Éducation artistique et culturelle : se donner les moyens de la réussite.

Le chœur des Collèges des Hauts de Seine : un dispositif exemplaire de pratique artistique, en direction des collégiens, qui met véritablement en synergie des artistes, des professeurs, et des collégiens.

En tant que directrice de la Compagnie Opéra.3, implantée à cheval sur les communes de Nanterre et Colombes, j’ai eu le plaisir d’accompagner artistiquement deux éditions du Chœur des Collèges des Hauts de Seine. La première en 2015, avec « What a day ! », une adaptation de Candide de Leonard Bernstein, et la deuxième en 2018, avec « La légende du Hollandais Volant », une adaptation du Vaisseau Fantôme de Richard Wagner.

Choeur des Collèges - répétition sous-groupe 1 © ADELAP Choeur des Collèges - répétition sous-groupe 1 © ADELAP

Au cours de mes diverses expériences d'actions d'envergure en EAC, j’ai pu constater l’effet démultipliant que la formation des enfants, mais surtout des « accompagnants ». Ici, les professeurs sont l'indispensable chainon de transmission, et permettent la bonne réussite d’un projet comme je les aime : mettre les enfants au cœur d’un processus artistique ambitieux, signifiant, qui leur fera faire un pas de côté par rapport à leur chemin habituel.

Le sésame de la réussite artistique d'une telle réalisation est l’attention particulière qui est apportée à la préparation, la formation de tous les participants - élèves et professeurs -, et l'importance des moyens financiers et humains apportés par le Département.

L’éducation artistique et culturelle, un projet global 

 1- LA FORMATION DES PROFESSEURS : La clé de contact

Choeur des Collèges - formation des professeurs 1 © ADELAP Choeur des Collèges - formation des professeurs 1 © ADELAP

L’entrée lyrique, par son obligation d’excellence, et sa complexité intrinsèque, nous oblige tous : elle ne souffre aucun à - peu-près, aucune concession musicale ou scénique, sinon elle perd son sens même.

Pour parvenir à cela, une équipe d’artistes référents doit être présente tout au long du processus de mise en œuvre, et ce, dès le premier jour de rencontre avec les professeurs des collèges.

La spécificité du dispositif Chœur des Collèges des Hauts de Seine, est que le partenariat avec l’Education Nationale se fait sur de multiples niveaux : rendre disponibles les professeurs et les enfants.

Valoriser les enseignants :

L’Education Artistique est donc ici en tout premier lieu dirigée vers les professeurs, qui bénéficient pour cela de 3 jours complets de formation, libérés par l’Education Nationale, centrés sur la définition de l’ensemble de l’année et l’appropriation artistique du spectacle.

Ces 3 jours de formation permettent donc aux artistes de faire équipe avec les enseignants par la pédagogie et la pratique : on explique les outils conçus pour le projet (partitions, méthodes d’apprentissage, dossier pédagogique), le séquençage (structure du planning), on travaille la musique, on expérimente la mise en scène (le corps et l’engagement sur le plateau).

2- SÉQUENÇAGE : Une rencontre volontaire et prolongée avec l’œuvre et les artistes.

Choeur des Collèges - répétition sous-groupe 1 © ADELAP Choeur des Collèges - répétition sous-groupe 1 © ADELAP
Prendre le temps "avec peu de temps" sur une année scolaire

L’équipe artistique est recrutée et missionnée à la fin de l’année scolaire.

Le spectacle doit donc être écrit et finalisé autant que faire se peut sur le papier pendant l’été.

Les professeurs reçoivent une information et une invitation à participer au Chœur des Collèges en septembre, lors d’une réunion de rentrée.

L’équipe artistique doit présenter un projet bien construit, suffisamment avancé pour donner envie aux professeurs afin qu’ils s’inscrivent.

S’ils s’inscrivent, ils doivent fonder des groupes interclasses dans leur établissement. Pour pouvoir motiver les élèves, il est indispensable que les professeurs aient une idée suffisamment claire de ce que sera le résultat final (œuvre, sens, et type de spectacle) et des outils de communication cohérents et alléchants.

Les professeurs reçoivent leur première formation en octobre et commencent à transmettre les éléments artistiques à leur tour aux élèves.

Les enfants rencontrent l’équipe artistique en sous-groupe pour une première grande répétition dès le mois de novembre.

Cette année, nous avons ajouté des ateliers de composition en petits groupes, afin que les élèves produisent un travail d’écriture musicale, joué sur scène par l’ensemble des groupes.

Choeur des Collèges - ateliers de composition © ADELAP Choeur des Collèges - ateliers de composition © ADELAP

Les professeurs reçoivent la dernière partie de leur formation en janvier et poursuivent la transmission aux enfants, avant leur deuxième répétition en sous-groupe.

Ce rendez-vous en sous-groupe permet de consolider le lien mais aussi de mettre à nu les inquiétudes pour chacun, que ce soit les professeurs, mais aussi les enfants. L’équipe artistique doit mettre tout le monde dans une confiance totale et fixer un cap de façon claire. L’enjeu est de faire ressentir l’enjeu global, mais aussi l’importance de la présence de chacun.

La répétition en grand groupe intervient environ un mois après ce dernier sous-groupe.

C’est un moment fort car les enfants réalisent en réel la dimension exceptionnelle de ce qu’ils sont en train de réaliser. Ils rencontrent alors l’ensemble des professionnels qui seront avec eux sur le plateau, ils ressentent l’espace de la réalisation scénique mais aussi l’inertie du groupe de 250-270 adolescents. Le chemin à parcourir alors est encore long. Le grand groupe est une grosse masse aux contours flous, qu’il faut tenir, aider à se mouvoir, à se concentrer. C’est à ce moment que le travail porte réellement ses fruits.

Le temps de maturation restant jusqu’au spectacle leur permet d’ingérer.

Ce principe permet que les enfants expérimentent une imprégnation lente de l’œuvre à travers les rendez-vous hebdomadaires avec leurs professeurs, et les répétitions.

Malgré le temps de répétition effectif très limité, on arrive à faire grandir chez ces adolescents la sensation du geste artistique, du dialogue avec l’œuvre, et de la force indéniable du collectif.

 

3-METTRE LE CORPS EN JEU ET EN MUSIQUE : un acte esthétique et de société.

Dans ma démarche de construction d’une proposition pour ce dispositif, il me paraît important de penser les finalités autant en termes artistiques purs qu’en attendus pédagogiques, cognitifs et de dynamique de groupe.

Une des forces de la musique est qu’elle met tout le monde au même endroit, et branche tous les cerveaux sur les mêmes fréquences.

Chacun à sa hauteur, à son niveau, peut intégrer une pensée musicale et prendre part au voyage. La palette des âges, des niveaux et des compétences est d’ailleurs une donnée essentielle du Chœur des Collèges. Les enfants qui participent viennent de tous horizons et classes du collège. Certains sont amateurs ou lecteurs, d’autres tout à fait novices, certains muent ou ont déjà mué.

Tous chantent et se meuvent pour construire un moment collectif artistique unique.

Choeur des Collèges - spectacle du 14 juin 2018 © ADELAP Choeur des Collèges - spectacle du 14 juin 2018 © ADELAP

Ce brassage permet de globaliser le projet et d’en faire plus que l’interprétation d’un concert (ce qui a tendance à mettre tout le monde dans un mode plus « éducation musicale », ce qui n’est pas le sujet ici)

La donnée supplémentaire qu’apporte l’aspect scénique est que le corps, en se mettant en mouvement, embarque totalement la personne dans cette démarche et oxygène ainsi le rapport à la musique en général, et au chant en particulier.

 

4-DES MOYENS HUMAINS, LOGISTIQUES ET FINANCIERS : Faire tout converger vers la réussite.

Le Chœur des Collèges me semble exemplaire sur ce point, et c’est pourquoi il faut soutenir et accompagner ce dispositif en particulier, mais aussi beaucoup d’autres.

Bien sûr, tout n’est pas parfait et le résultat attendu peut parfois être difficile à atteindre, ou décevant.

Les actions artistiques et culturelles sont de très belles initiatives, qui donnent un sens fort à nos pratiques, et ouvrent un dialogue unique avec les personnes qui en bénéficient (enfants, mais aussi professeurs et parents).

Il n’est pas besoin de rappeler que le travail avec les amateurs, de tous âges, coûte cher en moyens humains et financiers.

Pour le faire fonctionner, il faut donc des moyens, et aussi une logistique impeccable pour porter l’excellence auprès des bénéficiaires.

Les artistes se retrouvent parfois seuls à porter sur le terrain ces actions, faute de moyen, ou de vision.

Ce n’est pas le cas du Chœur des Collèges, dont la réussite est le fruit d’une convergence de tous les acteurs.

Choeur des Collèges - saluts spectacle 14 juin 2018 © ADELAP Choeur des Collèges - saluts spectacle 14 juin 2018 © ADELAP

J’écris ce texte, un simple partage d'expérience, à un moment où le discours politique essaie de cacher la réalité des projets dits « participatifs », plan chorale et autres.

On valorise d’un côté les initiatives, on donne des injonctions de création de projets petits et grands, mais de l’autre on redistribue des moyens, pour financer des mesures spectaculaires, censées toucher le plus grand nombre, comme le Pass Culture.

En annonçant à grand renfort de communication que toute école doit se doter d’une chorale et d’un projet d’orchestre, mais sans en faire suivre nécessairement les moyens humains et financiers, c’est toute la philosophie de ces projets qui est mise à mal.

Il faut donner les moyens réels de les mettre en œuvre, partout et pour tous.

C’est une nécessité afin que ne se perde pas la qualité artistique qui doit être le moteur de toute œuvre, collective ou non, participative ou non.

Choeur des Collèges - spectacle 12 juin 2018 © ADELAP Choeur des Collèges - spectacle 12 juin 2018 © ADELAP

Merci aux équipes du Pôle Culture du département des Hauts de Seine et aux équipes techniques de la Seine Musicale

Distribution :

500 collégiens des Hauts de Seine et leurs professeurs

Sophie Boucheron, cheffe de Choeur

Frédéric Houessinon, comédien - Ainhoa Zuazua et Fabien Hyon, chanteurs -

Jeanne Vallée, piano - Marc-Antoine Perrio, guitare - élèves musiciens des classes de trombone et cor de Gennevilliers et Boulogne -

Répétitions au piano : Jeanne Vallée et Anne-Louise Bourion

Adaptation musicale : Grégoire Letouvet -

Adaptation scénique : Jeanne Debost -

Production : OPERA.3 2018 - Commande du Département des Hauts de Seine

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.