Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2017

Mélenchon, l'Européen

Je vais voter pour la France Insoumise, pour Jean-Luc Mélenchon, même si je ne suis pas d'accord à 100% avec lui sur tout, mais juste sur l’essentiel, et notamment sur l’Europe, source de pas mal de nos maux (si, si…) mais aussi de quelques-uns de nos espoirs, pour peu qu’elle change et qu'elle offre autre chose que l'austérité en guise de futur. Mélenchon, anti-européen? C'est juste un mensonge.

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a dix ans, l’auteur de ces lignes, qui avait pourtant toujours auparavant voté à gauche (Mitterrand, Jospin) avait opté pour François Bayrou, non par passion démocrate-chrétienne, mais c’était faute de parvenir à adhérer à la candidature de Ségolène Royal qui n'avait que pour seule qualité que celle d'être une femme, mais c'est tout.

Bayrou m’apparaissait alors offrir, avec sa promesse d'un referendum sur la moralisation de la vie politique (je résume) la perspective d'une petite révolution institutionnelle que je j'estime toujours salutaire. 

Je l’écoute toujours aujourd’hui car je lui conserve de l’estime et qu’il parle bien, mais je trouve pourtant étonnant et même regrettable qu'il n'ait absolument pas évolué sur l'Europe dont les néfastes dérives se sont singulièrement aggravées depuis dix ans. L'Europe est l'une des causes qui m'a fait, il y a quelques années déjà, me rallier à la France insoumise, où l'on peut, lorsqu'on débat - et même sans être toujours d'accord, c'est un mouvement démocratique - poser les bonnes questions :

Comment pouvons-nous accepter en silence le sort fait au peuple grec?

Comment pouvons-nous accepter le sort réservé par certains pays membres aux réfugiés du Moyen-Orient? 

Comment laisser dire qu'il faudra "sanctionner" la Grande-Bretagne pour le Brexit, alors qu'elle est le seul pays de nos voisins avec lequel notre commerce extérieur est excédentaire? 

En acceptant, comme lorsqu'il s'est agi de sanctionner la Russie, de nous tirer une balle dans le pied? 

Comment oser remettre sur le tapis "l'Europe de la Défense" alors qu'elle existe déjà et pour l’essentiel précisément autour de la France.... et du Royaume-Uni? La brigade franco-allemande ne tient pas vraiment la comparaison à côté de la longue coopération franco-britannique en matière de défense.

En plus, cette coopération ne nous a jamais empêché, nous les français, de conserver une politique extérieure indépendante, cauchemar des fédéralistes européens… et des Etats-Unis!

Mais bon, Sarkozy nous avait fait rentrer dans le giron de l’OTAN et Hollande a oublié de nous en faire ressortir. Nul doute que Macron, Fillon, Hamon oublieraient eux aussi. Mélenchon le propose, et je gage qu’il saura le faire sans accroc majeur avec les Américains, qui restent des alliés.

Comment faire comme si les Britanniques allaient devenir des sortes de martiens alors que la distance séparant les côtes françaises et anglaises n'est toujours que de 32 km et qu'en plus, il y a un tunnel?

Comment laisser le débat sur l’euro à la seule main de Marine Le Pen? Elle a beau jeu de dire qu’il faut en sortir - d’autant qu’il y a quelques arguments pas si bêtes en faveur d’une telle sortie - mais  il faut en parler autrement qu’avec le langage des économistes, loin d’être unanimes sur cette question, c’est le moins qu’on puisse dire, mais avec les mots de chacun. 

L'Europe est née quelques siècles avant l'UE et elle lui survivra encore bien longtemps alors qu'elle a dans les faits disparu. Je ne peux que recommander à tous la lecture de l'excellent ouvrage de Coralie Delaume et David Cayla ("La fin de l'Union européenne" - Michalon, 19 €) qui sont des gens sérieux et qui font le simple CONSTAT que l'UE est déjà morte mais qu'évidemment, elle ne s'en est pas rendue compte, illustrant leur propos par la violation par pas mal de ses membres de quelques une de ses règles les plus importantes. 

Un théâtre d'ombres dont Olivier Delorme, historien spécialiste de la Grèce et des Balkans propose de sortir dans "30 bonnes raisons de sortir de l'Europe" (H&O, 17 €), qui revient sur la malfaçon originelle de l'UE et sur ses défauts réels qui font que désormais il serait par exemple impossible - au motif de la non-interférence des Etats dans la concurrence "libre et non faussée" de se lancer comme la France et l'Allemagne l'avaient fait, dans la coopération qui avait permis de donner naissance à l'Airbus, à la France et quelques autres de se lancer dans l'aventure de l'Agence spatiale européenne, etc. 

Delorme y met notamment en évidence l'existence de deux conceptions rivales de l'Europe, la conception supranationale (que nous subissons actuellement) et la conception, disons "gaulliste" de l'"Europe des Nations", qui affiche aussi que "l'Europe est la solution", mais sans doute avec d'autres institutions. 

Alors, évidemment, tant que les tenants de ces deux principales conceptions de l'Europe ne se parleront pas, avec respect car ces deux conceptions sont respectables, l'UE continuera de pédaler dans la choucroute, ou les spaghettis, si vous préférez.

Accessoirement,  j'en ai marre de m'entendre traiter d'anti-européen alors que je suis polyglotte, universaliste, internationaliste et... européen aussi.

L'actualité et la frappe imprévisible de Donald Trump en Syrie après le gazage criminel des populations civiles nous rappelle par ailleurs qu'il va bien falloir parler un jour avec Vladimir Poutine, avec le nouveau président américain, avec Xi Jinping, avecRecep Tayyip Erdogan, avec Angela Merkel, et quelques autres personnalités aux caractèrex, euh, disons bien trempés.... Qui peut le mieux représenter la France face à ces gens-là? Hamon? Fillon? Macron? Tous trois ont déjà prouvé qu'ils étaient prêts à tous les compromis. Le Pen? Après avoir quémandé des crédits en Russie et attendu, en vain, telle une groupie de chanteur à l'eau de rose, une entrevue dans la cafét' de la Trump Tower, elle ne ferait pas l'affire non plus. Je n'en vois qu'un, c'est Mélenchon, l'intransigeant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux