Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

2353 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 oct. 2017

Face à la crise et au FMI, les prévisions de Nostradamus pour le Congo-Brazzaville

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Les prévisions de Nostradamus...

Le FMI accompagnera le Congo au-delà du rêve de Sassou .

Car 200 milliards de Frs CFA, c'est l'aide qui pourrait être accordée à ce pays compte tenu de ses possibilités de DTS..., au lieu des 1500 milliards sollicités; ...pour cause, les difficultés de garanties sur la bonne gouvernance et  la lutte contre la corruption (Sassou ne peut prendre le risque de se débarrasser des principaux CO-prédateurs !).

Les intérêts sur la dette extérieure congolaise (5.329 milliards) avoisinent les 250 milliards par an, donc bien plus que l'aide qui sera accordée !...

QUE VA-T-IL ARRIVER ?

Les recettes pétrolières, conjuguées avec la chute des prix ainsi que les productions gagées auprès des chinois, auront du mal à dépasser les 1500 milliards par an !

Il ne sera donc pas évident de pouvoir payer les salaires de la fonction publique tout en assurant le fonctionnent des services publics, sauf l'armée et la police qui pourraient être payées sur des fonds d'origines douteuses et non traçables (comme c'est le cas des salaires de ce mois de septembre).

S'en suivra une dégradation des services régaliens de l'État, rendant le Congo quasi ingouvernable, même face à une opposition sous anesthésie de diverses sortes...

LA FIN DE LA GOUVERNANCE

D'ici 2019, le pouvoir de Brazzaville ne sera plus capable d'assurer les traitements de l'armée et de la police sur les fonds propres aux proches de Sassou. Des dissensions apparaîtront entre ceux qui donnent le plus et ceux qui donnent le moins... Puis, systématiquement la grogne, la déstabilisation et la fragilisation de l'instrument sécuritaire de la dictature.
Et à partir de là... trois hypothèses possibles :

- Soit une entrée à la Kabila Laurent désiré (peut-être financée par ses propres parents et actuels bénéficiaires pour se préserver de l' avenir)...
- soit un coup d'État de l'entourage du tyran (l'assassinat afin de se défausser de toutes les charges qui pèseront sur eux, négociant ainsi une transition qui les protégerait)
- soit une refondation de la gouvernance imposée par la communauté internationale (avec beaucoup d'incertitudes sur l'objectif à poursuivre). Et ici le peuple libéré de la peur pourrait créer la surprise.

L'ampleur des dégâts financiers, sociaux, humains et économiques, ne permettront JAMAIS au Pouvoir de Brazzaville d'atteindre 2021...!

A bon entendeur ...,

Nostradamus vous aura prévenu.
Il est temps de quitter le navire...

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony