Comment contourner l'obsolescence programmée en 2017 ?


Consommer plus intelligemment


Quand un appareil est programmé pour ne plus fonctionner après quelques années seulement, vous obligeant à en racheter un autre, cela s’appelle l’obsolescence programmée.

A priori, la question est toute simple : y a-t-il dans votre lave-linge, votre micro-onde, votre frigo, votre aspirateur, votre machine à café ou tout autre appareil électroménager, une pièce qui ne fonctionne plus ? Y a-t-il dans nos appareils, un ou plusieurs composants plus fragiles délibérément choisis par le fabricant pour écourter leur durée de vie ?

Le simple fait de poser la question déclenche la colère des industriels et conforte les consommateurs dans l’idée qu’il est maintenant nécessaire de changer ses habitudes de consommation.


Une expérience de la vie quotidienne


Prenons l’exemple tout simple d’un appareil électroménager de votre quotidien. L’été approche à grands pas et en tant que consommateur vous souhaitez acheter une centrifugeuse qui vous permet de réaliser des cocktails poire-kiwi ; vous avez envie de retrouver toute la saveur d’un bon jus de fruits frais avec en prime les vitamines.

La centrifugeuse permet de réaliser en quelques secondes de délicieux jus de fruits et de légumes frais naturels à la maison, mais comment fonctionne-t-elle ? Comme tout appareil électrique ou électronique, la centrifugeuse contient une multitude de composants électroniques qui actionne le principe de la force centrifuge pour séparer la chair du jus.

Très pratique, elle fonctionne sans avoir besoin d’éplucher ni de découper les fruits en tout petits morceaux, exceptés ceux qui possèdent une peau épaisse ou non comestible comme l’ananas ou le kiwi.


L’obsolescence programmée


Seulement, après l’avoir utilisé plusieurs mois, une pièce de la centrifugeuse ne fonctionne plus et le fabricant vous dirige alors vers le service après-vente. Dans la majorité des pannes, les vendeurs suggèrent tous d’acheter une nouvelle centrifugeuse car le coût de la réparation sera plus important que l’achat d’un modèle neuf.

C’est cela l’obsolescence programmée, ce mécanisme secret situé au cœur de notre société de consommation qui nous pousse à consommer à crédit et à emprunter de l’argent pour acheter des choses dont nous n’avons pas besoin. Comme vous le savez sans doute, nous vivons dans une société dominée par une économie de croissance dont la logique est non pas de croître pour satisfaire nos besoins mais de croître pour croître. Dans une société de croissance, quand il n’y en a pas cela est catastrophique. Si le consommateur n’achète plus, il n’y a plus de croissance économique.


Comment se défaire progressivement de ce mécanisme insidieux qui nous oblige à surconsommer des biens ? Dans la grande majorité des cas, votre appareil sera difficilement réparable et vous choisirez sans doute de vous en débarrasser.

Comment changer nos habitudes de consommation tout en respectant l’environnement ? 


Recycler ses appareils défectueux


20 : c’est le nombre de kilos de déchets électroniques et électriques jetés par an et par personne, une quantité considérable surtout lorsqu’on sait que seulement 38 % sont recyclés. Pourtant, il existe aujourd’hui deux grands modes de récupération. Les premiers ce sont les collectivités qui collectent les équipements électroniques et électriques à travers notamment les déchetteries. Ensuite, vous avez également les distributeurs.

Là encore, il existe plusieurs solutions : le 1 pour 1, soit un acheté un repris, ce procédé consiste à récupérer votre ancien équipement en échange d’un achat d’un autre produit ; mais depuis 2014 certaines enseignes peuvent collecter des produits sans achat de votre part. Votre objet ne doit pas dépasser les 25 cm, par exemple un rasoir électrique, un fer à repasser, etc.

La seule difficulté sur ce mode de collecte c’est que seuls les magasins qui ont 400 m² dédiés aux équipements électriques et électroniques doivent le faire. Chez le distributeur, très souvent cela se concrétise par un meuble de collecte où l’on peut déposer soi-même le produit à l’intérieur de ce meuble.


Sachez que ces modes de récupération sont tous gratuits. Pensez également aux réseaux de recyclage constitués de petits acteurs de l’économie solidaire et sociale, pouvant récupérer vos produits pour leur donner une seconde vie. Et ces acteurs-là sont répartis sur l’ensemble de la France.
Enfin, pensez à recycler vos déchets d’équipement électrique et électronique.

A ce titre sachez que les distributeurs et les grandes enseignes ont l’obligation de vous les reprendre gratuitement lors d’un achat similaire.


Participer financièrement à l’économie écologique


Qu’est-ce que l’éco-participation ?


L’éco-participation est le montant que paye un fabricant d’appareils électriques et électroniques lorsqu’il vend ses produits en France. Ce montant est répercuté à l’identique aux distributeurs qui eux-mêmes le répercutent aux consommateurs. Bien entendu, la législation française impose aux distributeurs d’afficher le montant de l’éco-participation séparément du prix de vente de l’appareil, c’est la loi. L’éco-participation s’applique à tous les appareils, ce n’est pas une taxe car elle n’est pas perçue par l’Etat, elle est versée intégralement à un éco-organisme qui est une entreprise privée à but non lucratif agréée par les pouvoirs publics.


Bien entendu, le montant de l’éco-participation varie selon les appareils car tous ne sont pas dépollués et recyclés de la même façon. Globalement, l’éco-participation finance la collecte des appareils partout en France, leur transport jusque dans les centres de traitement, leur dépollution et leur recyclage. Elle s’appuie également sur la revente des matières issues du recyclage pour financer toute cette chaine. Au final, l’éco-participation correspond aux coûts des opérations des entreprises privées, moins la revente des matières recyclées.

C’est pour bénéficier d’économies de déchets importants que de nombreux fabricants ont fait le choix de se regrouper au sein d’un seul et unique collectif, tous les appareils quelle que soit leur marque sont collectés et recyclés au sein d’un même groupe de fabricants. Ceci permet d’éviter un montant d’éco-participation trop important tout en garantissant le meilleur recyclage possible pour les anciens appareils.


Compris entre 1 centime et 20 euros suivant l’appareil, le montant des éco-participations augmentera progressivement avec les années. En effet, en 2006, pour 5 nouveaux appareils achetés, seul un ancien appareil était collecté et traité par une entreprise privée. Aujourd’hui, grâce aux efforts de tous les Français, ce rapport est passé de 5 pour 1 à 5 pour 3, le respect de l’environnement a un coût mais la collaboration de tous les acteurs et les consommateurs permet de réaliser des économies et d’améliorer la santé de notre planète.


Ainsi, les éco-organismes sont des acteurs essentiels dans la lutte de l’obsolescence programmée, ils favorisent la création de l’emploi en France, financent l’innovation technologique et soutiennent l’économie sociale et solidaire. Mais cela ne serait pas possible sans les consommateurs qui ont à leur disposition des milliers de points de collecte partout en France. Choisir de mieux recycler ses déchets et ses biens de consommation, c’est faire le choix de travailler sur l’éco-conception des appareils ou de soutenir des programmes d’éducation à l’environnement.


Réparer soi-même ses objets électriques


Il existe une alternative au recyclage de ses objets et nous devons cette nouvelle tendance à une journaliste hollandaise qui a eu l’idée de créer le concept de « Repair Café ». Comme vous le savez maintenant, les modes de consommation poussent les usagers à jeter leurs appareils électriques ou électroniques.

L’idée est là, vous avez un grille-pain qui ne fonctionne plus, plutôt que de le jeter vous allez essayer de le réparer avec un bricoleur confirmé au Repair Café. Les objectifs sont simples :  avoir un lieu de proximité avec la population dans lequel les personnes peuvent venir apprendre à réparer, éventuellement faire réparer leur appareil, mais avec cette idée pédagogique de réparer leurs propres objets du quotidien que nous avons tendance à jeter puis à racheter.


Au sein de ces lieux "Repair Café", il y a très peu de personnes dont le métier est de réparer, c’est davantage des bénévoles qui sont ingénieurs en électronique, des techniciens, des électriciens, ce sont des bénévoles qui ont des métiers apparentés. Chaque Repair Café a une charte de fonctionnement qui est présentée au nouveau visiteur afin qu’il puisse comprendre les valeurs du dispositif et comment se déroule une séance de Repair Café. Dans certains lieux, il y a un accueil de 50 à 100 visiteurs suivant le nombre de bricoleurs disponibles ce jour-là.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.