Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2011

France-Mexique: diversion un jour, diversion toujours

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

“Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami; Mieux vaudrait un sage ennemi” (Jean de La Fontaine). C’est à cette morale de la fable “l’ours et l’amateur de jardins” que je songe en écoutant les lamentables développements diplomatiques franco-mexicains autour de Florence Cassez. Dans la fable, l’ours prend une pierre pour écraser une mouche sur la gueule de son ami, d’où la morale citée plus haut. Là, c’est pareil. Mais c’est moins drôle.

Car l’affaire n’est pas de savoir si cette jeune Française est innocente ou pas, c’est de la rapatrier en France. Pour la libérer si elle est innocente. Pour qu’elle purge sa peine en France si elle est coupable. Généralement, dans ce genre de cas, la diplomatie de la discrétion est une arme efficace.

Mais la discrétion ne convient pas à l’Innommé (vous voyez de qui je parle, non?) qui a bien besoin de se relustrer le prestige auprès du peuple, et qui fait savoir à grands coups de trompette que vraiment, ces Mexicains, avec leur justice à la con, ils exagèrent... Dommage.

Dommage pour Florence Cassez, déjà, qui devient l’enjeu d’un bras de fer entre l’Innommé, connu en France pour son goût prononcé pour le cirque médiatico-policier, et le ministre mexicain de la Sécurité, Genaro Garcia Luna, surnommé dans son pays “le scénariste”, tant il excelle dans la mise en scène d’arrestations à grand spectacle. Un super-Brice, quoi! Les deux protagonistes sont au moins d’accord sur les méthodes. Mais comme ils sont aussi ego l’un que l’autre, leur duel risque de durer un moment.

Dommage pour la justice mexicaine, dont les failles énormes, et notamment les pouvoirs exorbitants laissés à la police lors des enquêtes, faisaient jusqu’alors débat dans le pays. Mais l’heure, au Mexique, n’est plus à discuter de tout ça, puisqu’un haut dirigeant français se pose en donneur de leçons.

Il n’y a pas si longtemps, lors du G20, l’Innommé avait revendiqué “une certaine réserve" observée par la France sur des évènements touchant ses anciennes colonies et protectorats.

Il a dû oublier l’attaque de la flotte française à Veracruz (Mexique) en 1838, et surtout, la conquête éphémère du pays par l’empereur Maximilien, marionnette de Napoléon III (tiens, tiens...). Eh oui, le Mexique aussi est une ancienne colonie à nous, même s’il ne l’a pas été très longtemps.

Dommage pour les quelques gaullistes qui, peut-être, survivent dans la majorité présidentielle, et qui doivent se souvenir de "la mano en la mano" proposée par le général de Gaulle à Mexico pour déserrer l'emprise américaine sur le pays...

Dommage aussi pour la justice française. Paralysée ces jours derniers par une grève très suivie des magistrats et des employés de justice dénonçant leur manque criant de moyens, elle risque encore de tomber dans les oubliettes de l’actualité, tout ça parce que l’Innommé, boudé par les juges français et par l’opinion, a voulu se donner l’image d’un homme pourfendant les descendants de Juarez pour défendre une innocente présumée...

Et puis, tant qu’on parle de ça, de l’année franco-mexicaine boycottée par le Mexique, des parents de Florence Cassez reçus nani-nanère, etc. , on ne parle pas de sujets brûlants, comme l’Egypte, ou qui fâchent, comme la Tunisie. Pourtant ce qui se passe dans ces deux pays, et dans quelques autres, laisse l’avenir aussi ouvert qu’en novembre 1989, lors de la chute du mur de Berlin, et quoi qu’on y fasse, nos propres vies à nous, en France, en seront changées dans les prochaines années.

Diversion un jour, diversion toujours...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain