Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2020

L'Atelier des confinés

En cette période de confinement mondialisé ou presque, je vous propose… de vous évader au moyen d’un atelier d’écriture simple, déjà utilisé par ceux qui me connaissent mais qui peut être réutilisé avec toujours autant de plaisir que la première fois.

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici l’outil d’évasion: imaginez vous seul(e) sur une plage, n’importe quelle plage du monde entre, disons entre le 18 mars 1720 et aujourd’hui, soit 300 ans, ça vous donne le choix.
Sur cette plage, vous trouvez une bouteille vide, en verre, amenée par la mer. Vous vous asseyez, ou plutôt, vous imaginez que vous vous asseyez (sur un rocher, par terre, sur un tabouret pliant, qu’importe) et que vous disposez d’un crayon et d’un carnet). Et là, vous écrivez une lettre à qui vous voulez, vivant ou décédé, réel ou imaginaire, humain ou pas.
Il est important de dater votre lettre et de la situer géographiquement avant de la mettre dans la bouteille.
Ce que vous écrirez (disons 4.000 signes blanc compris au maximum) devra évidemment concorder avec la saison et la latitude choisies.
Puis vous vous imaginez insérant les feuillets dans la bouteille que vous bouchez avant de la confier de nouveau à la mer ou à l’océan.
Maintenant, retour à notre réalité de confinés : la bouteille, c’est l’adresse courriel suivante atelier.pousseedecrits@gmail.com
Et, puisque, bien malgré nous, nous disposons d’un peu de temps, disons que nous nous donnons 10 jours pour écrire soit jusqu’au 28 mars 2020 à minuit heure de Paris. Je précise cela à l’attention des francophones des autres continents qui ont déjà travaillé leur écriture avec moi.
Dans une quinzaine de jours (le temps de tout relire) je publierai vos lettres sorties des bouteilles et je vous en attribuerai à chacune ou chacun une… à laquelle vous devrez répondre.
A vos plumes et bouteilles virtuelles. J’ai hâte de vous lire.
Jérome Daquin

https://jeromedaquin.wordpress.com/2020/03/18/latelier-francophone-des-confines/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra