Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

2353 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mars 2019

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Toxic Trade : razzia et corruption au Gabon et au Congo

Publié cette semaine, ce rapport est financé par plusieurs fonds situés en Norvège, le Fond COX, ou encore la Weeden Foundation. Selon le rapport, des milliers de billes de bois sont entrées aux Etats-Unis via l’importateur Evergreen Hardwoods. Elles proviennent directement de la contrebande gabonaise et congolaise.

Jecmaus
Information et lancement d'Alertes... sur le Congo-Brazzaville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toxic Trade : razzia et corruption au Gabon et au Congo.

Toxic Trade – Commerce Toxique. L’Agence d’Investigation Environnementale (AIE) vient de publier un rapport explosif l’exploitation forestière illégale au Gabon et au Congo. Razzia chinoise sur les forêts africaine, le rapport accuse directement plusieurs ministres de corruption. Jean Ping n’est pas épargné.

Publié cette semaine, ce rapport est financé par plusieurs fonds situés en Norvège, le Fond COX, ou encore la Weeden Foundation. Selon le rapport, des milliers de billes de bois sont entrées aux Etats-Unis via l’importateur Evergreen Hardwoods. Elles proviennent directement de la contrebande gabonaise et congolaise.

Destruction de la forêt Equatoriale

Selon l’AIE, ces Okoumés ont été coupés et exportés par la société Dejia Group, appartenant à Mr Xu Gong De. Cette société possède plus de 1,5 millions d’hectares de forêt tropicale au Gabon et au Congo.

L’AIE a découvert que le groupe Dejia a obtenu illégalement des concessions de forêt dont 100.000 hectares à Lebama.

Une razzia au Congo

Denis Sassou Nguesso et les dirigeant du Groupe

Selon le document, 80% des forêts de Dejia Group sont au Congo.

Rien que l’une des filiales congolaise du groupe Dejia a surexploité et coupé plus de 15.000 arbres.

Au niveau groupe, la surexploitation représente entre 2013 et 2016, plus de 100.000 billes de bois. Et un chiffre d’affaire de prés de 80 millions de dollars.

Toujours selon le rapport, le Gabon et le Congo ont perdu plus de 4 milliards de francs CFA de taxes non collectées. L’argent des recettes s’évapore via des compagnies offshores basées à Hong Kong.

Des ministres gabonais et congolais corrompus

Le document décrit comment sont distribués d’énormes dessous de table à des ministres gabonais et congolais. Ainsi qu’à toute l’administration pour éviter « les petits problèmes ».

Au Congo, il prend l’exemple d’un appel d’offre lancé pour l’exploitation de la Forêt Lebama. Selon l’AIE, plus de 4 millions de dollars (2 milliards de francs CFA) de pots de vin, ont été versés pour obtenir le précieux permis d’exploitation.

Ainsi, selon les témoignages recueillis par le rapport, le groupe Dejia doit corrompre toute la chaîne administrative afin d’obtenir gain de cause. Pour cela, les petites mains sont « arrosées » dans les ministères. Et les ministres eux mêmes reçoivent des mallettes de cash. Environ 100 millions de francs CFA. Le rapport cite au Congo Henri Djombo, et au Gabon, Estelle Ondo et Jacques Denis Tsanga.

La campagne de Jean Ping financée par de l’argent sale

Autre révélation inédite du document. Jean Ping apparaît comme l’oncle de
Xu Gong De et serait même celui qui a permis à ce dernier de s’installer et faire fortune.

Jean Ping, alors qu’il était Président de la Commission de l’Union Africaine.

Le réseau des parrains du Groupe Dejia comprend notamment l’un des diplomates les plus influents d’Afrique, M. Jean Ping, ancien président de la commission de l’Union africaine et ancien président de l’Assemblée générale des Nations unies. En échange de son soutien politique et de ses nombreuses relations en Chine et en Afrique, M. Xu, qui n’est autre que le neveu de M. Ping, aurait été le principal financeur de la campagne présidentielle de M. Ping en 2016 au Gabon, comme des responsables du Groupe l’ont expliqué aux enquêteurs d’EIA.

Commerce Toxique – EIA GLOBAL

SOURCES : https://africtelegraph.com/toxic-trade-razzia-et-corruption-au-gabon-et-au-congo/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter+vendredi

https://content.eia-global.org/posts/documents/000/000/865/original/Commerce_Toxique-web.pdf?1553482789

-------------------------------------------------------

NOTRE COMMENTAIRE : Nous craignons que le régime de Brazzaville qui a mis en place l'OPERATION "GRAND NETTOYAGE" n'intervienne à nouveau auprès de MEDIAPART pour faire effacer (dépublier) l'article ci-dessus qui met en cause M. Sassou Ngueso et son ministre inamovible Henri DJOMBO corrompu jusqu'à la moelle par les Chinois...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac