Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

2376 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2022

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Le général Gilbert Mokoki saborde le voyage de Sassou Nguesso aux USA

Le ministre Gilbert Mokoki a pris, en dépit de tout bon sens juridique et administratif, dans une note du 17 octobre 2022, n° 02597/MSP/CAB.22, la liberté de déposséder un citoyen américain, le docteur Joseph Mapes Harvey, de l'Hôpital Évangélique Le Pionnier (HELP) d’Impfondo, une structure privée financée par des dons.

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Congo-Brazzaville : Le Général Gilbert Mokoki saborde le voyage de monsieur Denis Sassou Nguesso aux États-Unis d’Amérique. 

Illustration 1

Il y a de la friture sur la ligne entre les États-Unis d’Amérique (USA) et le Congo-Brazzaville pour un différend d'ordre privé concernant les manières peu orthodoxes du ministre de la Santé et de la Population, monsieur Gilbert Mokoki contre un citoyen américain, le docteur Joseph Mapes Harvey.                      

Absent du Forum de Paris sur la Paix tenu du 11 au 12novembre 2022 à Paris, monsieur Denis Sassou Nguesso risque de manquer sur un parfum de scandale le deuxième sommet États-Unis d’Amérique-Afrique prévu du 13 au 15 décembre 2022 à Washington D.C.    

NON, monsieur Gilbert Mokoki, un militaire et homme politique ne peut pas tout se permettre. Un général de division ne peut pas se comporter un soudard, et un homme politique comme un aigrefin. Il faut toujours savoir éviter la confusion des rôles.                                                            

Le ministre Gilbert Mokoki a pris, en dépit de tout bon sens juridique et administratif, dans une note du 17 octobre 2022, n° 02597/MSP/CAB.22, la liberté de déposséder un citoyen américain, le docteur Joseph Mapes Harvey, de l'Hôpital Évangélique Le Pionnier (HELP) d’Impfondo, une structure privée financée par des dons. À tout ceci s’ajoute des menaces d’intimidation et des mesures de coercition à type de privation de liberté contre le docteur Joseph Mapes Harvey, sa famille et son staff avant leur expulsion du territoire congolais, leur outil de travail ayant été confisqué.     

À bien y regarder, cette note qui manque d’ampliation avait pour but à ne pas être archivée, donc d’effacer toute trace de cette forfaiture qui est une escroquerie en bande organisée.     

Depuis 2006, le docteur Joseph Mapes Harvey exerce une activité d’utilité publique normalement dévolu au gouvernement congolais et à but non lucratif au sein de l’Hôpital Évangélique Le Pionnier (HELP) d’Impfondo.  

En agissant de la sorte, le ministre de la Santé et de la Population du Congo-Brazzaville, le général Gilbert Mokoki, a engagé la responsabilité du gouvernement congolais dans ce qui relève être une affaire privée à traiter devant les juridictions idoines. Il a été juge et partie, ce qui porte un grave discrédit aux agissements du ministre.  

Il faut par ailleurs noter et ce n’est pas anodin que monsieur Gilbert Mokoki est un ressortissant d’Impfondo, son village se situant à 300 mètres de cet hôpital. Dans ce contexte quoi de mieux comme c’est la règle au Congo-Brazzaville, de favoriser ses parents dans le racket d’une structure privée. Le conflit d’intérêt est plus que patent et indigne d’un ministre de la République.  

Décidément, les membres du gouvernement de monsieur Denis Sassou Nguesso nous étonneront toujours par leur légèreté à confondre les affaires privées et les affaires publiques. Le Congo-Brazzaville étant géré comme une épicerie familiale, chaque apparatchik du pouvoir y va de sa propre lecture de la loi et de la Constitution. Ne dit-on pas que le poisson pourrit toujours par la tête ?  

Fidèle à sa volonté de faire main basse sur l’Hôpital Évangélique Le Pionnier (HELP) d’Impfondo avec la complicité du préfet de la Likouala, monsieur Jean-Jacques Mouanda, un nouveau directeur de l’hôpital a été installé le 23 novembre 2022 en la personne de monsieur Kimwanga Masikini Roger, un infirmier, citoyen de la République démocratique du Congo (RDC). Le nouveau médecin directeur est le docteur Rodrigue Kala, médecin retraité, vice-Président du Conseil départemental de la Likouala. Mais paradoxalement, l’hôpital a été fermé jusqu’à nouvel ordre. Le bazar commence dans la prise en charge des malades qui avaient jusqu’à ces derniers jours bénéficiés des soins dans cet hôpital. À noter que le nouveau directoire a fait main basse sur tout le matériel de l’hôpital provenant des dons.  

La seule question qui se pose est celle de savoir comment monsieur Gilbert Mokoki qui n’arrive pas à gérer convenablement les différentes structures hospitalières publiques congolaises avec le budget de l’État en sa possession, pourra gérer un hôpital privé à but non lucratif en assurant des soins de qualité ?  

Le gouvernement congolais a choisi de faire bloc autour de son ministre indélicat. Afin de faire la lumière devant cette affaire rocambolesque qui dure depuis plus de trois ans au Congo-Brazzaville, la justice américaine en vertu de son extraterritorialité sera saisie. La note illégale du ministre Gilbert Mokoki est une pièce à conviction incriminante qui doit donner des sueurs froides perlées de glaçons à ce dernier. L'extraterritorialité du droit américain est le nom donné à l'ensemble des dispositions du droit américain qui peut être appliqué en-dehors des frontières des États-Unis à des personnes physiques ou à des personnes morales de pays tiers.  

Le gouvernement américain a le devoir et le droit de porter assistance à tous ses ressortissants quel que soit l’endroit sur la planète où ils se trouvent. Ont été saisis les médias et les réseaux sociaux américains, monsieur Chris Jacobs, Congressman de New York, madame Kirsten E. Gillibrand, sénatrice de l’État de New York, et monsieur Charles E. Schumer, sénateur de l’État de New York.    

À ne pas en douter le séjour américain de monsieur Denis Sassou Nguesso au deuxième sommet États-Unis d’Amérique-Afrique prévu du 13 au 15 décembre 2022 à Washington D.C. sera marqué par des vives explications entre les représentants américains de New York et ce dernier sur la conduite cavalière des affaires privées de son gouvernement. Au-delà d’un « avenir énergétique durable » le thème du deuxième sommet, l’avenir de l’Hôpital Évangélique Le Pionnier d’Impfondo sera un des sujets brûlants au menu des discussions de monsieur Denis Sassou Nguesso.     

L’État congolais ne peut pas continuer à se comporter comme un Etat voyou (Rogue State) sans en subir les conséquences. Les représentants américains en particulier les sénateurs ou les sénatrices sont très indépendants du Président américain qui a surtout besoin d’eux pour mettre en place sa politique. Il sera alors difficile à monsieur Denis Sassou Nguesso dont la nature tyrannique de son pouvoir est connue de toute la planète, d’avoir un quelconque soutien de son homologue américain qui ne s’ingère pas dans les affaires privées et/ou judiciaires.    

La période de turbulence avant le départ pour les USA de monsieur Denis Sassou Nguesso ne fait que débuter. Le spectre de la tenue orange doit commencer à hanter les protagonistes escrocs de cette affaire, à défaut de préférer rester vivre toute leur vie au Congo-Brazzaville.   

Après la honte, l’escroquerie s’invite au cœur du gouvernement congolais qui est couvert d’opprobre. Nous ne sommes pas surpris par ce genre de comportement car le Congo-Brazzaville est un pays où seule règne la loi de la jungle, la loi du plus fort avec les armes.  

Comment le ministre Gilbert Mokoki peut-il lancer un appel d’offre de gestion sur un hôpital privé ?  

S’agit-il d’un acte d’extorsion irréfléchi ou fait à dessein qui met en difficulté le gouvernement congolais ? Seul le ministre Gilbert Mokoki pourra y répondre. Dans un cas comme dans l’autre, il est coupable de mauvaise conduite, d’acte répréhensible, de faute politique et d’anti-valeurs.  

De Sénèque nous retiendrons : « Toute vertu est fondée sur la mesure ».  

Il est temps de prendre la mesure et d’harmoniser les violons au niveau du gouvernement congolais.  

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA   

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.