(Congo-Brazzaville) Tentative d'assassinat à la prison de Ouesso (Nord-Congo)

En représailles contre M. Modeste BOUKADIA, président du CDRC, l’opposant congolais qui lance l’idée d’organiser une Conférence Internationale pour le Congo-Brazzaville, un des membres de son parti emprisonnés depuis 2013, dont certains ont purgé leur peine mais sont toujours détenus en prison, a été sauvagement agressé, dans le but de le tuer, par des codétenus, partisans de feu colonel Ntsourou.

CONGO-BRAZZAVILLE.-

ALERTE ! TENTATIVE D’ASSASSINAT A LA PRISON DE OUESSO (Nord-Congo) CONTRE UN MEMBRE DU CDRC, LE PARTI DE M. MODESTE BOUKADIA

cdrc-mabiala-agresse-a-ouesso-1
cdrc-mabiala-agresse-a-ouesso-3
cdrc-mabiala-agresse-a-ouesso-2
Certainement en représailles contre M. Modeste BOUKADIA, président du CDRC, l’opposant congolais qui lance l’idée d’organiser une Conférence Internationale pour le Congo-Brazzaville, un des membres de son parti emprisonnés depuis 2013, dont certains ont purgé leur peine mais sont toujours détenus en prison, a été sauvagement agressé, dans le but de le tuer, par des codétenus, partisans de feu colonel Marcel Ntsourou, utilisés par le régime clanique de Brazzaville pour accomplir des basses besognes, comme les assassinats, par exemple.

Il n'y a pas de confusion possible. L'homme sur les photos est connu, il s'appelle bien Mabiala Mpandzou Paul Marie et est membre du CDRC, le parti de M. Modeste Boukadia. Ce n'est pas une photo volée comme semblent l’insinuer certains. Il est en prison pour avoir participé et manifesté, en 2013, dans un meeting autorisé et où il était brandie une pancarte à Pointe-Noire où il était écrit : "Gouvernement démission = Carton rouge" et exigé la mise en place d’un "Gouvernement d'Union Nationale". Et ils ont été condamnés pour "ATTEINTE A LA SECURITE DE L'ETAT". C'est l'accusation et la condamnation standard pour tous les Opposants...

Cet homme, et il n'est pas le seul dans ce cas, est reconnu par l'ONU dont voici les références du dossier à l'ONU que Sassou, son Clan et son gouvernement refusent d'appliquer les recommandations :

« Conseil des droits de l’homme
Groupe de travail sur la détention arbitraire VERSION NON EDITEE
Avis adoptés par le Groupe de travail sur la détention arbitraire à sa soixante-onzième session,
17 au 21 novembre 2014
No 22/2014 (République du Congo)
Communication adressée au Gouvernement le 28 juillet 2014
Concernant Mbanza Judicaël, Kimangou Joseph, Miakamouna
Nzingoula Sylvain, Bibila Gilbert, Mabiala Mpandzou Paul Marie,
Tsiakala Valentin, Baboyi Antoine, Silaho René, Matimouna
Mouyecket Euloge, Kialounga Pierre Placide, Tandou Jean Claude Davy, Ngoma Sylvain Privat, Banangouna Dominique Mesmin, Loudhet Moussa Landry1.
Le Gouvernement n’a pas répondu à la communication.
L’État est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques par une accession le 5 octobre 1983 ».
[...]

Conseil des Droits de l'Homme - Avis adoptés par le Groupe de travail sur la détention arbitraire à sa soixante-onzième session, 17 au 21 novembre 2014. - No 22/2014 (République du Congo) (pdf, 1 B)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.