Jeanne Guien
Chercheuse - Travailleuse sociale - Co-animatrice de l'émission radio "Zoom Ecologie" sur FPP
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2022

À Saclay, la mairie refuse l'accès à l'eau et à l'école aux familles d'un bidonville

Depuis décembre, la mairie de Saclay (91) applique une politique agressive envers les habitant.es d'un bidonville : coupures d'eau, refus d'inscriptions scolaires, mépris à l'égard des habitant.es et de leurs soutiens... En plein hiver, au pic de la crise sanitaire, ces familles sont privées de l'accès aux droits fondamentaux : l'eau, l'éducation, un environnement décent.

Jeanne Guien
Chercheuse - Travailleuse sociale - Co-animatrice de l'émission radio "Zoom Ecologie" sur FPP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non loin des lacs, sur la commune de Saclay (91), se trouve un bidonville composé de 40 cabanes. Il a été construit à la fin de l'été dernier, notamment par des familles qui venaient d'être expulsées d'un autre terrain situé à Orsay, détruit en août 2021 pour laisser passer les travaux de la ligne 181 (qui n'ont toujours pas commencé sur cette parcelle). Jugées en décembre pour cette occupation illégale d'un terrain privé, les familles installées aujourd'hui à Saclay se sont néanmoins vues reconnaître le droit de rester au moins jusqu'en mars 2022, en accord avec leur droit à la trêve hivernale. De la même façon, c'est conformément à leurs droits fondamentaux qu'elle ont pu accéder à l'eau, en utilisant deux bornes incendie situées non loin du bidonville : si la mairie n'avait pas prévu d'y faire des aménagements nécessaires à un usage domestique (installation de robinets, etc.), les habitant.es pouvaient néanmoins s'y approvisionner en eau.

Cette situation déjà précaire et fragile est cependant en train de s'aggraver, et la municipalité de Saclay en est directement responsable. Depuis décembre, la mairie a en effet coupé l'eau dans ces bornes incendie. Selon le Collectif de solidarité avec le bidonville de Saclay - un groupe de bénévoles et d’associations spécialisées intervenant régulièrement sur le bidonville pour y animer des ateliers socio-éducatifs, du soutien scolaire et aider les habitant.es dans leurs démarches administratives, leurs installations – le maire M. Michel Sénot aurait accusé les familles d'avoir endommagé les bornes, et prévenu que leur réparation prendrait « le genre de délai que prend ce genre d’opération dans une mairie », sans plus de précisions. « Au cours de la réunion, il s'est montré menaçant et méprisant, se plaignant que les habitants venus le rencontrer ne parlaient pas français, que les familles abîmaient les bornes incendie, jetaient 80% de l'eau qu'elles en tiraient ou pillaient les fermes alentours », témoigne Clément, engagé dans le Collectif. « Il nous a accusé de ne rien connaître à la situation, et s'est même permis une remarque pseudo-écolo, nous demandant si nous savions que l'eau était un bien précieux qu'il ne faut pas gaspiller ! », ajoute-t-il. Une ironie bien mal venue, quand on sait que les habitant.es des bidonvilles doivent chaque jour aller chercher, porter et transporter de lourds bidons d'eau potable pour répondre à leurs besoins fondamentaux – hygiène, alimentation, soin des enfants, participation à une vie sociale décente. Ainsi, samedi dernier, alors que le Collectif devait animer un atelier de soutien scolaire sur le bidonville, les parents ont préférer annuler l'évènement, réticent.es à y faire paraître des enfants à qui ils et elles n'avaient pu donner leur bain.

Autre manquement grave à ses obligations, la mairie de Saclay ne répond pas aux nouvelles demandes de scolarisation. Alors que cinq enfants du bidonville avaient déjà été inscrit.es en septembre, le Collectif a transmis les dossiers de sept autres enfants arrivé.es ultérieurement.

Pour accueillir les ateliers du Collectif, les bidonvillois.es ont construit une cabane, que les enfants appellent "l'école" © Jennifer Garçon

« En réunion, le maire a prétendu qu’il avait fait 30 ou 40 certificats de scolarité. Le service éducation de Saclay a refusé de prendre les fiches d’inscription amenées par un habitant et reste pour l'instant silencieux face aux e-mails du Collectif » rapporte Clément. Une situation intolérable, par laquelle la mairie se met en illégalité, malmène ses habitant.es les plus précaires et les personnes qui les soutiennent. 

1Voir notre article à ce sujet.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd