Congo : Les manipulation de Sassou...

Devant la déconfiture de la République et la destruction de l’Etat réduits en pouvoir tribalo-clanique, le pouvoir de Brazzaville est en train de monter des opérations, voire des scénarios plus ou moins loufoques pour perdurer… Le PCT sous les ordres du Sassou et de tout le Clan d’Oyo n’est pas à sa première diversion.

LES MANIPULATIONS DE SASSOU

A CHACUN DES CONGOLAIS, TANT DE L’INTERIEUR QUE DE L’EXTERIEUR, D’ÊTRE VIGILANT

congo-campagne-contre-le-nettoyage-ethnique-04
Devant la déconfiture de la République et la destruction de l’Etat réduits en pouvoir tribalo-clanique, le pouvoir de Brazzaville est en train de monter des opérations, voire des scénarios plus ou moins loufoques pour perdurer… Le PCT sous les ordres du Sassou et de tout le Clan d’Oyo n’est pas à sa première diversion.

Premier scénario

Une information très importante circule dans les réseaux sociaux selon laquelle Sassou Nguesso, de concert avec son staff du PCT, serait d’accord (un coup bien monté) que l’un des siens lui fasse un pseudo coup d’Etat, pour se retirer du pouvoir et lui permettre de couler des jours heureux sans que personne ne l’inquiète, puisque d’abord le pouvoir restera au Nord et que celui-ci sera entre les mains d’un de ses fidèles, aussi voleur et criminel que lui-même.

C’est cette information qui vient d’être révélée sur les réseau sociaux. Ce scénario peut trouver son explication dans le fait qu’après avoir tout pillé et que plus personne ne peut lui prêter un moindre centime, pas même au niveau de la CEMAC, il aurait donc pris la résolution de se faire harakiri pour faire croire à l’opinion internationale qu’il y a eu un coup d’Etat au Congo.

Ceci fait partie du premier scénario.

Deuxième scénario

Courant mois d’août dernier, une autre information a couru les réseaux sociaux tendant à dire qu’il se tramerait quelque chose contre le Pool avec la complicité du fameux pasteur Ntumi, comme si cette information était un scoop.

Ce que nous savons, c’est que Ntumi reçoit régulièrement les hommes du pouvoir notamment les officiers de l’armée (milice tribale) de Sassou étant donné qu’il perçoit chaque mois ses appointements de ministre délégué. Au Congo tout le monde sait que Ntumi est l’homme du pouvoir. Que des généraux aillent le voir est vraiment un non-événement. C’est régulièrement que les tenants du pouvoir se rendent chez Ntumi.

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que les intentions du pouvoir sont restées les mêmes : utiliser de nouveau Ntumi pour légitimer un énième conflit dans le Pool. Ce qu’il faut faire, c’est tout faire auprès de ses hommes pour amener Ntumi à communiquer sur cette question.

En effet, ce qui est sûr et certain, c’est que les populations envisagent déjà de faire leurs baluchons et quitter le Pool.

C’est ici que nous faisons appel à tous ceux et celles qui connaissent les proches de Ntumi de tout faire pour amener Ntumi à témoigner, l’amener à faire une déclaration à ce sujet. Tant qu’il se taira, nous continuerons à l’accuser de complicité de génocide dans le Pool.

En tout cas le scénario est simple. L’armée, milice tribale de Sassou Nguesso, va, le moment venu, certainement vers fin novembre ou courant décembre 2020, abattre 2 ou 3 soldats et attribuer le forfait aux ninjas, bien entendu avec la complicité de Ntumi. Cela sera suffisant pour justifier une opération de représailles et déclencher une nouvelle guerre d’extermination dans le Pool. Ils l’ont déjà brûlé (dixit Jean-Dominique Okemba).

Quant à ceux qui disent ou appellent les populations à se soulever, il ne faut pas qu’ils oublient que Ntumi a des hommes et qu’il reçoit des armes des mains de Sassou Nguesso. Les pauvres populations ont les mains nues. Comment vont-elles faire pour réussir une telle opération de dégagisme ?

A chacun des Congolais de bonne foi de réfléchir ! Même si un certain Jax Okouya menace lui aussi d’aller brûler le Pool (Cf. sa récente vidéo devenue virale).

Ces scénarii cachent un seul but : éviter les élections présidentielles de 2021 car il n’y a plus aucun sou dans les caisses pour les préparer d’une part et de l’autre le dictateur Sassou dit à qui veut l’entendre « Je ne veux pas être jugé par la justice des hommes et je ne veux pas que ma tombe soit vandalisée… » Il doit savoir de quoi il parle !

Fwanda MAZALA

Réseau Sang’holo-Causte Kongo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.