jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

519 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 juil. 2014

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

JEAN-EUDES : Le trafic d'organes au Kosovo. Que s'est-il passé en 99-2000 ? celà s'est-ilreproduit à Toulouse en septembre 2008

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et maintenant ça vous va chère "Madame la censure" ? ce cher colonel a disparu caché derrière ses galons  ........ et pourtant .....

________________________

En 1999-2000 des dizaines de milliers de militaires se trouvaient au Kosovo envoyés par l'ONU (dont des Français).

Des exactions étaient commises sous le regard des militaires.

Ce sont les Kosovars Serbes qui ont été kidnappés par les Kosovars Albanais , emmenés en Albanie où ils étaient tués et leurs organes étaient prélevés. Ensuite les organes étaient expédié à l'étranger par avion (36 heures maximum pour les organes sauf le coeur : 4 heures).

_________________________

Le Monde Diplomatique en a parlé :

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2011-01-04-Kosovo

Enfin, les responsabilités que pointent le rapport ne concerne pas seulement M. Thaçi et les anciens dirigeants de la guérilla albanaise. Dans son livre, Mme Del Ponte explique le mur auquel elle s’est heurtée lorsqu’elle a essayé, à partir de 2000, de mener des enquêtes sur les crimes supposés de l’UCK, citant nommément le chef de la mission de l’ONU, M. Bernard Kouchner, ainsi que le général français Valentin, alors commandant en chef de la KFOR. Pour tenter d’expliquer ce blocage, elle écrit : « Je suis certaine que les responsables de la MINUK et même de la KFOR craignaient pour leur vie et pour la vie des membres de leurs missions ». Plus loin, elle ajoute : « dans l’esprit de la MINUK et de la KFOR, [M. Hashim] Thaçi et [l’ancien chef militaire de l’UCK, M. Agim] Ceku ne représentaient pas uniquement un danger pour la sécurité de leur personnel et l’accomplissement de leurs missions : ils mettaient en péril tout l’édifice du processus de paix dans les Balkans » (13).

__________________________

Coïncidence : Kouchner se trouvait au Kosovo entre 1999 et 2001 ..... l'époque des trafics d'organes dans la maison jaune ....

http://www.geostrategie.com/717/droits-de-l%E2%80%99homme-business-et-trafic-d%E2%80%99organes-au-kosovo-uck-usa-kouchner-and-co/

Au premier rang de laquelle Kouchner, récompensé de son zèle par l’octroi immédiat (juillet 1999) du poste de Haut représentant de l’ONU au Kosovo qu’il occupa jusqu’en 2001. Il semble que justement pendant cette période, d’après l’ex-procureur en chef du TPIY (Tribunal pénal international pour la Yougoslavie), Carla del Ponte, dans son livre « La chasse, moi et les criminels de guerre » (« La Caccia »), sorti la semaine dernière en Italie et écrit en collaboration avec Chuck Sudetic, un reporter du New York Times, le prélèvement d’organes sur les prisonniers serbes par la mafia albanaise du Kosovo, battait son plein…

« Les victimes privées d’un rein étaient de nouveau enfermées dans une baraque jusqu’au moment où elles étaient tuées pour d’autres organes » , précise Mme Del Ponte ; « Les dirigeants d’un niveau intermédiaire et élevé de l’UCK étaient au courant et étaient impliqués de manière active dans la contrebande des organes ».

______________

Publications et liens :

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/trafic-d-organes-au-kosovo-la-controverse-carla-del-ponte_472137.html

_____________________________

Trafic d'organes au Kosovo.

Voilà, on dispose de 36 heures pour transplanter les organes (sauf le coeur = 4 heures).

Il n'est pas utile d'être dans un lieu particulier pour prélever des organes.

Si le lieu de prélèvement est proche d'un aéroport (c'est le cas à Toulouse) celà gagne du temps.

L'info est quand même passée sur TF1 ....

https://www.youtube.com/watch?v=nwbRoISMGtM&feature=youtu.be

_________________________

ENORME !!!!!!

Février 2011 :

Un document confidentiel de l’ONU obtenu par FRANCE 24 sème le doute sur la réalité de son soutien aux organisations, notamment européennes, chargées de faire la lumière sur un possible trafic d'organes au Kosovo en 1999 et 2000.

Le document présenté aujourd’hui par FRANCE 24 est le dernier en date de cette série de rapports liés aux efforts pour enquêter sur les allégations de trafic d’organes. Ce document, qui a été rédigé par des enquêteurs de l’ONU, n’aurait pas été transmis à EULEX, la mission de police et de justice de l’Union européenne au Kosovo. Ce défaut de transmission reste inexpliqué

http://www.france24.com/fr/20110216-rapport-confidentiel-remet-cause-le-soutien-onu-a-lenquete-le-trafic-organes-kosovo/

Pourquoi donc ce frein de l'ONU pour enquêter sur ce trafic d'organes ? serait-elle plus ou moins impliquée ? très bonne question que je ne perds pas de vue étant donné ce qui est arrivé à mon fils ......... en sachant certanes choses précises qui se recoupent avec les conditions de la mort de mon fils que j'ai relaté ici avant d'être dépublié.

__________________

"À l’époque, les missions de l’ONU, de l’organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et les militaires de l'Otan, soit plusieurs dizaines de milliers de personnes en charge de l’administration du Kosovo et de la sécurité de ses habitants, étaient déployées sur le territoire. Mais dépassées par le chaos qui y régnait, elles n'ont pas réagi aux nombreuses exactions commises sur le terrain par l’organisation séparatiste kosovar."

_____________________

Je découvre ce lien sur le trafic d'organes au Kosovo, effrayant :

http://www.liveinternet.ru/users/eternelle_2012/post245332915/

Plus proche de nous, Kouchner aurait monté quelques hôpitaux non-déclarés en ex-Yougoslavie profitant d'une guerre arrangée par l'OTAN, l'ONU pour faire fortune. On ne peut que vous conseiller le livre autobiographique «Le garçon de la maison jaune» , histoire vraie qu'a vécu un enfant Serbe de 12 ans, Saša Milivojev, sur les vols d'organes au Kosovo Serbe occupé, vandalisé, spolié, violé, assassiné par les mafias islamiques albanaises mis en place par l'ordurière juive américaine, leurs collabos de Français dont les salauds de kouchmerde et botul henry levy et autres poubelles mentales.

«Les gens vivants étaient ligotés par le fil barbelé, ensuite on les jetait du haut de la colline», et c’est un souvenir «des plus doux» du héros principal de la prose publiciste «Le garçon de la maison jaune». L’auteur, écrivain serbe Sacha Milivoyév, parle des crimes commis par les terroristes de Kosovo. Le héros principal est un Serbe de 12 ans, il a été kidnappé et il a failli devenir la victime des transplantologues noirs dans «la maison jaune» au nord de l’Albanie où au moins 300 personnes ont trouvé la mort, principalement les Serbes. Des sources compétentes sont à affirmer que leurs organes ont été vendus à l’étranger en enrichissant les chefs de l’Armée de libération de Kosovo, cette formation terroriste. Selon notre information, La Voix de la Russie est le premier média russe à publier un extrait du livre «Le garçon de la maison jaune» en russe: «Je sentais l’odeur d’hôpital, de médicaments. Dans le bloc opératoire, j’ai vu un homme à qui des médecins prenaient quelque chose de son corps avec de grosses seringues. J’ai eu peur. Assis dans le coin, nous attendions la fin de l’opération. Les médecins ne portaient pas de blouses, ils n’avaient que les gants en caoutchouc et les tabliers verts. Les souvenirs affreux ne me quittent pas. Mon organisme était affaibli à cause de l’hépatite, ainsi on voulait d’abord me guérir et ensuite prendre mes organes. Et j’ai pu quitter cette maison maudite en emportant avec moi l’horreur de la mort. On dit que le temps guérit tout. Non, il détruit».

Interviewé par La Voix de la Russie, l’auteur du roman Sacha Milivoyév a parlé de son livre «Le garçon de la maison jaune» dont le héros a su finalement s’évader.

En étudiant la liste de disparus et de kidnappés de Kosovo, j’ai appris beaucoup sur le destin tragique des victimes. La liste contient 1128 personnes : femmes, enfants, prêtres. En préparant le roman, j’ai contacté les témoins, les familles qui avaient perdu leurs proches à Kosovo. Je n’avais pas besoin d’inventer quoique cela soit : ces récits me suffisaient. Ce n’est pas moi qui ai inventé la guerre de Kosovo. L’OTAN bombardait les Serbes et fermait les yeux sur les crimes commis par les Albanais qui chassaient et tuaient mon peuple. D’aucuns veulent passer sous silence le problème de la transplantologie noire, donc, ils veulent se protéger de la poursuite en justice ou bien de la honte universelle.

J'ai écrit ce livre pour montrer au monde entier que nous ne sommes pas «le peuple le plus génocidaire au monde». Le parquet de la Serbie doit rendre publique l’information sur les enterrements secrets. Les magistrats ont publié le témoignage d'un ancien membre de l’Armée de libération de Kosovo, qui a raconté comment on a pris le coeur d’un Serbe encore vivant. Ainsi le parquet pourrait prouver le génocide commis à l’égard des Serbes. Regardez donc cette vidéo: http://youtu.be/nwbRoISMGtM

Hashim Thaçi, alors chef de l’entreprise terroriste ALK [UÇK] avec le Premier ministre du Kosovo, Bernard Kouchner, alors administrateur onusien du Kosovo et ministre à l'époque des affaires étrangères du gouvernement français de Sarkozy, Sir Mike Jackson, alors commandant des forces occupantes de l’Otan et actuel consultant pour une entreprise de mercenaires à la Blackwater et le général Wesley Clark, alors commandant suprême de l’Otan et à présent conseiller militaire d’Hillary Clinton.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac