Jeanne Guien
Chercheuse - Travailleuse sociale - Co-animatrice de l'émission radio "Zoom Ecologie" sur FPP
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer

L’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.

Jeanne Guien
Chercheuse - Travailleuse sociale - Co-animatrice de l'émission radio "Zoom Ecologie" sur FPP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pouvez-vous présenter votre association ?

L’association des ouighours de France a été créée en 2008, c’est une association politique, qui défend les droits humains des ouïghour.es. On essaie de réunir les ouïghour.es de France, pour faire connaître notre cause, ce qu’on vit en Chine depuis 70 ans. On fait des conférences et des manifestations, aux dates qui sont importantes pour les communautés ouïghoures. Il y a beaucoup de chercheurs qui écrivent depuis des années. Les projets chinois de camps de « rééducation » ont commencé dans les années 2000, et ils visent à complètement supprimer la population ouïghoure. Nous sommes moins de 25 millions aujourd’hui. D’ici 2040, nous serons une minorité dans notre propre territoire. Nous n’avons plus le droit de parler notre langue, nous sommes surveillés par des technologies de vidéosurveillance ou via Wechat. Les ouïghour.es sont obligé.es de se marier avec des Hans. Notre territoire est un laboratoire de domination pour la Chine.

Comment fait-on pour faire reconnaître ce génocide ?

Certains pays restent muets devant leurs contrats, vues les relations économiques qu’ont les pays avec la Chine, vu qu’elle devient première d’un point de vue économique. C’est vraiment compliqué d’apporter des preuves. A partir de 2017 nous avons eu des témoignages de ressortissant.es, qui sont arrivé.es en France, Belgique, Allemagne. En France, on n’ a pas encore réussi à faire reconnaître le génocide ouïghour, mais la Belgique, les Pays-Bas, l’Angleterre et la Lituanie le reconnaissent.

Quelles sont les industries qui participent au génocide ?

Il y a plus de 4 millions de gens qui sont dans des camps, les femmes d’un côté, les hommes de l’autre. Les femmes travaillent dans la culture du coton ou des tomates, et elles subissent des stérilisations et des avortements forcés. Les hommes sont forcés de travailler dans les usines et subissent des prélèvements d’organes, qui vont ensuite alimenter un trafic international. Leurs organes sont vendus comme « organes hallal » à des musulman.es, alors que l’islam ne dit pas qu’un organe doit être « hallal » pour soigner un.e musulman.e. Cela n’existe pas, c’est la Chine qui a inventé ça pour faire du bénéfice, c’est la première fois qu’on voit ça dans le monde.

Quelles multinationales bénéficient du travail forcé des ouïghour.es ?

Nous avons dressé une liste de 83 marques[1]. Par exemple Zara, Nike, H&M pour le coton... On appelle à boycotter ces marques, à ne pas acheter leurs produits, mais c’est vraiment très dur quand on fait un achat, d’imaginer comment c’est produit, que c’est du travail forcé en usine, de gens de 13 à 89 ans qui sont emprisonné.es.

Comment réagissent les marques quand on les interpelle ?

Elles commandent des expertises et jouent le jeu de la Chine : le jour où la délégation vient dans l’usine, tout est changé, ce n’est pas la même usine. Il n’y a pas de vrai contrôle.

Est-ce que le Turkestan oriental est plus exposé aux risques environnementaux que le reste de la Chine ?

Oui, depuis des années il y a beaucoup d’ouvrier.es chinois.es qui se déplacent pour venir extraire le charbon et le pétrole dans le sous-sol du Turkestan, puis l’exporter en dehors, vers Shanghaï. Des essais nucléaires ont eu lieu dans les déserts de cette région. A chaque fois, après les essais, on a découvert des maladies graves, des cancers et des malformations à la naissance. Les agriculteur.rices sont forcés de produire du coton, d’abandonner leurs autres cultures, ce qui nous fait perdre notre équilibre agricole. Ce qu’on ne peut plus cultiver -  le riz, le blé – on doit ensuite l’acheter.

La terre est accaparée pour les besoins de l’industrie textile ?

Oui.

Comment faire vivre la culture et la langue ouïghoures quand on est réfugié.e ?

C’est vraiment dur, car nous sommes soit éparpillé.es, soit enfermé.es en camps. Moi ça fait plus de 15 ans que je suis en France, j’aime la culture française, n’importe quel enfant qui grandit ici va parler français plutôt que ouïghour. Pendant ce temps, dans notre territoire, il n’y aura plus de ouïghour.es. Au bout d’un moment, on va oublier notre langue, on va s’éloigner. Avec notre association, nous avons loué un local, pour que nos enfants né.es en France puissent apprendre la langue ouïghoure tous les week-ends. Mais pour qu’existe une culture, il faut avoir une terre.

[1]https://www.desdomesetdesminarets.fr/2020/03/20/la-liste-des-83-entreprises-a-qui-profite-linternement-des-ouighours/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran