JEAN-EUDES : LA BALAFRE AU NIVEAU DU COEUR PAS SIGNALEE PAR LE MEDECIN LEGISTE

C'est le summum des découvertes.

C'est en regardant de plus près sur une des photos de très mauvaise qualité faites par le médecin légiste lors du 2ième examen de corps le 17 novembre 2008, que nous avons découvert avec mon amie Francine, une balafre très nette au niveau du coeur d'une trentaine de centimètres ou plus.

La photo (pour étre crédible puisque mes détracteurs qui m'accusent de complotisme et ne croient que s'ils voient et encore) .. désolé je la mets.

Ce n'est pas par hasard qu'on nous met une photo aussi mauvaise à l'ère du numérique..... malgré la tentative de laisser se dégrader le corps en le laissant se putréfier, il s'est avéré que l'entaille verticale (légèrement en biais) au niveau du coeur se voyait trop lors du 2ième examen de corps le 17 novembre 2008.

Photo corps avec balafre Photo corps avec balafre

 

 


polo-the-north-color.bmp

On voit très bien que le côté gauche du polo ne comporte pas cette entaille. Le logo The North Face est situé exactement à l'endroit de l'entaille et du coeur, en haut à gauche  ....


"Emmanuel Valls, peut-être pressé par le calendrier ou Les enquêteurs, le médecin légiste et les magistrats trompé par ses leurs maîtres qui croyaient que l’anesthésie était totale et que les français je dormaients profondément, a voulu foncer bille en tête. Malheureusement pour lui, le sommeil n’était qu’artificiel. Ce qu’il croyait être une anesthésie n’était qu’un état d’hypnose. Or ce qui caractérise l’hypnose c’est d’abord le fait que le sujet est complice et « joue le jeu » pour aboutir à l’endormissement, faisant entièrement confiance à l’hypnotiseur. Inconsciemment, il sait donc que tout ce qui est dit pendant la séance n’est pas vrai, mais fait semblant d’y croire et finit peu à peu par y croire. Si la confiance est brisée, c’est le réveil."

 

Je pense n'avoir jamais été en état d'hypnose et avoir détecté rapidement qu'on nous mentait et on nous manipulait.


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.