JEAN-EUDES : Ceux qui tapent sur le père mais surtout ceux qui le soutiennent

Dans l'épreuve que je traverse avec ma famille depuis bientôt 6 ans j'ai pu mesurer combien les soutiens sont importants.

Je les ai trouvé ici sur médiapart au fur et à mesure des révélations du contenu du dossier.

Pour obtenir ces soutiens je conçois parfaitement que je devais apporter les preuves que le dossier d'enquête comportait énormément de dysfonctionnements graves. Ils prouvent largement que le suicide qu'on nous a imposé est un crime odieux maquillé en suicide.

Dans cette démarche de preuves j'ai pu compter sur des abonnés de médiapart exceptionnels qui m'ont aidé à rédiger un texte visant à demander la réouverture du dossier. Ce sont principalement Mohamed Sangare et Missfaff qui ont rédigé les textes des 2 billets mis en ligne lors de l'opération "médiatisation" du 1er février 2014.

Je citerai tous les autres qui ont participé activement en écrivant un billet de manière à provoquer une montée dans le tracker et faire connaitre l'affaire. Le but était aussi d'inciter médiapart à écrire un article, ce qui n'a pas été obtenu.

Depuis ce 1er février d'autres évènements sont intervenus.

Suite à celà, certains rares abonnés se sont désolidarisés de mon combat mais il me reste encore beaucoup de soutiens que je remercie chaleureusement, car grace à eux je peux continuer le combat.

Le but est de receuillir un maximum de soutiens en vue de la réouverture du dossier d'enquête (les modalités vont commencer à être réexaminées avec mon nouvel avocat).

Je vais passer en revue tous les commentaires de mes anciens billets afin de répertorier ceux des abonnés qui me soutiennent jusqu'à récemment.

Pour ceux qui ne connaitraient pas ou auraient oublié l'affaire :

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean63/010214/jean-eudes-la-famille-demande-la-reouverture-du-dossier-pour-crime

Merci Missfaff pour ce bel hommage à jean-Eudes.

LES QUELQUES PETITES CHOSES QUE JE CONNAIS DE JEAN-EUDES

JeanEudes.jpg

Photo

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.