"Créer une gourmandise du futur"

"Le choix politique qui est à faire est celui de la Culture". Notes prises lors du discours de clôture de Jean-Paul Delevoye des rencontres du secteur musique Accord Majeur - Aix 2016

"Nous sommes dans un momentum politique qui crée une opportunité pour tous ceux qui veulent peser sur les libertés."

"Nous sommes passés d’une société de satisfaction des besoins à une société de satisfaction des envies, ce qui fait que le sens critique des Hommes a été considérablement affaibli. Le risque est ainsi de construire une forme d’esclavage moderne."

"Alors que la richesse des territoires était la force des bras, aujourd’hui la richesse c’est l’intelligence, les cerveaux."

 "Le monde se sent aujourd’hui orphelin d’une France qui débat, qui interroge, car elle se complait dans un certain conformisme."

"Comment faire société dans un monde ou les familles ne se réunissent plus autour du travail ? Le choix politique qui est à faire est celui de la Culture."

"On voit apparaître la fragilité de la nature, et la fragilité de l’être humain. Nous devons avoir la capacité de profiter de cette apparition de la fragilité : se battre pour ce que l’on a peur de perdre - un amour, un emploi, un territoire, une planète."

"Nous devons être plus dans la fluidité, l’échange et la confrontation de l’information."

"La place de l’humain est l’enjeu du 21è siècle, par la Culture, non pas comme l’assouvissement d’un plaisir, mais une ouverture de la porte qui permet à chacun de se construire et d’être libre de choisir, même si ces choix ne sont pas les nôtres."

"La France est un pays d’unité qui doit s’enrichir de sa diversité."

" On doit donc pousser chacun à être acteur de sa propre vie. Le regain culturel est une conséquence du fait que les gens ont besoin de comprendre, de savoir.

Les acteurs culturels ont des missions nouvelles : retrouver le sens du collectif. Etre acteur culturel c’est être un ouvreur de portes sur l’espérance : créer une gourmandise du futur."

" Nous sommes dans une démocratie d’émotion aujourd’hui, et si nous devons être dans une démocratie du choix, la Culture est le sésame."

"La solution que nous allons souvent quémander « au roi » est en nous."

"La voracité du court terme nous déchire au quotidien. La pression de la détresse de la survie interdit l’ouverture."

"Nous devons éveiller les consciences plutôt que de remplir les têtes de connaissances."

"Le choc des peurs ne construit pas l’espérance. La Culture doit être un moment d’apaisement de ralentissement du temps."

Aix-en-Provence, 12 juillet 2016

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.