jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

519 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 juil. 2014

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

JEAN-EUDES : Les mystères de la tête ...

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

UN JOUR LA VERITE ECLATERA AU GRAND JOUR ET LES MENTEURS-TRICHEURS DEVRONT PAYER POUR TOUT LE MAL QU'ILS ONT FAIT.

"Votre fils était beau" (dixit le vice-procureur B. et la juge D.) : un lien avec sa mort ?

Il était sportif : un lien ?

Il a vu un médecin du sport Toulousain (dont le nom a été modifié dans le dossier d'enquête)  en mai-juin 2008 : un lien ?

Et la tête ????!!!!! pas de tête sur la voie ferrée sauf la calotte crânienne au bord de la voie ferrée dans les herbes sèches. Cette calotte crânienne a d'ailleurs disparu, elle n'est jamais arrivée à l'IML.

D'après la dame des pompes funèbres il n' y avait pas de tête.

D'après la photo sur la voie ferrée on ne voit aucune tête sur ce corps.

D'après le TIC V. (D857) et d'après les clichés de l'IML, la tête bien qu'endommagée est attenante au corps (ce buste accolé à la tête reconstituée, en photo, présente une pilosité thoracique ABONDANTE, ce qui n'était pas le cas du torse de mon fils, bizarre non ? ).

D'après le médecin légiste Costagliola une partie du visage a été reconstituée à partir du masque facial (sans préciser sur quel support osseux .... puisqu'il n'y avait pas de crâne sur la voie ferrée.... ).

D'après l'Adjudant Patrick B. (mail assez récent) il n' y avait pas de cräne sur le corps de la voie ferrée mais seulement le masque facial (comment un train peut-il séparer proprement un masque facial et faire disparaitre les os du crâne ?  on se fout de notre gueule )..

De plus, le médecin légiste signale que les globes oculaires sont vides ( les trains ça ôte les yeux ? ah bon ).

Et après tout cela, tout serait clair concernant la tête !!!!  ON NOUS A BEAUCOUP TROP MENTI. La tête était bien évidemment séparée du corps et n'était pas sur la voie ferrée.

Qu'avait-il fait de MAL pour mériter une telle fin ? qui est derrière cette affaire très LOUCHE ? quelle organisation ? pourquoi tous ces secrets pas bon à dévoiler ? pourquoi cette OMERTA ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens