jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

519 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 déc. 2014

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

JEAN-EUDES : Il faut faire tomber le "parrain" Baylet

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je sais, il fait peur à tout le monde, c'est la caractéristique du parrain. voilà pourquoi médiapart refuse de m'écrire un article, Plenel a peur de s'affronter à Baylet .... à moins que ...

J'en suis sur.

Si Baylet tombe avec sa clique de mafieux Toulousains et Tarn-et-Garonnais, beaucoup de magouilles et crimes commis depuis des années sortent au grand jour.

Il a à sa botte toute la région de Montauban et de Toulouse.

Le pouvoir démesuré de Jean-Michel Baylet sur Toulouse et le Tarn et Garonne commence à se fissurer.

Je m'en doutais depuis longtemps, mais là c'est criant.

Malheureusement Jean-Eudes est tombé dans leurs griffes. Je suis sur que Baylet était à la manoeuvre pour étouffer l'enquête sur la mort de Jean-Eudes, il a des "serviteurs" partout :

- justice : vice-procureur Boyer

- gendarmerie : adjt Bégué de la BR de Toulouse (originaire de Castesarrasin, fief de Baylet -conseil général du Tarn-et-Garonne - ).

- Maire de St Rustice : Aussel ( PS ) proche du Tarn-et-Garonne

- Adjt Cardona de Fronton proche du Tarn-et-Garonne

- Doutres le retraité SNCF du PN180 ( écluse d'embalens ) originaire du Tarn et Garonne (Castelsarrasin )

- Frédéric Abéla  journaliste de la dépèche du midi

...etc  et voilà comment on peut tuer en toute impunité et ensuite étouffer l'affaire.

_____________________________

Voir mes commentaires à la fin de ces 2 billets ( articles sur Collin le tombeur de Baylet au Sénat, Baylet et le PRG ).

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean63/101214/jean-eudes-une-seule-chaussure-bizaremment-perpendiculaire-au-rail-rituel

http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-mauduit/091214/la-depeche-du-midi-ou-l-art-du-journalisme-couche

et cet article :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-tombeur-de-baylet-au-senat-vise-par-une-enquete-pour-corruption-08-10-2014-4197435.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.google.fr%2Furl%3Fsa%3Dt%24rct%3Dj%24q%3D%24esrc%3Ds%24source%3Dweb%24cd%3D13%24ved%3D0CDcQFjACOAo%24url%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Ffaits-divers%252Fle-tombeur-de-baylet-au-senat-vise-par-une-enquete-pour-corruption-08-10-2014-4197435.php%24ei%3DfTKKVOTIDcv3Uv69g7gH%24usg%3DAFQjCNF2fC5LY23hBOkjLHO5k_-YJjlT1A

Il est celui qui, à gauche, a fait perdre à Jean-Michel Baylet, patron de la Dépêche du Midi et président (PRG) du conseil général du Tarn-et-Garonne, son siège de sénateur, lors des dernières élections le 28 septembre.

Baylet sur le fil du rasoir après sa défaite aux sénatoriales

 Selon nos informations, le nom d'Yvon Collin, 70 ans, candidat dissident PRG fraîchement réélu sénateur, est cité dans une information judiciaire ouverte au tribunal de Lyon (Rhône) pour «corruption active et passive contre X». Ancien maire de Caussade (Tarn-et-Garonne), il est soupçonné d'avoir reçu la somme de 40.000 € contre l'obtention d'un emploi au conseil général pour le neveu d'un militant du PRG de Montauban.
«En mars 2010, alors qu'on préparait les élections régionales j'ai pris contact avec le sénateur PRG Yvon Collin pour lui proposer de financer les frais de cette élection en donnant 40 000 € contre un emploi de catégorie C pour mon neveu qui n'est pas très motivé par les études», écrivait Jean-Pierre Gonzatti, 65 ans, un ex-fonctionnaire du bureau de la réglementation de la préfecture du Tarn-et-Garonne. Une lettre adressée au vénérable de la loge maçonnique Parfaite Union du Grand Orient de France, très influente à Montauban.
En guise d'emploi, le jeune homme de 18 ans tout juste se verra proposer un modeste poste de gardien au musée Ingres à Montauban. Une déception pour la famille Gonzatti qui dans une autre lettre faisait part de son mécontentement : «Yvon Collin a vendu un emploi bien défini ainsi qu'une date d'embauche bien définie tout ceci pour le prix de quarante mille euros qu'il a demandé en billets de banque».
Seulement voilà, ces courriers sont parvenus sur le bureau du procureur de Montauban en novembre 2012. Et en 2013, Marie-Alix Cabot-Chaumeton, le procureur de Montauban, a demandé la délocalisation de cette procédure comme la règle le veut lorsqu'une «personne en raison de sa qualité peut avoir des contacts privilégiés au sein de la juridiction», explique la magistrate.
Elle a alors transmis une requête de dessaisissement et la cour de cassation a désigné le parquet de Lyon pour instruire cette affaire. Une juge d'instruction, Florence Laréal, est en charge du dossier. Une seconde juge d'instruction a été désignée au cours de l'été pour prendre le relais. «Les investigations se poursuivent et l'information suit son cours», confirme une source judiciaire. Aucune mise en examen n'a été prononcée pour l'instant. C'est la police judiciaire de Toulouse qui est chargée de l'enquête.
Au mois d'avril, des perquisitions ont été effectuées chez le corrupteur présumé et une seconde série au mois de juin. Mais depuis, Jean-Pierre Gonzatti, que nous avons joint, se rétracte : «J'ai fait beaucoup de bêtises. J'ai écrit cela pour faire plaisir à ma mère. J'ai écrit beaucoup de bêtises. J'en prends la responsabilité et je m'en veux. Je suis un grand malade». Ce retournement de situation intrigue encore plus les enquêteurs d'autant que c'est Jean-Pierre Gonzatti qui a écrit au procureur le 19 novembre 2012 pour dénoncer les faits au titre de l'obligation faite à un fonctionnaire de dénoncer des faits délictueux dont il a connaissance.

Yvon Collin : «Je n'ai rien à me reprocher»


«Je connais Jean-Pierre Gonzatti depuis mon enfance. On était à la même école. Je faisais de la lutte, il a fait de la lutte. Je suis rentré au Parti radical de gauche, il a adhéré au PRG. Je n'arrive pas à le haïr. Il fait partie de ma famille. Il a accompagné ma vie car je m'en suis occupé comme un frère de lait. Nous étions cinq frères à la maison et ma mère le prenait sous son aile. Il était comme le sixième enfant de la famille. Cette affaire est rocambolesque et tout cela est faux à l'évidence», témoigne très sereinement Yvon Collin qui avoue «dormir tranquille» et dément avoir touché «le moindre centime». «M. Gonzatti,chacun le sait est un peu perturbé, a fait croire à sa mère malade qu'il rédigeait cette lettre pour ce neveu». «C'est kafkaien ! Il m'a dit qu'il avait fait une grosse c... Mais je n'ai jamais été entendu ni convoqué par les autorités judiciaires. Je me tiens à leur disposition. Mais même la tête sur le billot, je n'ai rien à me reprocher !», s'émeut le sénateur Collin à l'accent du Sud-Ouest qui soupçonne derrière cette affaire la main d'une vengeance politique «dégueulasse» de son ancien ami politique. «On peut toujours fouiller partout personne ne trouvera dans tout le Tarn-et-Garonne la moindre prévarication de ma part», jure le sénateur stupéfait que ces lettres aient trouvé une suite judiciaire. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac