[Congo-Brazzaville] Obsèques du Professeur Jean-Pierre Makouta-Mboukou...

Obsèques de Jean-Pierre Makouta-Mboukou : L’écrivain chercheur repose, désormais, au cimetière familial de Madibou PDF ImprimerVendredi, 19 Octobre 2012 08:35

n_a5.jpg

La dépouille mortelle de l’illustre disparu.

Décédé en France où il vivait en exil, le 9 octobre 2012, à l’âge de 83 ans, le professeur Jean-Pierre Makouta-Mboukou a été inhumé, mardi 16 octobre, au cimetière familial de Madibou, dans le 8ème arrondissement de Brazzaville, après les obsèques officielles de la chambre haute du parlement congolais, au palais des congrès, en présence d’André Obami-Itou, président du sénat, Sylvestre Ossiala, deuxième vice-président de l’assemblée nationale, du ministre d’Etat Isidore Mvouba, du ministre Guy Brice Parfait Kolélas, des parlementaires, des parents, amis et connaissances.

Le ministre d’Etat Isidore Mvouba a déposé une gerbe de fleurs, au nom du gouvernement, et le ministre Guy Brice Parfait Kolélas était là, certainement, en sa qualité de coordonateur national du M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral), dont l’illustre disparu était membre.
Quelques députés et sénateurs sont venus témoigner leur considération, l’estime et l’affection qu’ils portent à cette figure de légende, l’humaniste, l’écrivain, poète, homme de culture qu’était  Jean Pierre Makouta-Mboukou. Mais, aucun homme de lettres, aucun acteur politique, ni d’anciens parlementaires, encore moins d’enseignants chercheurs congolais n’étaient présents à ses obsèques officielles.
Acteur engagé, Jean-Pierre Makouta-Mboukou l’a été, durant toute sa vie. Il s’est battu pour la défense de la liberté, la démocratie et les droits de l’homme. En sa qualité de professeur, il a su donner le meilleur de lui-même pour la formation des cadres supérieurs en Europe et en Afrique.
Ecrivain fécond, critique littéraire inflexible, spécialiste de la littérature française et africaine et de la théologie protestante de la réforme, il a écrit plus d’une cinquantaine d’articles scientifiques et 25 livres de tous genres (romans, poésie, théâtre, études, essai, etc), et sera appelé par deux chercheurs, comme le «Victor Hugo du Congo». «La destruction de Brazzaville ou la démocratie guillotinée», un essai politique publié en 1999, est une satire radicale de la guerre de 1997.
Né à Kindamba, département du Pool, le 17 juillet 1929, Jean-Pierre Makouta-Mboukou obtint son Certificat d’études primaires à la mission évangélique suédoise de Brazzaville et le diplôme de moniteur, à la mission suédoise de Ngouédi (Bouenza). Après un bref passage en qualité d’enseignant à l’école primaire, il a entrepris les études secondaires, successivement, au collège Libaba (Cameroun) où il obtint le B.e.p.c. Puis, le baccalauréat, au lycée Pierre Savorgnan De Brazza. Dans ce lycée, il a reçu les prix du meilleur élève en français et du deuxième élève en mathématiques.
Poursuivant ses études supérieures en France, Jean-Pierre Makouta-Mboukou a décroché deux licences (langue et littérature française moderne et contemporaine et une autre en théologie), un diplôme d’études supérieures de lettres (équivalent de la maîtrise ès Lettres), un Capes (Certificat d’aptitude professionnelle à l’enseignement secondaire), quatre doctorats, dont deux doctorats d’Etat (linguistique générale et littérature française et africaine moderne et contemporaine).
Poète, écrivain et chercheur, il fut député (président de la commission éducation nationale), ancien ministre plénipotentiaire, ancien président de la commission d’instruction de la haute cour de justice, membre du bureau exécutif national du M.c.d.d.i, ancien sénateur (2ème vice-président), ancien membre fondateur de l’A.i.p.l.f (Association inter-parlementaire de langue française).
Dans les universités françaises et africaines, il enseignait la critique littéraire, la littérature comparée, la linguistique et la théologie. Il a enseigné, pendant 22 ans, à la Sorbonne-Nouvelle (Paris III), tout en étant également professeur aux universités de Ouagadougou, d’Abidjan, de Dakar et de Brazzaville.
Membre de plusieurs académies en Europe, il a reçu de nombreux prix et distinctions honorifiques (grand prix littéraire d’Afrique noire pour la critique (1985), prix littéraire Aimé Césaire (1994), prix de la ville de Roubaix (France), Officier des palmes académiques de Côte d’Ivoire, Officier dans l’ordre de la pléiade de l’A.i.p.l.f).
Malgré tous ses mérites internationaux, l’académicien congolais n’a jamais été honoré par son pays. Sinon que le trophée Sanzas de Mfoa, dans sa catégorie grand prix des arts et des lettres du Congo, en 2012.
Signalons que l’oraison funèbre a été prononcée par le professeur Fidèle Mialoundama.

Cyr Armel YABBAT-NGO

----------------------------------------------

SOURCE : http://www.lasemaineafricaine.com/index.php?option=com_content&view=article&id=4856:obseques-de-jean-pierre-makouta-mboukou--lecrivain-chercheur-repose-desormais-au-cimetiere-familial-de-madibou&catid=4:national&Itemid=3

 

-------------------------------------------------------------------

 

BREVE BIOGRAPHIE du Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU

Notre compatriote, le Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU, qui vient de nous quitter fut :

-        Deuxième Vice-Président du Sénat congolais ;

-        Membre du MCDDI

-        Président-Fondateur du Collectif des Intellectuels Congolais Originaires du Pool (CICOP)

-        Ecrivain,

-        Chercheur,

-        Lauréat du Grand Prix Littéraire d'Afrique Noire et du Prix Littéraire Aimé Césaire ;

-        Membre de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer de France ;

-        Membre de l'Académie Italienne des Lettres, des Arts et des Sciences, Académie Internationale «GRECI MARINO» dans la Section : LITTERATURE ET POESIE. La lettre de nomination précise : «Nous vous avons attribué le titre supérieur d'Académicien Honoraire pour le haut professionnalisme montré dans le domaine littéraire». Cette nomination fut une véritable consécration de l'homme de Lettres, du Chercheur, du Professeur d'Université et de son oeuvre grandiose.

Précisons que l'Académicien est un chercheur de haut niveau, un Savant qui se distingue dans un domaine donné, ou dans plusieurs. Il arrive qu'il soit aussi un professeur d'université, et est, dans ce cas, comme le Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU, titulaire de diplômes universitaires classiques.

Outre le Baccalauréat, le Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU était titulaire des diplômes suivants :

1- Licence ès-Lettres (Littérature Française);

2- Licence en Théologie;

3- Diplôme d'Etudes Supérieures de Lettres;

4- C.A.P.E.S. (Certificat d'Aptitude Professionnelle à l'Enseignement Secondaire);

5- Doctorat de Spécialité (Linguistique Comparée);

6- Doctorat d'Etat ès-Lettres (Linguistique descriptive);

7- Doctorat d'Etat ès-Lettres (Littérature Française et Comparée);

8- Doctorat ès-Sciences Religieuses (Théologie Protestante);

9- Plusieurs listes d’Enseignement dans les Universités et les Grands Etablissements.

C'est à ce titre qu'il a enseigné aux Universités suivantes :

- INALCO (Paris III - Sorbonne Nouvelle);

- Dakar, Abidjan et Ouagadougou.

Jusqu'à présent, le Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU a été l'unique Congolais qui soit Membre de l'Académie Italienne alors qu'il était déjà seul Congolais

Membre de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer de France.

Il a été l'auteur de plusieurs ouvrages littéraires : romans, poésies, récits, études, collections et dictionnaire dont «Mes 10.000 mots» (Dictionnaire français), coll. NEA-Bordas en 1981-1982-1983.

Le Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU a été aussi auteur de plus d'une cinquantaine d'articles publiés dans diverses revues étrangères.

 



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.