[Congo-Brazzaville/Françafrique] La vérité sur la visite de Rachida Dati chez Sassou Nguesso à Brazzaville

RACHIDA DATI REÇUE À BRAZZAVILLE PAR SASSOU, QUE CACHE CETTE VISITE ?

 




Rachida Dati, ex ministre français de la justice a été reçue hier (17 juillet 2013) comme une reine par Sassou. pendant le « Festival panafricain de la musique (FESPAM) ». L'ex ministre de la justice de Nicolas Sarkozy avait bloqué toutes formes de poursuites judiciaires sue des biens mal acquis par trois dictateurs africains : Omar Bongo (Gabon), Sassou N'Guesso (Congo-Brazzaville) et Téodoro Obiang (Guinnée équatoriale). La visite discrète de l'ex garde des sceaux de Nicolas Sarkozy pose des réelles interrogations !!!


1069985_241504735974053_1066494272_n.jpg
Rachida Dati (gauche) reçue comme en grande pompe par le dictateur Sassou N'Guesso (droite) le 17 juillet 2013, lors des festivités du « Festival africain de la musique (FESPAM) ».


Officiellement, la visite de Rachida Dati concerne l'accompagnement quelle souhaite apporter au gouvernement congolais  dans sa politique de création des lycées d'excellence dans tout le pays. « Avec le président de la république, nous avons discuté du système éducatif du Congo. Le président a lancé une initiative qui est assez unique en Afrique, celle des lycées d'excellence avec le lycée de M'Bounda à Dolisie dans le département du Niari. Il s’agit, donc, de repérer les meilleurs élèves dans tout le pays et les mettre dans les lycées d'excellence pour les faire accéder dans l'excellence scolaire puis universitaire. Je soutiens donc ce projet, nous avons aussi échangé sur l'expérience française » a déclaré Rachida Dati à sa sortie de l'audience, selon le les dépêches de Brazzaville, un journal proche de Sassou N'Guesso.

La visite de Rachida DATI à Brazzaville, cache une réalité que l'on connaît par le biais de nos sources. l'« UMP » au bord du gouffre financier a jugé utile d'envoyer auprès du dictateur Sassou un fusible, moins exposée, pour rembourrer ses caisses. Cette aide financière au profit de l'« UMP » se fait au détriment du peuple Congolais en l’occurrence son trésor, qui se voit là délester de plusieurs Millions avoisinant le milliard de franc CFA. N'est-elle pas mandatée par Sarko, lui même, pour aller chercher l'argent pour aider à renflouer les caisses de l'« UMP » rendu à ladèche par ce dernier ? C'est ce même Sarko qui affirmait à  dakar, « l'homme africain n'est pas assez entrés dans l'histoire ».

Rachida DATI, celle là même sur le plateau de la journaliste Laurence FERRARI (Canal +) avait déclarée : « que certains pays africains étaient gérés par des potentats, des dictateurs qui sentent le souffre. Peu fréquentables ». c'est la même qui effectue un séjour auprès d'un de ces potentats. Allez-y comprendre la logique. Mais cette rencontre entre Rachida Dati et le dictateur du Congo-Brazzaville n'est pas étonnante. En effet, Ce n'est pas pour la première fois que Sassou N'Guesso se montre généreux et aimable, il a toujours financé les campagnes présidentielles de l'« UMP » et en revanche, a bénéficié de l'« UMP » une protection sur l'affaire des « biens mal acquis » et une reconnaissance de président élu, après les résultats très controversés des élections truffées d'irrégularités.


64051_241504775974049_1863290761_n.jpg
Rachida Dati (gauche) reçue comme en grande pompe par le dictateur Sassou N'Guesso (au centre de cette photo) avec les artistes musiciens (ou les festivaliers) du « Festival africain de la musique (FESPAM) », le 17 juillet 2013.


Depuis l'arrivée du « PS » en France, le nouveau gouvernement français s'est démarqué du soutien à la dictature « amies de la France » et aux scrutins mascarades. Les enquêtes en cours sur les « biens mal acquis », le rejet majoritaire de la dictature par son peuple, affaiblissent le dictateur qui a besoin, par conséquent, d'une considération extérieure, afin d'imposer la modification constitutionnelle d'une constitution qui lui empêche de se présenter en 2016 et asseoir sa dictature pour la même année, dans une période qui s'annonce très trouble au regard des élections présidentielles à venir.


Cordialement,
La Direction du RÉSEAU NERRATI-PRESS.

 

cleardot.gif

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.