Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2017

Le sens d'un vote blanc, au cas où...

A deux jours du scrutin, je suis tellement bassiné part les sermons moralisants - sincères ou intéressés - à propos du vote blanc et de l’abstention lors d’un deuxième tour Macron-Le Pen, que j’ai simplement envie de porter mon hésitation, qui durera sans doute jusqu’au moment ultime, comme un étendard.

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne demande rien d’autre, à défaut de silence, que du respect. Et le droit de rire de tous, y compris de moi-même.

Les Diafoirus de l’anti-fascisme, dont beaucoup ne se sont découverts menacés par le FN que depuis quelques jours, alors que ça fait longtemps que se famille nous pompe l’air, nous assènent que « voter blanc, c’est voter Le Pen ».

Les plus méchants vous disent que « si vous votez blanc, vous êtes facho », et autres amabilités de la même eau.

Je leur rappelle que le droit au vote blanc est parfaitement démocratique et constitutionnel et qu’il signifie d’abord que le citoyen qui fait ce choix n’est pas satisfait de l’offre proposée. 

Alors après, ça devient de la discussion de tête de gondole à la supérette : 

« Je voudrais du jus de raisin.

- Ah, désolé, y’en a plus. Mais il reste du jus de pamplemousse et du jus d’ananas…

- Eh bien non merci, je ne veux rien.

-  Pourquoi? Ils ne sont pas bons, mes jus? »

Etc. Etc. Le vote blanc n’est pas pris en compte, c’est vrai. N’empêche que lors des dernières municipales, il y a eu quelques communes où le vote blanc a atteint 30%. Vous vous rendez compte? 30% des gens qui se déplacent jusqu’au bureau de vote pour dire que, non, vraiment, les deux finalistes sont trop nuls ! De quoi raboter un eu le sentiment de puissance du vainqueur. Enfin, je trouve.

Mais le vote blanc a une portée bien plus forte. Curieusement, en effet, il n’y a jamais personne chez les fachos pour vous dire « voter blanc, c’est voter Macron ». Pourquoi, parce qu’à la vérité, le vote blanc a ce pouvoir d’adresser à chacun des candidats un message, euh, personnalisé.

A M. Macron : « jamais les Français n’adhèreront à vos projets en matière de politique sociale, vous voulez nous imposer une manière de thatchérisme avec 20 ans de retard, ça ne marchera pas. Votre politique européenne est bien trop floue pour être fiable alors que le rognage continu des acquis sociaux, la suppression de dizaines de milliers de postes de fonctionnaires, la remise en cause de leur statut, le projet de tordre le bras aux syndicats, entre autres, tout ça nous évoque irrésistiblement un plat de champignons… à la grecque. Je prends cet exemple parceque  ce plat, dans sa version française généralement servie dans les brasseries, est une insulte à la fois à la gastronomie et à la Grèce. »

A Mme Le Pen : « Ayé ! Vous pouvez partir à la retraite ! Les Français ont compris pourquoi votre père et vous étiez là ! Pour obliger le bon peuple à bien voter pour le tenant (LR ou PS ou En Marche! aujourd’hui) qui imposera, en se justifiant par un vote masse en sa faveur, des couches supplémentaires d’austérité, des compromis européen et internationaux de plus en plus foireux. Mais bon, aujourd’hui, vous ne faites plus peur à personne, surtout après, à ce qu’on me dit, votre calamiteuse prestation lors du débat de l’autre soir (j’ai pas regardé, j’avais mille choses plus intéressantes à faire). D’ailleurs, votre nièce envisage de quitter la politique : elle n’a sans doute pas envie de perpétuer le glorieux rôle entamé par votre père et repris par vous, non sans talent je vous le concède, d’épouvantail à moineaux. C’est un signe, non? En tout cas, bon débarras ».

Bon, allez, j’arrête et je me donne quelques heures pour découvrir ce sentiment curieux - parce qu’inédit pour moi lors d’un vote - celui de l’incertitude.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux