Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2012

Contre l'intox des sondages, imaginer la fête du 22 avril...

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un ami (salut Jean-Michel!) nous rappelle utilement aujourd’hui qu’en 2002, le dernier sondage Sofres, daté du 19 avril - deux jours avant le premier tour scrutin - donnait Jacques Chirac en tête avec 19,5% contre 18% pour Lionel Jospin et 12,5% pour Jean-Marie Le Pen. Tout le monde connaît la suite : Le Pen parvint au second tour avec 17% et exit Jospin... Comme disait (celle-là, je l’emprunte à Frédéric Dard/San Antonio) un hérisson en descendant d’une brosse à cheveux, tout le monde peut se tromper... Mais quand même! Le plantage était de taille, non?

Qu’importe, la science de l’opinion, même inexacte, doit continuer à dispenser ses bienfaits. D’autant qu’on peut la soupçonner de s’inspirer de tels plantages pour influencer le vote.

Ainsi, en 2007, un ultime sondage CSA ressassé aux Français jusqu’à avant le premier tour, le 22 avril. Jean-Marie Le Pen y figurait en troisième place, à 16,5%, derrière le candidat UMP et Ségolène Royal, à 25,5%, mais pile juste devant François Bayrou, qui n’était alors crédité que de 16%. Et encore la gauche de l’époque avait-elle appelé à son de trompe au vote utile. Et une foule d’électeurs, effrayés d’un nouveau duel entre le candidat UMP et le patron du FN, voire culpabilisés à l’avance d’une telle issue, votèrent pour la candidate socialiste, dès le premier tour! Pourtant Le Pen n’avait finalement obtenu que 10% et des queues, et Bayrou 18,6%.

Je ne sais pas quel score aurait fait ce dernier sans ce genre de sondage erroné.

Je sais en revanche que la peur est la pire des conseillères dès lors qu’il s’agit de faire des choix, et que la culpabilité est l’arme préférée des manipulateurs. Tous les psys vous le diront.

Je sais également que, si les électeurs votent sereinement en 2012, un deuxième tour Mélenchon-Bayrou est parfaitement réaliste. La réalisation d’une telle hypothèse aurait un double avantage : «sortir le sortant» dès le 22 avril, permettant à toute la France d’arroser ça immédiatement. D’ailleurs, j’ai mis du champagne au frais.

Et tout ça ne préjuge pas d'une deuxième fête, au soir du 6 mai...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre