(Congo-Brazza) Les marchands d’armes « mélomanes » au service de Denis Sassou-Nguesso

Voici les hélicoptères qui sèment la terreur et la mort au Congo et principalement dans le Pool. Deux de ces appareils, des MI Super 17, ont été livrés, semble-t-il, par la société sud-africaine Paramount le fournisseur attitré de Denis Sassou Nguesso, et de plus proche de l’éminence grise de ce dernier, Jean-Yves Ollivier...

Les marchands d’armes « mélomanes » au service de Denis Sassou-Nguesso

Publié le 14/04/2016 par congo-liberty.com

helicoVoici les hélicoptères qui sèment la terreur et la mort au Congo et principalement dans le Pool. Deux de ces appareils, des MI Super 17, ont été livrés, semble-t-il, par la société sud-africaine Paramount le fournisseur attitré de Denis Sassou Nguesso, et de plus proche de l’éminence grise de ce dernier, Jean-Yves Ollivier. Ces appareils de combats opèrent sans le moindre danger dans leurs massacres de populations civiles, à la demande du grand homme congolais de la paix, le dictatueur Denis Sassou Nguesso.paramount

Pourtant, le marchand d’armes Ivor Ichikowitz est un grand philanthrope et un mélomane averti qui avec son acolyte Jean-Yves Ollivier, de la Fondation Brazzaville, avaient parrainé la tournée sud-africaine de l’Alma Chamber Orchestra avec Mme Anne Gravoin, l’épouse du Premier ministre français, Manuel Valls, comme il a été rapporté dans un récent article de Caroline Michel dans le NouvelObs.

« Dans un courrier électronique, Jean-Yves Ollivier assure toutefois à  « l’Obs » qu’ »il n’y a aucun partenariat financier ou échanges matériels entre la Fondation Brazzaville et l’Alma Chamber Orchestra, mais uniquement la poursuite d’un objectif commun : LA PAIX ». »

« La Paix » promue par un marchand d’armes, Ichikowitz, c’est de l’humour macabre ou bien simplement du « foutage de gueule » ! Mais rien d’étonnant de la part de ce récipiendaire de la Légion d’Honneur accordée par Manuel Valls. L’année dernière dans une interview à Paris-Match, Jean-Yves Ollivier affirmait concernant Sassou-Nguesso : « L’argent ne compte pas pour lui, il en use comme d’un moyen politique ».

antoinette Sassou Nguesso Jean Yves Ollivier

Ichikowitz Antoinette Sassou Nguesso Jean Yves Ollivier

On le voit bien maintenant, sa politique est plutôt saignante et expéditive. Quand à l’argent (de Sassou Nguesso) on a une vague idée à qui il a bien pu profiter ! Cela fait d’ailleurs presque quarante ans que cela dure. Il n’est pas appelé le Distributeur Automatique de Billets (DAB) pou rien !

G4-300x151untitled

La Rédaction

(Extrait de congo-liberty)

***********************************************************************************

Quand la France nourrit le terrorisme au Congo-Brazzaville !

Au Congo-Brazzaville l’effroyable tyran sanguinaire Sassou Nguesso sombre dans une folie meurtrière – des massacres à huis clos d’innocentes et paisibles populations civiles dans les quartiers sud de Brazzaville et dans le Pool – avec bien sûr la complicité sinon le soutien indéfectible de la France. Dans ces conditions serait-il exagéré d’inférer que la France est en train faire massacrer des Congolais au moyen d’une guerre par procuration. Mais il convient de l’affirmer sans coup férir que la France est dans un jeu débile et pernicieux consistant inévitablement à susciter un sentiment anti français dans ce pays quand ce n’est le terrorisme qu’elle y nourrit. A terme, cette situation risque de lui retourner en plein visage comme d’un boomrang. Et elle l’aura ainsi mérité, comme qui dirait : “qui cherche trouve.” En fait, comme si la volée de bois vert magistralement administrée par des djihadistes et intégristes arabo-musulmans ne lui suffisait pas, faudrait-il encore qu’elle ouvre un autre front du côté des Négro-Africains? Il convient de souligner que l’homme noir n’est pas toujours celui que l’on croit, car il a la capacité d’oser et de surprendre.

En guise de rappel, que la France se ravise et qu’elle se souvienne de ce 18 novembre 1802, date de la cuissante défaite de l’armée impériale de Napoléon de la part de indigènes à Vertières Saint-Domingue). Le trauma causé par cette héroïque victoire des esclaves noirs est tel que la France n’a jamais osé regarder en face cette page peu glorieuse de son histoire. C’est pourquoi elle est complétement occultée et n’est guère enseignée dans les écoles. En fait, pour l’historiographie française Vertières n’a jamais existé. Vertières est ainsi, le symbole de la force et de la survie du peuple noir d’Haiti. Comme quoi l’homme noir, poussé par l’instinct légitime de survie et de liberté, peut faire preuve d’héroïsme.

René MAVOUNGOU PAMBOU

Combattant de la liberté et leader d’opinion Unis Pour le Congo

https://www.change.org/p/barack-obama-appel-pour-une-décision-de-l-onu-sur-les-crimes-contre-l-humanité-au-congo-brazzaville?recruiter=525903299&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.