Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

2353 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juil. 2019

Pourquoi l'impérative Conférence Internationale pour le Congo ?

Pourquoi est-il impérieux pour tous Congolais d'exiger une conférence Internationale pour le Congo, sous l'égide des Nations Unies et Non pas une Conférence Nationale ou encore un Dialogue Intercommunautaire, alors que les communautés ne se sont jamais affrontées au Congo Brazzaville ?

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi l’impérative Conférence Internationale pour le Congo ?

Pourquoi est-il impérieux pour tous Congolais d'exiger une conférence Internationale pour le Congo, sous l'égide des Nations Unies et Non pas une Conférence Nationale ou encore un Dialogue Intercommunautaire, alors que les communautés ne se sont jamais affrontées au Congo Brazzaville ?

Vous êtes sans savoir que depuis l'année 2013, mon parti le CDRC, et moi-même, nous sommes évertués à demander une Conférence Nationale Bis et la mise en place d'un gouvernement de transition afin de repartir sur de nouvelles bases.

Et comme vous le savez si bien, cette demande s'est sanctionnée en 2013 par l'arrestation arbitraire des militants de mon parti et en 2016 par mon arrestation sans raison aucune, c’est-à-dire au Nom de Rien !

En 2016, alors que M. Denis Sassou avait la possibilité de sortir par la grande porte avec tous les honneurs dus à un vrai homme politique, au lieu de cela, il avait une fois de plus manqué le rendez-vous avec l'histoire en traficotant la constitution de 2002 qu’il a remplacée par celle de 2015 qui met en exergue le droit de tuer, en utilisant les moyens de l'Etat et la non-poursuite des criminels qui auront tué pendant leur mandat. Ainsi, tuer est devenu un droit constitutionnel (Cf, Art. 96). Une telle violation des principes fondamentaux des droits humains ne peut être acceptable par l'humanité.

La création de sa nouvelle république qui a vu le jour lors de l’élection anticipée de 2016 ne pouvait de facto qu’avorter. Et pour cause, la violation flagrante des droits de l'homme. Pour le Congo et comme toujours, chaque fois qu'il y a des massacres dans ce pays, ni les Nations, ni les ONGs des droits de l'homme ne se sont véritablement levés pour faire constater cette navigation à contre-courant des principes même de l'évolution de l’humanité.

De ce qui précède, cette nouvelle république attendue par le PCT et Denis Sassou est un mort-né. Soutenir une telle république financièrement, juridiquement, économiquement et surtout politiquement est une infamie dont l'auteur, soit-il un Etat, une Institution ou une personne humaine, devrait être considéré comme un "parjure" et traité comme tel.

Cela dit, depuis le changement de la constitution de Novembre 2015, le Congo n'est plus une République au vu de sa constitution non acceptée par le peuple et dont le contenu est en violation flagrante avec les droits de l'homme. Pour reconnecter le pays à sa source originelle, une conférence Internationale sous l'égide des Nations Unies s'impose.

En faisant les choses à leur tête, sans se soucier des Conventions internationales, Denis Sassou et son PCT se sont mis dans l'illégalité constitutionnelle, faisant du Congo actuel une Barbarie au lieu d'une Démocratie.

La conséquence d'une telle république est que le Congo est devenu un non-Etat. Il en découle qu’aucun Etat digne du nom ne devrait signer des accords avec le Congo de Sassou-PCT qui a usurpé la réalité du nom du Congo (Brazzaville). Aussi, toutes les conventions, accords, prêts et autres engagements que le faux-Congo et son guide ont signés depuis 2015 (si ce n’est depuis 1997) à la suite de l'adoption de cette nouvelle constitution, sont nuls et de nul effet. Ce qui fait du prêt accordé par le FMI à ce pays imaginaire un prêt illégal qui n'engage pas les Congolais que nous sommes, mais uniquement M. Sassou et son PCT.

En conséquence, certains peuvent se poser la question : A qui donc le FMI a-t-il prêté l'argent ? La réponse est claire. C'est à M. Denis Sassou et au PCT. Ces deux personnes, l'une physique et l'autre morale, seront donc les seules à répondre de ce prêt un jour. Le FMI doit le savoir. La Chine et tous les pays qui signent des contrats avec le Congo de M. Denis Sassou et le PCT doivent comprendre qu'ils les signent avec un Etat fantôme.

C’est pour cela, en vue de rétablir l'ordre constitutionnel, qu’il est nécessaire qu'une Conférence Internationale des Nations Unies soit convoquée d'urgence en vue de retirer la constitution de Novembre 2015 qui n’est pas conforme aux Conventions internationales, car elle met en exergue le permis de tuer et consacre l’impunité pour toutes les violations des droits de l’homme et les crimes économiques. La Conférence internationale aura aussi pour prérogative l’élaboration d’une Nouvelle Constitution qui sera soumise au Peuple Congolais pour adoption et statuer sur tous les Accords signés par Sassou et PCT à partir de 2016.

Il n'y a qu'une Conférence Internationale qui peut poser un tel cadre Institutionnel pour réinitialiser la République dans la légalité constitutionnelle et la légitimité populaire. Toute autre démarche serait une poursuite du vent voire une fuite en avant. 

Modeste BOUKADIA

Président du CDRC

Paris, le 17 juillet 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier