A PROPOS DES VACCINS ET DU PASS SANITAIRE

Notre liberté, celle de nous nourrir notamment, est atteinte, supprimée, puisqu’on ne pourra plus avoir accès dans les Supermarchés et autres magasins d’alimentation pour s’approvisionner. On nous interdit de nous alimenter, et donc on nous oblige à mourir, on nous tue…

A PROPOS DES VACCINS ET DU PASS SANITAIRE 

covid-19
Vacciner est une très bonne chose.

Ce qui choque et heurte, c’est son caractère obligatoire. 

Dans toutes ces mesures prises et annoncées par le président de la République, ses conseillers en la matière n’ont pas tenu compte des cas particuliers et spécifiques. 

Ils sont des centaines de milliers voire des millions de Français qui sont cardiaques, diabétiques et hypertendus. Leur traitement quotidien est composé de statines, de bêta-bloquants et d’anti-coagulants très puissants (Plavix et Pradaxa matin et soir, etc.) Ils ont déjà là une forte protection contre la Covid-19 au regard des effets de la Covid dont l’un des premiers effets est la coagulation du sang. Cela, les divers conseillers du président Macron, de la Haute Autorité de Santé au Conseil scientifique contre la Covid-19 en passant par l’ARS, n’ont pas tenu compte de cette spécificité. 

Or, les vaccins présentent des possibilités d’altérer le rythme cardiaque. Donc cette pathologie est le bouclier contre cette « séroconversion » (puisque ce n’est pas une vaccination, ils l’ont appelé ainsi). Pour l’instant, c’est une carotte que le président E. Macron agite, mais : 

1- l’AMM n’est que provisoire donc impossible d’être obligatoire ;

2- même les vaccinations obligatoires ne peuvent être imposées ;

3- en attendant fin septembre, les effets secondaires des premiers injectés risqueront d’apparaître en grand nombre et là, nous verrons. 

Au regard des informations diffusées ces derniers jours, il y a eu un record de vaccinations le 13/07/2021 (Égo de Jupiter et compétition internationale en s’appuyant sur le texte de Pétain qui interdisait les jardins publics aux juifs. Vous remplacez les juifs par les « non vaccinés » et vous comparez). 

Mais sur des réseaux (LinkedIn), il y a une levée de boucliers contestant ce dictat vaccinal parmi les soignants. Les commerçants qui ont investi dans les gestes barrières ne voient pas comment ils pourront appliquer cette demande (car pour l’instant ce n’est pas voté). Donc nous serons vaccinés mais pas séro-convertis. 

En écoutant les infos, il avait été annoncé que pour assister au défilé, il fallait le pass + le masque. Donc la séroconversion n’évite pas les gestes barrières. De plus, le variant delta est peut-être contagieux comme un rhume viral, mais pas mortel ?

De peur que leur sinistrose qu’ils nous ont inculquée depuis pendant plus d’un an n’a plus d’effet, il fallait inviter autre chose. Ce qui fait qu’ils incitent volontairement la confusion entre contamination (comptabilisé à la chinoise), hospitalisé en réa et morbidité. Si vous allez sur le site de l’ARS, vous y aurez les vrais chiffres (exemple sur un mois dans le Lot, il y a 0 décès et 1 personne en réa qui n’est pas pour le virus SarCovid19.

Si ce n’est pas de la manipulation à la Machiavel…. 

Compte tenu de ce qui précède, si on veut toujours bien nous interdire d’aller faire des courses pour nous alimenter au Supermarché du coin (E. Leclerc, Auchan, Aldi, Lidl, Super-U, Cora, etc.) à cause des vaccins, parce qu’on n’aura pas de PASS SANITAIRE, cela constitue donc un autre crime et une non-assistance à personne en danger. 

Notre liberté, celle de nous nourrir notamment, est atteinte, supprimée, puisqu’on ne pourra plus avoir accès dans les Supermarchés et autres magasins d’alimentation pour s’approvisionner. On nous interdit de nous alimenter, et donc on nous oblige à mourir, on nous tue… 

Faites tout ce que vous voulez, interdisez tout ce que vous voulez, mais ne nous privez pas de nous alimenter parce qu’on n’est pas vacciné et qu’on n’a pas le PASS SANITAIRE.  

C’est cela la DICTATURE.

Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.