Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2012

Un vote vraiment "utile", dès le premier tour...

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«A  quoi sert une chanson si elle est désarmée? me disaient des Chiliens bras ouverts, poings serrés», a joliment écrit un jour Etienne Roda Gil pour Julien Clerc. La chanson s’appelait «Utile». Le mot revient en force, accolé à un autre mot «vote» dans le vocabulaire politique hexagonal, comme à chaque fois que s’annonce une élection présidentielle.

C’est là faute au scrutin à deux tours, nous dit-on. Certes, mais c’est surtout la faute aux prudences excessives de beaucoup d’entre nous (c’est la crise...), à la peur d’assumer son choix...

Au nom du «réalisme», de doctes spécialistes anticipent le premier tour et vous disent que, finalement, le choix au deuxième tour sera entre le sortant et le candidat socialiste, bombardement de sondages à l’appui, réalisés pour la plupart à la va-vite, auprès d’»échantillons représentatifs» de quelque mille personnes, pas beaucoup plus. Les abstentionnistes, généralement nombreux, n’y apparaissent jamais. Normal : ça rendrait moins représentatif l’échantillon. En outre, des «correctifs» sont appliqués à tel ou tel candidat, en fonction de critères relevant de secrets savamment gardés, un peu comme ceux des chamans et autres sorciers qui prétendaient prédire l’avenir en scrutant, c’est un exemple, de la poudre de corne de zébu mélangée à la bave d’un crapaud de passage....

Pourtant, en France, nous sommes, si j’ai bonne mémoire, au pays de la raison, non? Le vote pour la candidate ou le candidat qui a sa préférence, dès le premier tour, voilà le vrai «vote utile». Pourquoi? Parce qu’il donne à tous une idée vraie de l’opinion du peuple. Nul doute que si chacun prenait la résolution de voter pour celle ou celui qu’il estime être le meilleur dès le premier tour, voilà qui donnerait une autre allure aux sondages qui, depuis des mois vous serinent qu’au second tour, de toutes façons, ce sera  l’Innommé (je ne veux plus écrire son nom, c’est un voeu), contre Hollande.

Je vous prie de m’excuser, mais je ne trouve pas ce choix très, euh, sexy... Je fais partie des hésitants, et c’est mon droit le plus strict. J’ai déjà écrit mon souhait d’un deuxième tour Bayrou-Mélenchon. Je m’y tiens toujours, et je crois qu’une vraie victoire, une victoire «utile» du peuple français devrait ressembler à quelque chose comme ça, au soir du 22 avril.

Evidemment, énoncer cela m’attire des commentaires du style «vous soutenez subtilement François Bayrou» ou «vous voulez voter communiste mais vous n’osez pas le dire», selon ceux qui m’interpellent sont d’un bord ou de l’autre.

Pourtant, et même si aucun de ces deux candidats ne peut ou ne veut le reconnaître, moi je les trouve bien plus proches l’un de l’autre dans le sens où chacun apporte une réponse  originale pour restaurer la République dans notre pays, condition indispensable à mes yeux pour sortir de cette crise-là... et pour faire face aux crises suivantes qui ne manqueront pas de survenir. C’est ça, le problème avec les crises, c’est qu’elles ne font rien qu’à survenir...

Les institutions sont grippées. Le sortant et son rival ne proposent que du replâtrage. Mélenchon propose l’élection d’une assemblée constituante, Bayrou un referendum sur la moralisation de la vie politique. Deux manières de renverser la table, deux manières de faire quelque chose non seulement d’ «utile», mais d’indispensable.

Je suis vraiment impressionné par le chemin parcouru par François Bayrou pour s’extraire de la droite classique, et par la pertinence des critiques adressées au sortant et à sa méthode de gouvernement. Je suis vraiment impressionné par le travail accompli par Jean-Luc Mélenchon qui sait parler au peuple, non seulement des salaires, des conditions de travail, des méfaits du capitalisme, mais aussi de la redéfinition nécessaire des relations de la France avec l’Europe (dont nous serons le pays le plus peuplé dans une quinzaine d’années) et singulièrement l’Allemagne, avec l’Amérique (sortir du commandement intégré de l’OTAN), avec le Maghreb (nos voisins), avec les pays émergents...

Alors, j’en connais qui seront énervés par le fait que je ne dise pas quel sera mon choix final. Ma réponse est : je verrai bien, en fonction des résultats au soir du 22 avril. Mais avouez que le deuxième tour que j’appelle de mes voeux est plus intéressant, plus motivant que celui que l’on nous annonce comme inéluctable, non? C’est en ce sens que voter pour sa préférence dès le premier tour est «utile».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema