ASSURANCES VIE : LA GRANDE ARNAQUE EN PREPARATION

ATTENTION ! ARNAQUE EN COURS PAR LES SOCIALISTES AU POUVOIR. ILS ONT VOTE AU PARLEMENT LA LOI SAPIN II mais ils en ont profité pour faire passer en catimini, la nuit, un amendement dévastateur pour les économies de millions de citoyens Français qui ont économisé toute leur vie pour mettre quelques sous de côté pour leurs vieux jours si leur retraite s'avère insuffisante.

ATTENTION ! ARNAQUE EN COURS PAR LES SOCIALISTES AU POUVOIR.

ILS ONT VOTE AU PARLEMENT LA LOI SAPIN II mais ils en ont profité pour faire passer en catimini, la nuit, un amendement dévastateur pour les économies de millions de citoyens Français qui ont économisé toute leur vie pour mettre quelques sous de côté pour leurs vieux jours si leur retraite s'avère insuffisante.

Ce matin je reçois ce mail (j'avais signé récemment la pétition suivante). 

Madame, Monsieur,

Chère amie, cher ami,

C'est une mobilisation sans précédent.

Nous sommes plus de 100 000 contre la réquisition de nos assurances vie par l'État.

MERCI du fond du coeur de votre soutien.

Ce qui devait être un amendement technique passé en catimini au milieu de la nuit se révèle être une bombe pour 15 millions d'épargnants trop attentifs aux yeux des pouvoirs publics.

Je vous rappelle que François Hollande a jusqu'à jeudi prochain 24 novembre pour saisir le Conseil Constitutionnel ou promulguer la loi qui permettra de réquisitionner votre épargne en assurance vie :

  • Sur simple décision administrative ;
  • Sans limite de durée (sauf pour les rachats anticipés —et pénalisés— dont les blocages sont limités à 6 mois) ;
  • D'un seul coup : les 1 500 milliards d'épargne en assurance vie pourront être réquisitionnés dans leur ensemble l
  • avec pour seule contrainte de "préserver la stabilité du système financier"... Ce qui est fort différent des crises systémiques qu'évoquait le gouvernement devant l'Assemblée.

Si vous n'avez pas encore signé la pétion ou si vous souhaitez relire l'argumentaire complet : cliquez ici.

 

La presse aux ordres

Notre mouvement prend une ampleur inédite malgré un silence coupable des grands médias depuis 10 jours.

Il faut chercher au fin fond des sites de presse pour trouver mention de cette loi :

  • Le Monde ne prend même pas la peine d'étudier le sujet et se contente de se demander béatement pourquoi la loi inquiète les « petits épargnants » alors qu'elle est justement faite pour les protéger et éviter un « bank run » [1] ;
  • Le Figaro n'hésite pas à donner la parole à Marie-Hélène Poirier, Directeur Juridique et Fiscal de la compagnie d'assurance Swiss Life France qui ne voit que 

    « des mesures préventives, réservées à des situations de crise financière et qui existaient d'ailleurs déjà » [2]

  • Le site Boursier.com, plus confidentiel, est aussi plus honnête et publie un "avis d'expert" d'un courtier en assurances qui, bien que lucide sur les intentions de la loi, estime que l'assurance vie "reste un support à privilégier". [3]

Pour Le Figaro et Boursier.com, un vendeur d'assurances vie est un "expert" sur le sujet.

Songeriez-vous vraiment à demander au président de McDonald's si les hamburgers-frites sont bons pour la santé ?

C'est un voile de fumée qui est dressé complaisamment devant nos yeux.

Et il est d'autant plus inadmissible que pour les initiés, le langage est tout autre.

Derrières les portes closes des "puissants" : les analyses catastrophistes 

Le service d'analyses de la banque Natixis a publié pour les clients de sa "banque de grande clientèle", ainsi qu'ils appelle leur service réservé aux grandes fortunes, une note explosive. Elle s'intitule "Quelle forme prendra la spoliation des prêteurs".

Il ne s'agit pas de savoir si il y aura spoliation, mais sous quelle forme : lente ou rapide ?  

"La spoliation lente de prêteurs consiste en des taux d'intérêt anormalement bas, obtenus par des politiques monétaires très expansionnistes. Cette spoliation lente est en place aujourd'hui.

La stratégie de spoliation lente des prêteurs s'interrompt nécessairement :

- si l'inflation revient ;
- si une récession survient.

Elle alors place à une spoliation brutale des prêteurs." [4]

Et c'est exactement le scenario que prépare l'article 49 (anciennement 21 bis) de la loi Sapin 2.

Car le "prêteur", cher lecteur, n'est pas une lointaine banque américaine ou asiatique qui viendrait se faire opportunément plumer pour la bonne cause. Le prêteur... C'est vous et moi. Ce sont bien sûr les 15 millions de détenteurs d'assurances vie mais cela concerne aussi tous les citoyens français, que vous ayez une assurance vie ou non, car c'est aussi avec l'argent de vos retraites, avec les cotisations de sécurité sociale que l'on joue. 

Bien sûr, François Hollande ne s'est pas réveillé un matin en se disant : Tiens je vais aller piquer leur épargne à ces salauds de "riches".

Le Fonds Monétaire International tirait déjà cet été les conclusions logiques des politiques monétaires destructrices menées depuis 10 ans en Occident et au Japon. [5] 

La vénérable Banque des Règlements Internationaux, plus vieille institution supra-nationale, connue pour ses réunions ennuyeuses, a finalement osé écrire sous la plume de son économiste en chef que le plus grand indicateur de contrôle du risque financier (le VIX) n'avait plus aucun fondement ni capacité à prédire le risque qu'il prétendait décrire ! [6]

La vérité cher lecteur, c'est que nous dirigeants ont construit la plus grande chaine de Ponzi — cette arnaque qui a valu 150 ans de prison à Bernard Madoff— de l'histoire de l'humanité et dont vous êtes le dernier maillon.

Je vous parlait déjà de ce risque lié à la remontée des taux d'intérêt ici si vous souhaitez plus de détails.

La vérité c'est qu'ils voudraient que vous en portiez la responsabilité sans rechigner.

Maintenant qu'ils ont détruit notre économie, ils viennent s'en prendre à nos économies, le trésor de notre épargne, les quelques sous que nous avons péniblement mis de côté pour les vieux jours et les jours mauvais.

Pensez à tous ceux qui ont travaillé avec obstination et persévérance à la sécurité de leurs familles comme à la grandeur de la France depuis des centaines d'années — souvent sans voir les résultats de leurs peines — et pour tous ceux qui se battront demain et dans les générations à venir : nous leur devons bien cela.

Alors s'il vous plaît, signez sans attendre la pétition pour demander la saisine du Conseil Constitutionnel et l'abrogation de l'article 21bis de la loi Sapin II.

Envoyez ce message à tous vos contacts, informez vos proches et vos amis de ce scandale gigantesque et encore méconnu.

Je suis convaincu que si chacun d'entre nous se mobilise ; si nous faisons masse auprès de nos représentants politiques, nous réussirons. 

 

Je vous prie de croire, madame, monsieur, en mon respectueux dévouement,

 

 

Olivier Perrin,

Le vaillant petit économiste

 

SOURCES :

 
[1] lien vers l'article du Monde

[2] lien vers l'article du Figaro 

[3] Lien vers l'article de Boursier.com

[4] Rapport de recherche de Natixis (PDF) 

[5] Article de Bruno Bertez sur la note du FMI 

[6] Article du site zerohedge sur le VIX 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.