Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2020

Tour de France 2020 : télépédalage...

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a estimé mercredi "imaginable" de maintenir le Tour de France 2020 sans public en raison de la pandémie de coronavirus. Pour éviter d'avoir à dire à la ministre qu'elle a perdu là une occasion de se taire, aidons-la à peaufiner cette brillante idée.

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Imaginons un Tour de France 2020 sans spectateurs au bord des routes du pays... Ok, principe de précaution, pourquoi pas ? Mais alors allons plus loin, puisque nous sommes dans la prévention du danger : les coureurs devront impérativement être équipés de masques destinés à la fois à les empêcher d'absorber une gouttelette contaminée pendant l'une des étapes, mais surtout de ne pas postillonner, voire cracher (ça s'est vu) lors d'un relâchement après l'effort.

Ah! Le mont Ventoux en plein cagnard avec un masque sur le nez! Top pour le souffle, non? Résumons-nous : casquette, lunettes de soleil, masque genre hospitalier sur le bas du visage pour chaque coureur. Bienvenue en zombieland !

Et puis, imaginons encore cette course virtuelle sans les masques : le maillot à pois du meilleur grimpeur ou le maillot jaune vise par un glaviot fatal en pleine poire. D'autant qu'on en connaît des qui visent bien du crachat dans leurs concurrents potentiels.... 

Un tel Tour d France devrait aussi se contenter d'une caravane a minima, une personne par voiture dont les fenêtres devraient rester obligatoirement closes, des cameramen à moto remplacés par des drones, quand à la bise au vainqueur d'étape, ce sera macache walou..

Tout ça n'est pas sérieux. C'est pourquoi je propose à la ministre d'inventer le télétravail pour cyclistes, j'ai nommé (c'est mon titre), le "télépédalage". Le principe est simple : chaque coureur reste chez lui, sans son salon devant un écran où défilera la route, sur son vélo d'appartement connecté, en présence d'un huissier en combinaison protectrice totale façon Tchernobyl, tout comme le journaliste (un par coureur, ça fera de l'embauche dans les médias sportifs) qui sera chargé de retransmettre l'effort et la progression de chacun.

Bon, là, j'écris pour ne rien dire, mais "j'assume", comme dirait l'autre. Mais, franchement, est-ce plus idiot qu'un Tour de France sans spectateur au bord de la route? Et "El Diablo", alors, elle y a pensé, la ministre?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l'information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra