Jeanne Guien
Chercheuse - Travailleuse sociale - Co-animatrice de l'émission radio "Zoom Ecologie" sur FPP
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2018

Je n'irai pas chez Enthoven

Lettre ouverte à M. Raphaël Enthoven, suite à mon invitation à son émission Philosophie(s).

Jeanne Guien
Chercheuse - Travailleuse sociale - Co-animatrice de l'émission radio "Zoom Ecologie" sur FPP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur Enthoven,

je vous écris pour annuler ma venue à votre émission Philosophie(s) sur Arte, dont le tournage devait avoir lieu ce jour.

Invitée par votre équipe en mars dernier à y discuter de mon sujet de recherche, la réduction de la durée de vie des objets, j’avais accepté dans l’espoir d’y trouver un espace de dialogue philosophique authentique, de production rigoureuse et collaborative d’un savoir critique utile. La lecture et l’écoute de vos diverses productions m’ont cependant convaincue que cet espoir était vain.

Ne connaissant pas, il y a trois mois, votre travail, j’ai en effet découvert depuis qu’il était malheureusement semblable à celui des quelques rares autres « philosophes » représentés dans les médias dominants : un déploiement précieux et allusif de culture légitime, mis au service de la reproduction à l’identique des préjugés sociaux et politiques les plus caricaturaux. Immaturité du mouvement étudiant, mysandrie des féministes, paresse des abstentionnistes, communautarisme des anti-racistes ou encore antisémitisme des antisionistes : il n’est pas un seul des partis pris les plus réducteurs et abêtissants de la droite décomplexée auquel vous ne vous empressiez d’apporter votre soutien, à grand renfort de raccourcis historiques, de coupes et pseudo-concessions à l’adversaire, de citations à l’emporte-pièce et d’invocations toutes faites à la démocratie et la liberté de pensée - qu’il est peu étonnant de voir conduire, infailliblement, au moralisme le plus vide.

Il faut admettre, monsieur, que vous semblez subir là une contrainte, celle de la forme médiatique qui pèse sur votre véritable profession - animateur. Egotrip, name dropping, stalking, trolling, il n’est pas non plus un seul des pièges modernes du fast thinking dans lequel vous ne tombiez aveuglément. Pressé par ce temps médiatique dont vous déplorez vous-même la rapidité[1], vous avouez faire du remplissage d’antenne pour satisfaire à votre emploi du temps professionnel, en réagissant à la va-vite aux moindres audaces verbales glanées sur les réseaux sociaux, sur Wikipédia ou dans la « caverne de Jean-Luc »[2]. Opportunisme carriériste qui vous conduit à réduire un certain nombre de savoir-faire philosophiques (tels que la définition et la conceptualisation rigoureuses, ou encore la hiérarchie des causes) à la fabrique puérile du bon mot infamant.

Ainsi, vous jouez de la polysémie des concepts de « vie » et de « mort », et de la hiérarchie entre causes prochaines et lointaines, pour disculper un éventuel meurtre policier, prétendant (alors même que la vérité sur cette affaire n’a toujours pas été faite) que si une personne blessée par la police est entre la vie et la mort, c’est à cause de la vie et non de la police, et que telle est la condition humaine[3]. Ainsi, vous comparez la féminisation des adjectifs proposée par l’écriture inclusive au remplacement des adjectifs dans « le » novlangue (sic) de 1984[4], comme si, dans les dictionnaires actuels, adjectifs féminins et masculins étaient considérés comme des mots différents, constituaient des entrées distinctes. Ainsi, vous reprochez aux critiques du manspreading d’ « enfermer un individu dans une essence imaginaire »[5], alors même que le mot « man » désigne dans cette expression une identité de genre socialement construite, et sert précisément à nier l’origine « essentielle » des comportements qu’elle prescrit ; sous l’apparence banale d’un laborieux « y’en a des biens », vous réactivez discrètement l’idée qu’il y a des hommes (bons et mauvais, s’étalant ou pas) ; autrement dit, c’est vous qui essentialisez.

Ce ne sont là qu’exemples parmi tant d’autres : je pourrais aussi me mettre, ici, à fouiller, énumérer, moquer les reliques douteuses de votre propre « caverne », regorgeante qu’elle est d’erreurs logiques et de manipulations rhétoriques. Mais la tâche du philosophe n’est-elle pas plutôt de chercher à sortir de toutes les cavernes ? Vous qui appréciez les références allusives, vous comprendrez bien que ce dont il s’agit ici, c’est de sortir du règne de l’opinion et de la séduction, de la comm’ et de la politique-spectacle, pour se mettre à la recherche de la vérité ; ou, au moins, de la sincérité et l’honnêteté intellectuelle.

C’est pourquoi, ne souhaitant pas entrer dans ces jeux d’ombres, je me permets de décliner votre invitation, et de vous prier de bien vouloir cesser de vous revendiquer du nom de philosophe, lorsque, mettant les diplômes institutionnels, l’art oratoire et l’érudition au service du faux, du non-sens et de la manipulation des affects, pour des raisons d’audience et de contrainte professionnelle, vous vous adonnez précisément à une version moderne de cette activité contre laquelle la philosophie s’est construite historiquement : la sophistique.

C’est pourquoi, alors que je pourrais signer cette lettre en tant qu’étudiante mobilisée contre la loi O.R.E. et la répression qui la seconde, en tant que femme en lutte quotidienne contre les manifestations verbales et physiques de la domination patriarcale, en tant que citoyenne qui n’a voté ni Macron ni Le Pen, solidaire des luttes anti-racistes et anti-impérialistes en France et ailleurs, je la signe aujourd’hui en tant que philosophe, désireuse que ce métier existe autrement que sous cette forme fausse et caricaturale par laquelle vous prétendez aujourd’hui l’incarner.

J’invite les personnes souhaitant défendre, présenter ou découvrir ce métier différemment à rejoindre et relayer cet appel.

Je précise que ces remarques ne portent aucunement sur le travail du reste de l’équipe de l’émission Philosophie(s), que je remercie pour sa démarche et à laquelle je présente mes excuses pour les éventuels désagréments engendrés par la publication au dernier moment de cette lettre de refus. Ce délai m’a semblé un moyen nécessaire pour tenter d’attirer l’attention sur le problème décrit.

Jeanne Guien

paschezenthoven@gmail.com

[1] Cf. « Dénonce ton porc… à la justice ! », chronique où vous accusez Sandra Muller et toutes celles qui ont relayé le hashtag #BalanceTonPorc de préférer à la temporalité de la Justice « le tribunal tweeter », qui « met dix minutes » à condamner un accusé, sans que « [son] dossier ne [soit] jamais examiné ».https://www.facebook.com/Europe1/videos/10156958838950620/.

[2] Cf. « Les insoumis, c’est mon plan B », interview du 12 mars 2018 pour Le vent se lève. http://lvsl.fr/entretien-raphael-enthoven.

[3] Cf. votre tweet du 21 avril 2018. https://twitter.com/enthoven_r/status/987649118272028673.

[4] Cf. « Le désir d’égalité n’excuse pas le façonnage des consciences ». https://www.youtube.com/watch?v=D6QdIUzMCeo.

[5] Cf. « Le ”manspreading”, une pratique qui ne devrait pas être réduite aux seuls hommes ». https://www.youtube.com/watch?v=W3soVlZ3FZ8.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon