[Afrique/Esclavage] Les versets du Coran encourageant l'esclavage des non-musulmans par les musulmans

 

Les versets du Coran encourageant l'esclavage des non-musulmans par les musulmans

XXXIII, 52. Il ne l'est plus permis désormais de prendre [d'autres] femmes. Ni de changer d'épouses, même si leur beauté te plaît, à l'exception des esclaves que tu possèdes. Et Allah observe toute chose.

XVI, 71. Allah a favorisé les uns d'entre vous par rapport aux autres dans [la répartition] de ses dons. Ceux qui ont été favorisés ne sont nullement disposés à donner leur portion à ceux qu'ils possèdent de plein droit [esclaves] au point qu'ils y deviennent égaux. Nieront-ils les bienfaits d'Allah ?

V, 43. L'épouse n'a aucun droit de s'opposer à son mari de posséder des esclaves femelles et d'avoir des rapports [sexuels] avec elles [de les violer]. Et Allah sait mieux.

 

IV, 24. Vous sont encore interdites : les femmes mariées, à moins qu'elles ne soient pas captives de guerre. […] Allah est celui qui sait, il est juste.

XXIII, 1. Bienheureux sont les musulmans […]

----, 5. qui préservent leurs sexes [ de tout rapport]

----, 6. si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent.

XXXIII, 50. Ô Prophète ! Nous t'avons rendu licites les épouses à qui tu as donné leur dot, celles que tu as possédées légalement parmi les captives [esclaves ] qu'Allah t'a destinées, les filles de tes oncles. […]

XXIV, 33. Ne forcez pas vos femmes esclaves à se prostituer pour vous procurer les biens de la vie de ce monde, alors qu'elles voudraient rester honnêtes. Mais si quelqu'un les y contraignait […], Allah est celui qui pardonne, il est miséricordieux.

LXX, 29-31. Les hommes qui n'ont de rapports qu'avec leurs épouses et avec leurs captives de guerre ne sont pas blâmables, tandis que ceux qui en convoitent d'autres sont transgresseurs.

(Extrait de : Tidiane N'Diaye, Le génocide voilé, Gallimard, 2008.)

ISBN : 978-2-07-011958-5

Un livre, sur l'esclavage, la traite des Noirs d'Afrique par les Arabes, à lire impérativement.

« Les Arabes ont razzié l'Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d'hommes qu'ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains.

Cette douloureuse page de l'histoire des peuples noirs n'est apparemment pas définitivement tournée. La traite négrière a commencé lorsque l'émir et général arabe Abdallah ben Saïd a imposé aux Soudanais un bakht (accord), conclu en 652, les obligeant à livrer annuellement des centaines d'esclaves. La majorité de ces hommes était prélevée sur les populations du Darfour. Et ce fut le point de départ d'une énorme ponction humaine qui devait s'arrêter officiellement au début du XXe siècle. »

L'antropologue et économiste Tidiane N'Diaye est l'un des grands spécialistes des civilisations négro-africaines et de leurs diasporas. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet.

De toute l'histoire de l'esclavage et de la traite des Noirs, celle de l'esclavage et de la traite des Noirs par les Arabes est la plus barbare et la plus bestiale. Ils sont allés jusqu'à l'extinction ethnique par castration massive. Ce que les négriers et esclavagistes européens n'ont certainement pas fait.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.