jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

519 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 avr. 2016

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

La dame témoin de l'arrivée de l'homme à la veste à l'écluse, confirme son témoignage

Je suis la personne qui a vu arriver la 205 Peugeot rouge immatriculée 63 (Puy-de-Dôme) de son fils, Jean Eudes, agê de 24 ans, le jeudi 25 septembre 2008 vers 18h30 - 19 heures. J'ai été très attentive car je suis moi-même originaire de la région de Clermont Ferrand où j'ai habité étant adolescente j'ai bien observé cette voiture immatriculée 63 et son conducteur qui était seul.

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame Marie José P......                                                                             G.........  le 5 avril 2016

... Rue ......

....  G.......

à

Maitre de C.

Maître,

Monsieur Jean LOMBARD m'a contacté pour me demander si je ne voudrais pas témoigner dans le cadre de la demande de réouverture du dossier d'enquête criminelle sur la mort de son fils.

Je suis la personne qui a vu arriver la 205 Peugeot rouge immatriculée 63 (Puy-de-Dôme) de son fils, Jean Eudes, agê de 24 ans, le jeudi 25 septembre 2008 vers 18h30 - 19 heures. J'ai été très attentive car je suis moi-même originaire de la région de Clermont Ferrand où j'ai habité étant adolescente j'ai bien observé cette voiture immatriculée 63 et son conducteur qui était seul. J'ai pu ensuite constater que la voiture avait été contrôlée à Issoire -Puy de Dôme- (autocollant sur la vitre arrière), ville où j'ai vécu pendant des années.

En septembre 2008 j'habitais au 12 rue d'Encaulet 31 St Rustice, face à l'écluse d'embalens avec vue sur toute la zone du canal à la voie ferrée, jusqu'au passage à niveau 180, la maison garde-barrière désaffectée où habitent Mr et Mme Doutres.

Lorsque le corps d'un homme a été découvert (cadavre découpé et froid) sur la voie ferrée, peu après midi, le vendredi 26 septembre 2008, le lendemain de l'arrivée de la 205, par un conducteur de locomotive et un collègue, venant de Toulouse, j'ai pensé à la 205 qui était garée là depuis la veille au soir vers 19 heures.

C'est l'arrivée des gendarmes et des pompiers de Fronton vers 12h45 qui a attiré mon attention et celle de ma voisine. Je suis donc allé signaler aux gendarmes ce que j'avais vu la veille au soir et la présence de la 205 sur le parking ( voir mon audition, pièce D109, du dossier d'enquête m'a indiqué Mr Lombard ).

J'ai donc indiqué que j'avais vu la 205 rouge se garer tout au fond du parking de l'écluse de 15 places (j'habitais juste en face et j'étais dehors en train de fumer une cigarette depuis le départ de mon mari à 18h30 avec son fourgon pour sa tournée de livraison de médicaments nocturne dans la région Toulousaine). Le temps était exceptionnellement ensoleillé et estival pour une fin septembre et il n'y avait plus de voitures ni de promeneurs autour de l'écluse.

Un homme a garé la voiture tout au fond du partking, le plus loin possible alors que tout le parking était libre (bizaremment) est descendu de la voiture, a remonté à pieds tout le parking le long de l'écluse, dans ma direction. J'ai donc largement eu le temps de le voir, étant donné l'heure tardive et l'absence de tout véhicule sur le parking, les personnes venant s'y promener étant reparties à cette heure.

Comme je l'ai déjà indiqué aux gendarmes dans ma déposition le 26 septembre 2008, cet homme était âgé de 30 à 40 ans et portait une veste et un pantalon gris. Je ne peux pas me tromper, l'ayant vu passer à moins de 10 mètres, lorsqu'il a traversé le pont pour se diriger de l'autre côté de l'écluse d'embalens, devant chez l'éclusier qui se trouve en face.

Je confirme donc mes déclarations : ce n'était pas un jeune homme de 24 ans qui est descendu de la 205 rouge immatriculée 63 (Puy-de-dôme).

D'ailleurs les gendarmes (l'adjudant Huot dont nous connaissions le père qui venait pêcher dans le canal avec son fils) nous avait dit, à mon mari et à moi-même, qu'ils nous réentendraient, ce qui n'a pas été le cas. Mr Lombard l'a pourtant demandé aux enquêteurs, aux procureurs et aux juges, à ce qu'il nous a dit.

A ce sujet mon mari a constaté, lorsqu'il est rentré à 5 heures du matin de sa tournée, que la 205 était toujours garée au fond du parking et personne n'était à bord (ce qui aurait pu être le cas car la personne n'a été découverte sur la voie ferrée qu'à midi, et la nuit était fraiche autour de 10°C). Mon mari n'a bizarement jamais été entendu par les gendarmes. Il est prêt à témoigner à toute demande de la justice.

Il nous a semblé bizarre et invraisemblable que cette personne ait pu passer toute la soirée et la nuit entière, puis la matinée entre canal et voie ferrée pour se suicider en fin de matinée sous un train ... de plus, un corps sur la voie ferrée est forcément visible, surtout en venant de Grisolles ( mon fils prenait un TER tous les matins en provenance de Grisolles vers Toulouse ).

D'autre part, j'ai signalé à Monsieur Lombard, quelques temps plus tard, qu'une draisine était repartie de la zone de l'accident vers 15 heures en direction de St Jory, lorsque la voie 1 (côté RN20) a été réouverte à la circulation. Selon Mr Lombard qui avait eu connaissance du dossier d'enquête, un an plus tard, cette voie 1 avait été fermée à la circulation des trains commerciaux à partir à partir de 10 heures du matin entre St Jory et Pompignan, sur 4 kilomètres environ , le motif était "entretien caténaires".

Il est donc évident que cette draisine se trouvait bien dans la zone de découvertre du corps et qu'il est bizarre qu'elle n'ait pas vu ni de corps, ni de bras (sur sa voie) étant donnée la vitesse réduite d'une draisine.

Je demande donc à être entendue sur l'homme qui conduisait la 205 et sur la draisine afin d'apporter des éléments nouveaux (Monsieur Lombard m'a dit que l'enquête a conclu que c'était bien Jean Eudes Lombard - 24 ans, en polo à manches courtes - qui est arrivé au volant de sa 205 ce soir-là, ce qui ne correspond pas à mes constatations très fiables sur l'homme est passé très près de moi lorsqu'il a traversé le pont routier sur le canal pour aller de l'autre côté face à la maison de l'éclusier).

Veuillez agréer mes salutations.

Marie José P......

PS : J'ai connaissance que tout faux témoignage est réprimé par la loi.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn