Face à Sassou, le peuple congolais se réveille et prend le monde entier à témoin

Quand celui qui détruit l’économie du Congo et son peuple adopte comme slogan de campagne « Sassou ou rien », cela veut dire qu’il veut continuer à détruire son pays et exterminer les Laris...

Face à Sassou, le peuple congolais se réveille et prend à témoin le monde entier. Annoncez-le !

Quand un président de fait a échoué sur tous les plans au niveau national : pas d’hôpitaux, pas d’écoles, pas d’électricité, pas d’eau courante, pas de routes, pas de chemins de fer, des pensions non payés depuis trois ans pour certains militaires, des pensions de retraite non pays depuis près de trente mois, des salaires et des bourses au compte-goutte, des étudiants livrés à eux-mêmes à l’étranger, des crimes économiques de grande ampleur, un génocide d’état dans la région du Pool ; quand celui qui a échoué pendant quarante ans se déclare candidat à sa propre succession avec pour seul projet de « mourir au pouvoir », FAUT-IL LE LAISSER FAIRE ?

Quand celui qui détruit l’économie du Congo et son peuple adopte comme slogan de campagne « Sassou ou rien », cela veut dire qu’il veut continuer à détruire son pays et exterminer les Laris – c’est ce qu’il vient de faire en envoyant couper à la machette de braves citoyens à Bacongo et Makélékélé et en faisant brûler l’hôpital de Linzolo construit par l’église catholique, en décapitant la statue de Mgr Augouard. Le peuple congolais sait que ce mépris ne présume rien de bon. FAUT-IL LAISSER DENIS SASSOU EXTERMINER LE PEUPLE ?

Aujourd’hui, le peuple congolais interpelle et prend à témoin la communauté internationale, notamment l’Union Européenne, la France et les États-Unis d’Amérique. Car il faut que le monde entier sache ce qui se trame en secret, que tout le monde comprenne que Denis Sassou croit encore que les élections sont gagnées d’avance :

  • « l’empereur » Sassou a prévu de couper l’Internet pour isoler davantage le peuple congolais du reste du monde. C’est pourquoi il a confié la direction de la société Silicone Connect, opérateur de la fibre optique au Congo, à Omar Denis Jr Bongo, le fils de l’ex-président gabonais Omar Bongo, son petit-fils.
  • La présidence de la CNEI (commission nationale électorale indépendante) a été confiée à Henri Bouka qui est non seulement l’oncle de Denis Sassou mais aussi le président de la Cour suprême du Congo.
  • A deux mois des élections, le corps électoral n’est pas connu. Aucun recensement de la Population et de l’Habitat n’a été réalisé pour établir les listes et les cartes électorales alors que le Congo a connu des guerres contre les civils d’une rare violence.

Quand le PCT proclame haut et fort qu’il n’y a aucun candidat en face de Sassou, le peuple congolais sait bien que cela promet des fraudes massives. Que l’opinion internationale prenne enfin la mesure de cette guerre contre le peuple et voit que le peuple congolais est en train de se réveiller !

Attention ! Affamé, opprimé, humilié, privé de soins et du minimum vital, privé de ses pensions de retraite, soumis au génocide, le peuple en colère devient comme le fleuve Congo lorsque ses eaux dévalent vers les rapides et ravagent tout sur leur passage. L’avenir du peuple, l’avenir des générations futures ne s’achète pas avec 5000 Fcfa, avec des boissons, des tee-shirts et des pagnes ! Ne nous bouchons plus les oreilles pour dire après : « Nous ne savions pas ! ». Les partisans du PCT peuvent encore se raviser avant qu’il ne soit trop tard. IL EST ENCORE TEMPS et c’est maintenant que tout se joue.

Pour valider sa fraude, Denis Sassou excite les égos des candidats préfabriqués. Mais il les tient par des dossiers compilés par la commission de la corruption de telle sorte qu’aucun candidat ne pourra revendiquer une victoire de peur d’aller grossir le nombre de prisonniers de droit commun pour corruption.

Tolérer le « Sassou ou rien », laisser faire Sassou et ses opposants-candidats, c’est donner à Denis Sassou et ses affidés le permis de tuer encore dans le Pool, ce que Jean Dominique Okemba, dans son orgueil démesuré, a reconnu à haute et intelligible voix devant son clan : « Nous avons tué, et brûlé le Pool. Le ciel n’est pas tombé ! »

Quand le peuple congolais crie depuis quarante ans, la communauté internationale lui répond par un silence assourdissant. Cela signifie que ce peuple meurtri ne crie pas suffisamment haut et fort. Le peuple congolais a donc décidé de se donner les moyens de crier très haut et très fort pour se faire entendre par la DÉSOBÉISSANCE CIVILE afin que personne ne puisse plus dire dans le monde entier « Nous ne savions pas ! » …

Souvenons-nous du coup d’état du 5 juin 1997, organisé par quelques grandes puissances dont Denis Sassou s’est approprié les acquis. Gardons bien en mémoire les sacrifices du cardinal Émile BIAYENDA, du président Marien NGOUABI, du président Alphonse MASSAMBA-DEBAT, du capitaine Pierre ANGA, du colonel TSOUROU, du général Blaise ADOUA, du colonel Emmanuel AVOUKOU, du général Yves MOTANDO, du colonel François Xavier KATALI et de tous ceux qui ont été assassinés par Denis Sassou et le PCT. N’oublions pas non plus ceux qui sont en prison sans motif, tels le général Jean-Marie Michel MOKOKO ou le général Norbert DABIRA ou encore André OKOMBI SALISA !

Peuple du Congo, mes chers compatriotes, annonçons au monde entier que Denis Sassou ne pourra plus dormir plus d’un doux sommeil, sans être réveillé par aucun bruit. A la différence de toutes ses victimes, lui au moins aura été averti. Car, même s’il continue à utiliser une jeunesse droguée et sans avenir par des slogans comme « Sassou ou rien », le peuple congolais a compris que Denis Sassou le menace, de manière à peine voilée, de détruire tout sur son passage, alors qu’il n’a rien construit avec l’argent qu’il a pillé. Oui, peuple du Congo, mes chers compatriotes, nous avons la preuve qu’il a tout volé, qu’il a beaucoup trop volé et que la conséquence est là : une lourde dette qu’il laisse aux générations futures.

Peuple du Congo, mes chers compatriotes, si Denis Sassou se prend pour un loup, c’est qu’il nous prend pour des agneaux qu’il égorge. Mais, moi, Modeste Boukadia, je sais que vous n’êtes pas des agneaux. Vous êtes un grand peuple, fier et travailleur. Par la DÉSOBÉISSANCE CIVILE, montrons tous ensemble à Denis Sassou et à ceux qui l’accompagnent dans ce hold-up électoral que le peuple congolais existe toujours, que le peuple est bien debout et décidé !

Peuple du Congo, mes chers compatriotes, cessons d’avoir peur ! Prenons cette fois-ci notre destin en main. Prenons le pouvoir par la DÉSOBÉISSANCE CIVILE. Peuple du Congo, mes chers compatriotes, préparons-nous à gérer ensemble la Transition politique qui vient.

Peuple du Congo, mes chers compatriotes, annonçons au monde entier que nous ne nous laissons plus faire ! Cette fois-ci, c’est « le Peuple ou rien ».

Peuple du Congo, mes chers compatriotes, s’il y a élection, montrons au monde entier que le peuple congolais est un grand peuple et qu’il n’ira pas voter. Par la DÉSOBÉISSANCE CIVILE, le peuple empêchera ainsi Denis Sassou, le tyran impénitent, de crier victoire. Et c’est là que le peuple dans la liesse réclamera sa victoire et appellera à la démission du voleur des élections. Tous les Démocrates et les Républicains du monde entier se relayeront alors dans les différentes chancelleries pour enfin s’en émouvoir. Ils auront compris que nous avons arraché notre liberté pour sauver la République du Congo.

Vive la République du Congo libre et sans dictature !

Modeste Boukadia
Paris, le 25 janvier 2021

SOURCE : https://cdrc-cg.com/2021/01/25/face-a-sassou-le-peuple-congolais-se-reveille-et-prend-a-temoin-le-monde-entier-annoncez-le/ 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.