compétitions nationale de tennis de table entre 10 et 13 ans (à noter qu'il a été trois fois champion
d'Auvergne — voit photo jointe)


D'autre part il était excellent en snowboard et faisait d'énormes sauts et avait d'excellents réflexes
voir photo de snowboard à 16 ans .


Ce qui m'amène à penser qu'il n'est pas tombé seul sur les voie étant donné que même la nuit il y a
une lumière diffuse qui éclaire le ballast et les voies. (éclairage public ??)


D'autre part nous avons vérifié le sens du vent par un site Internet et je suis sceptique à ce que le
chien du garde barrière n'est pas senti le corps de mon fils sur la voie car le vent soufflait ce jour là vers
la maison du garde barrière (voir document joint)


A FRONTON 31620, le 28 octobre 2008 à 11 heures 16, lecture faite par moi des renseignements
d'état civil et de la déclaration ci-dessus, j'y persiste et n'ai rien à changer, à y ajouter ou à y retrancher.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt