Gwawin Orcades
Etudiant·e en philosophie
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2019

Gwawin Orcades
Etudiant·e en philosophie
Abonné·e de Mediapart

Brûler des livres, quand on brûle des hommes

Lettre à mes ami·es qui s'indignent que l'on brûle des livres, quand le monde de celui dont on brûle les livres brûle lui, les hommes.

Gwawin Orcades
Etudiant·e en philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais qui donc veut la peau de F. Hollande ?
Dans l'échelle de valeur politico-journaliste contemporaine, en France, brûler des livres semble être incomparablement plus grave que de voir des hommes brûler. J'en veux le nombre de réactions Twitter des élu·es de tout bord et le traitement général, sur les chaînes d'information en continu, du traitement des deux affaires.
Il faut s'attarder sur la nature du traitement : l'un comme symbole, l'autre comme fait divers.
Brûler des livres, cela fait d'emblée surgir, semble-t-il, un imaginaire de la culture contre la barbarie. De la liberté d'expression contre le fascisme, de la pluralité démocratique contre la tyrannie. On focalise l'analyse sur le fait que ce soit un livre qui ait été détruit, comme si c'était le signal de guerre d'une cohorte contre la culture et la démocratie elle-même – car après tout, de quoi le livre pourrait-il être l'image, sinon de la culture et de la liberté d'expression ? Brûler des livres, n'est-ce pas quelque chose d'un peu barbare, voire d'un peu nazi ?

Soyons charitables, et demandons-nous quel sens peut avoir l'événement pour ses auteurs et autrices. Les slogans serviront de profession de foi : « Hollande assassin » et « Hollande hors de nos facs ». Visiblement, la portée symbolique de l'acte n'est pas la même pour ses auteur·ices que pour les journalistes. Ici, le livre n'est ni le signe de la culture, ni de la démocratie, mais plutôt de l'inverse : car c'est le livre de François Hollande qui a été brûlé, et c'est en protestation contre François Hollande que les manifestant·es ont fait irruption dans la conférence à Lille 2.

Sous quels griefs ? Tout simplement parce que l'ex-président représente, pour ces étudiant·es, un responsable de la précarité qui les frappe et qui conduit certains d'entre elleux à se donner la mort, par désespoir. Hollande est d'ailleurs nominalement cité dans la lettre laissée par Anas, ce jeune étudiant qui s'est immolé par le feu à Lyon, le week-end dernier, comme l'un des responsables de sa situation et de la situation de nombreux·ses jeunes et moins jeunes : les précaires. Celleux qui sont précaires parce qu'on a voulu qu'iels le soient.
Précariser les étudiant·es, n'est-ce pas cela, l'attaque contre la culture et la démocratie ?
Ce que les manifestant·es font, c'est simplement prendre une mesure politique, identifier un responsable politique à la détresse et la misère qui touche bien au-delà des étudiant·es. Parce que cette misère n'est évidemment pas le fruit du hasard, ou de la tragédie, mais d'une organisation sociale et économique – politique, donc, qui l'organise, qui l'orchestre, qui en profite. Avoir une population précaire, c'est s'assurer de maintenir les salaires bas, de dégager des profits hauts, de maintenir des conditions de travail inhumaines, tout simplement parce qu'entre une position précaire et la mort, la plupart des gens choisiront toujours un boulot de merde – même si ce boulot doit, in fine, avoir leur peau.
Ce travail de précarisation, évidemment, n'a pas commencé avec Emmanuel Macron, et c'est bien ce que pointe du doigt la lettre d'Anas.
C'est la vieille histoire de la lutte des classes, qui a repris en France depuis les Gilets Jaunes une certaine visibilité. L'histoire qui montre que la misère du plus grand nombre n'est pas un accident, la faute à « pas de chance » ou le résultat de dynamiques individuelles – tous·tes ces flemmard·es de chômeurs et chômeuses, qui n'ont qu'à monter leur boîte – mais bien le résultat d'une volonté politique délibérée. La planification d'une organisation sociale, économique et politique telle que certains, possédant·es, puissent jouir d'un confort et d'un pouvoir sans pareil pendant que le plus grand nombre, obligé de vendre sa force de travail pour survivre, vit continuellement avec le pistolet de la survie sur la tempe.
Il arrive que certain·es pressent la détente plutôt que de continuer à vivre opprimé·es sous le joug de la précarité, comme Anas.
Alors, ce qui est étonnant, ce n'est pas tant que les manifestant·es aient brûlé des livres, c'est qu'iels n'aient brûlé que des livres. Et de ce point de vue, si on est François Hollande lui-même, on devrait se féliciter de leur décence, de leur retenue et de leur sens politique : brûler des symboles, du matériel plutôt que des personnes, c'est-à-dire illustrer que le problème n'est pas une affaire de personne mais de classe, c'est assurément mille fois plus de subtilité, de sens de l'à-propos et de justesse politique que n'en ont jamais eu lui, son gouvernement ou la classe bourgeoise en général – elleux qui cautionnent et organisent la mort, les mutilations, la traite et l'exploitation des populations sous leur coupe.
Bref, brûler les livres de François Hollande c'est s'extraire de l'horizon du « fait divers tragique » qui a été le seul retenu pour traiter de l'immolation d'Anas, tout comme de celleux qui, en 2019, crèvent de faim chez elleux ou meurent de froid dehors. C'est s'ouvrir à la dimension politique de l'événement.
La seule question sérieuse qui demeure, c'est : jusqu'à quand ? Jusqu'à quand l'organisation de l'exploitation et des meurtres de nos frères, de nos soeurs, de nos pères, mères et ami·es, aura pour seule réponse l'attaque mesurée et politique des symboles ? L'histoire montre que ces représailles politiques ne suffisent parfois plus et que la foule en arrive à se hisser, par nécessité, à la violence de ses bourreaux – pour finir enfin de vivre à genoux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma