Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

2325 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2014

[France/racisme] Pourquoi la France est un pays institutionnellement raciste ?

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est Stokely Carmichael qui a mis à jour la notion fondamentale de « racisme institutionnel ». Le racisme institutionnel est la forme la plus sournoise de discrimination puisque non seulement il échappe aux lois qui généralement condamnent les actes de racisme dans les sociétés occidentales, mais encore parce qu’il s’insinue dans la législation elle-même, y compris dans la législation censée lutter contre le racisme.

Le système politique français est en principe égalitaire. En réalité, le mode de représentation des citoyens au parlement français est calculé de telle manière qu’un citoyen ne puisse être élu -sauf exception qui confirmera la règle – qu’en fonction de son phénotype. Ainsi, une personne perçue comme « noire » ne peut-elle être élue, en pratique, que dans les départements d’outre-mer (les anciennes colonies esclavagistes).

En clair, aucun Afro-descendant ne peut faire de carrière politique normale en France, c’est-à-dire avec l’espoir d’accéder au plus haut niveau de responsabilité (la présidence de la République).

Ce système ne doit rien au hasard. La Ve République a fait le choix d’une décolonisation de façade (les anciennes colonies africaines restant discrètement sous tutelle) pour éviter que les ex-coloniaux, égaux en droits, ne forment un groupe majoritaire au Parlement, comme cela se serait produit si la logique de la IVe République s’était maintenue, une fois l’égalité politique acquise, grâce à Lamine Gueye.

Ce système politique institutionnellement discriminatoire a été délibérément entretenu, depuis 1958, par tous les gouvernements, de droite comme de gauche, qui évitent, par calcul électoral, d’engager des réformes éducatives qui permettraient aux Français, en sortant du système scolaire, d’avoir un minimum de connaissances et de réflexion.

Inscriptions racistes et négrophobes au collège Nelson Mandela du Blanc-Mesnil

Il n’y a aujourd’hui, en France, aucune politique sérieuse de lutte contre le racisme à travers l’éducation. Ainsi, les programmes d’histoire, par exemple, s’appuient-ils toujours sur les quatre figures fondamentales de l’idéologie raciste, esclavagiste et colonialiste : Christophe Colomb, Louis XIV, Voltaire et Napoléon.

De nombreux professeurs d’histoire sont sous le contrôle d’un historien controversé – Olivier Pétré-Grenouilleau, nommé inspecteur général sous la présidence de Nicolas Sarkozy – qui a déclaré publiquement et impunément dans un journal de grande diffusion: « La loi Taubira (qui criminalise l’esclavage et la traite transatlantiques) est de nature à renforcer l’antisémitisme en France ».

C’est bien évidemment du fait de cette carence éducative que les 2/3 des Français, selon le sondage annuel publié par la commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) sont persuadés que l’idée de « race » est une réalité scientifique démontrée.

Plus inquiétant : si l’on se réfère au même sondage, presque 20 % des Français sont persuadés que la « race » blanche est « supérieure » aux autres.

Outre l’éducation, le fonctionnement de l’audiovisuel – qui forme l’opinion- est fondé sur la même idéologie.

Toutes les structures qui diffusent l’information en France -à commencer par les structures publiques- sont imprégnées de l’idéologie de la « race » et contribuent à la véhiculer.

La plupart des décideurs de l’audiovisuel, la plupart des personnes qui apparaissent à l’antenne des chaînes françaises de télévision, sont choisies implicitement sur le critère de la suprématie de la « race » blanche.

Les rares Afro-descendants qui échappent à cette doctrine ne sont que des alibis servant à la renforcer. Ainsi exhibe-t-on des personnes souvent incultes et peu exemplaires pour représenter des « noirs » perçus selon les stéréotypes de l’époque coloniale : ignorants, infantilisés, réduits à la danse, à la chanson (les « cultures urbaines » et le zouk).

Seule une volonté politique permettrait de sortir de cette spirale. Mais la droite française mise sur les préjugés de son électorat traditionnel. La gauche, sur la montée de l’idéologie d’extrême-droite, susceptible d’affaiblir la droite.

La manière dont la France baigne dans les préjugés s’explique par le poids de son histoire récente.  La dictature ouvertement raciste de Napoléon n’a jamais été officiellement dénoncée.La France feint de croire et tente de faire croire qu’elle aurait inventé les droits de l’homme alors qu’elle a inventé le racisme avec des théoriciens tels que La Peyrère, Bernier, Voltaire, Vacher de Lapouge.

Cette situation, évidemment dangereuse dans un pays où l’immigration est ghettoïsée, n’est pas irréversible, mais elle suppose une véritable révolution intellectuelle et politique.

SOURCE : http://www.une-autre-histoire.org/pourquoi-la-france-est-un-pays-institutionnellement-raciste/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart