Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2010

Courage! Il fait froid et nul n'y peut rien...

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ca y est! Le froid hivernal a flingué les dernières (petites) fleurs encore écloses dans mon jardin. D’accord, ce n’est pas grave. Mais il a surtout flingué le courage politique qui aurait permis à un Premier ministre, entre autres, d’avouer aux Français (qui s’en doutent bien, pourtant), que contre l’hiver, la neige, tout ça, “l’Etat ne peut pas tout”.

Lionel Jospin avait, en son temps, testé la formule à propos des licenciements. Il paraît que c’est cette petite phrase qui lui a valu sa défaite à l’élection présidentielle de 1995. Ca reste à vérifier...

Pourtant, la météo et le social, ça n’est pas la même chose, non?

Mais tel est l’un des paradoxes de l’époque: nous avons un gouvernement dont plusieurs membres ont des penchants assez prononcés pour le libéralisme et qui vous déclarent volontiers tout bas, mais vraiment tout bas, que “l’Etat ne peut pas”... enrayer indéfiniment le déficit des caisses de retraite, loger dignement tous les habitants de ce pays, donner du travail à tout un chacun, rénover les universités, débloquer davantage de moyens pour l’Education nationale, que sais-je encore?

C’est que l’aveu d’impuissance est électoralement contre-productif. Même pour la neige, qui enquiquine les humains depuis avant même qu’ils soient devenus humains. Alors ont dit qu’on peut. Au cas où un jour, les Français seraient suffisamment crétins pour porter au pouvoir celle ou celui qui promettrait la fin de la neige sur les routes en hiver...

Donc, en cas d’hiver rude, pas question de dire que l’Etat ne peut rien ou pas suffisamment! Surtout pas!

Non, non, contre la neige, on peut. Et comme chaque hiver, après les premières chutes un peu violentes c’est la même ritournelle. Sur une grande chaîne de télévision privée, j’ai entendu, moins de 24 heures après les premières grosses neiges dans le nord-ouest de la France que “le sentiment qui domine ici, c’est l’exaspération” (sic!). Mécaniquement, pourrait-on dire, les réactions gouvernementales suivent, accusant, par exemple, la météo qui, pourtant avait bien fait son travail et annoncé l’arrivée massive des flocons...

Ensuite, les "plans-coms" se suivent et se ressemblent: cellules de crise, préfets sur le pied de guerre, tout comme les pompiers, les gendarmes, les saleuses, etc.

Sur le fond, ça ne change rien: l’an prochain, il y aura aussi un hiver, avec de la neige là où on n’en attend pas (ou si peu).

Je n’éprouve pas un amour immodéré pour ce gouvernement, mais je trouve qu’on pourrait s’ingénier à lui faire parler d’autre chose que des intempéries en hiver. N’importe quel gouvernement ferait ce qu’il peut en pareille circonstance pour dégager les routes et faire circuler les transports en commun.

Non, je préférerais qu’on lui parle d’une récente (14 décembre) recommandation du conseil d’Etat préconisant, en pleine vague de froid, et c’est une première, d’”accueillir” les demandeurs d’asile sous des tentes en l’absence de places disponibles dans les centres d’hébergement ou les hôtels. Et pourquoi pas des igloos, tant qu’à faire?

Mais, c’est vrai, j’oubliais, “l’Etat ne peut pas tout” et surtout pas pour tout le monde...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat