Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

2326 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

SASSOU NGUESSO DANS LE FILET DE « PANDORA PAPERS »

Le petit pays pétrolier d’Afrique centrale, le Congo-Brazzaville, est à la ramasse et enfile curieusement des scandales financiers. Il court pourtant derrière un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) et le versement de la deuxième tranche dans le cadre de la facilité élargie de crédit (FEC) en vue de renflouer les caisses du Trésor public désespérément vides. Sans succès.

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

SASSOU NGUESSO DANS LE FILET DE « PANDORA PAPERS » 

Haut vol 

Le petit pays pétrolier d’Afrique centrale, le Congo-Brazzaville, est à la ramasse et enfile curieusement des scandales financiers. Il court pourtant derrière un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) et le versement de la deuxième trance dans le cadre de la facilité élargie de crédit (FEC) en vue de renflouer les caisses du Trésor public désespérément vides. Sans succès.

Le pied de grue d’Anatole Collinet Makosso dépêché d’urgence en France par Denis Sassou Nguesso en août  2021 s’est soldé par un refus poli de Paris. Il s’apprêtera à reprendre le bâton du pélérin en novembre 2021 pour Bruxelles à la commission de l’Union européenne. Ses finances sont exsangues. Sa colossale dette publique de 530 milliards de francs CFA soit 117 % du PIB, après une restructuration par la Chine, a été ramenée à 84 % du PIB soit 14 points au dessus de la norme Cemac fixée à 70% du PIB considéré comme seuil de soutenabilité de la dette. Les négociations avec les traders pétroliers sont au point mort. Au même moment, des révélations de « Pandora papers » font état de l’argent du Congo-Brazzaville caché par des hommes politique dans les paradis fiscaux. 

BAS LES MASQUES 

Parmi les dizaines de milliers de propriétaires de sociétés révélés par les « Pandora Papers », dont 600 Français, figure un nombre sans précédent de responsables politiques de haut niveau, aux quatre coins du monde : l’ancien Premier Ministre britannique Tony Blair, l’ancien directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn, le président kenyan Uhuru Kenyatta, le premier ministre libanais Najib Mikati, le Roi de Jordanie Abdallah II, le Premier Ministre tchèque Andrej Babis, le Président équatorien Guillermo Lasso, le Président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Président gabonais Ali Bongo, le premier ministre ivoirien Patrick Achi, le Président congolais Denis Sassou Nguesso… A leurs côtés, une poignée d’hommes politiques français, souvent murés dans le silence au moment d’expliquer la raison d’être de leurs sociétés offshore. Au total, l’ICIJ a dénombré dans le leak plus de 300 responsables publics du monde entier. 

SASSOU « MOYIBI YA TAROT » 

Selon les « Pandora Papers », Denis Sassou Nguesso, a détenu, pendant près de vingt ans, une société offshore aux BVI. Dénommée Inter African Investment Ltd, elle a été enregistrée le 28 août 1998, moins d’un an après le début de sa mandature. Elle était propriétaire d’un compte bancaire dans la branche londonienne de la banque portugaise Espirito Santo.

Aidé par le gérant de fortune suisse FidElite, le président de la République du Congo a d’abord utilisé les services du cabinet panaméen Mossack Fonseca pour structurer son montage offshore, lui permettant de détenir dans le plus grand secret une seconde société, Ecoplan Finance Ltd. Le Président a installé sa fille Julienne parmi les directeurs et administrateurs d’Ecoplan. Cette société détenait la majorité des parts de la société congolaise Escom Congo, une entreprise de construction immobilière ayant pignon sur rue, détentrice des droits dans des mines diamantaires. Selon le consortium de journalistes africains Ancir, le chiffre d’affaires annuel de la société serait de 150 millions d’euros. Contacté, le Président congolais n’a pas donné suite (Le Monde.fr, 3 octobre 2021). 

LE « POGNON DE DINGUE » DE SASSOU 

Tous les pays sont touchés, à commencer par les plus riches. Les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France et le Brésil figurent parmi les cinq premiers pays qui subissent les plus fortes pertes liées à l’évasion fiscale. Mais même si les montants sont beaucoup moins élevés, ce sont les pays les plus pauvres qui en pâtissent le plus : le montant lié à l’évasion fiscale représente des pertes beaucoup plus substantielles pour leurs finances publiques.

A la tête du Congo-Brazzaville depuis près de quatre décennies, Denis Sassou Nguesso dispose d’un « pognon de dingue  » planqué dans des comptes offshores. « Pognon de dingue » : l’expression est de Macron. La formule qualifie les détenteurs des sommes astronomiques qui narguent les pauvres que compte la planète surtout dans l’hémisphère sud.

Précisément, au Congo-Brazzaville, alors que les salariés, les pensionnaires et les étudiants tirent le diable par la queue, les écoles manquent de table-bancs, les hôpitaux de médicaments et du personnel qualifié, l’argent de ce petit pays pétrolier d’Afrique Centrale dort dans les coffres fort des banques occidentales et participe donc à ce titre au développement des pays qui abritent les paradis fiscaux. On dépouille les pays pauvres pour enrichir les pays riches. Cruel paradoxe. 

Benjamin BILOMBOT BITADYS 

Nota - Le nom « Pandora Papers  » donné à cette enquête collaborative fait selon l’ICIJ référence à «  l’héritage des Panama et des Paradise Papers, ainsi qu’au mythe de la boîte de Pandore qui évoque toujours une vague de problèmes et de malheurs  »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro