Insoumis : "Si nous pensons tous la même chose, c'est que nous ne pensons plus rien"

Comme le disait il y a 10 ans avec raison François Bayrou, aujourd'hui éminent soutien d’Emmanuel Macron : "si nous pensons tous la même chose, c'est que nous ne pensons plus rien". Il présentait alors crânement sa candidature à la présidentielle devant une UMP baignant dans le sarkozysme, et pour le coup, il n’avait pas tort.

Forts de ce conseil, qui vient de l'un des vôtres, arrêtez donc d'emmerder les Insoumises et les Insoumis avec ce qu’elles ou ce qu'ils feront au 2e tour si vous êtes vraiment démocrates : pensez-vous un seul instant que JLM va voter Le Pen? 

Il est le seul à avoir vraiment combattu le FN et lui a même piqué des voix : il est arrivé en tête dans des villes comme Marseille, Toulouse ou Roubaix, détrônant de Front National. Il n'est passé de 11 à presque 20% en 5 ans que parce qu'il a pris ses concitoyens pour des adultes. 

J'ai voté pour lui avec enthousiasme et je le referais sans hésiter, et je pense qu'il sera d'accord avec moi si je dis que je n'ai pas besoin de sa consigne pour faire ce qu'il faut lors du 2e tour. À quoi ça sert d'être en démocratie si c'est pour penser tous la même chose. ?

Quant à « vous, les gens », ne vous y trompez pas : la querelle de bas étage cherchée à Jean-Luc Mélenchon ne vise qu’à une chose, à ostraciser la France Insoumise dont on craint déjà le carton qu’elle pourrait faire lors des élections législatives, rien d’autre.

Il s’agit simplement de l’assimiler de manière éhontée au Front national en utilisant les plus ringardes des ficelles comme ce ridicule tract résumant quelques propositions des insoumis et des fachos qui se ressemblent, en martelant que « le vote blanc ou l’abstention, c’est comme voter Le Pen ». Ne vous laissez pas impressionner : ce qui nous sépare du FN est bien plus important que ce qui sépare Le Pen de certains soutiens de Macron : je veux parler de xénophobie, je veux parler d’exclusion, entre autres.

Nous ne sommes pas un parti godillot mais un mouvement et nous ne pensons pas tous la même chose sur tout, tout le temps puisque nous venons tous d’horizons différents. Nous nous sommes accordés, rappelez-vous, sur un programme qui ne mentionnait nulle part qu’il fallait faire montre en permanence d’un unanimisme totalitaire.

Moi, ça ne me dérange pas que des gens ayant voté, par crainte d’un score trop élevé de MLP, pour Macron au 2e tour, continuent de travailler et de militer avec d’autres qui, redoutant les effets dévastateurs d’un excès de libéralisme et d’européisme de Macron, auront choisi de voter blanc ou de s’abstenir : à chacun ses craintes, à chacun ses choix. Encore une fois, nous sommes des citoyennes et des citoyens adultes, et c’est cela - entre autres - qui nous différencie de nos adversaires.

La situation est simple. Le « capitaine de pédalo » ne pédalera bientôt plus et nous, simples citoyennes et citoyens, nous sommes devant un choix cornélien, entre, disons, euh, la « KriegsMarine » (ça lui va bien, non?) et un autre capitaine, mais pilotant cette fois un « radeau de la Méduse » auquel s’accrochent bon nombre de naufragés de la politique traditionnelle, genre Robert Hue (ancien du PCF), Alain Madelin (ancien d’Occident), Manuel Valls, ancien Premier ministre pédaleur, pour ne citer que quelques-uns des très charismatiques survivants de la catastrophe en cours.

La « KriegsMarine », c’est exclu. Fermement, absolument et définitivement. Et nous sommes tous sûrs de ce choix. Je ne suis pas certain qu’il en aille de même chez les électeurs de ceux qui ont appelé à voter Macron « comme un seul homme », comme on dit (et les femmes alors, on les oublie encore? Merde à la fin…)

Macron a promis une chose : pour les législatives à venir (ne vous inquiétez pas qu’il ne pense d’ores et déjà qu’à cela) les candidats seront… « En Marche! » et devront planquer leur ancienne étiquette politique. Dont acte. 

Opposons-leur des candidates et des candidats des Insoumis partout : si les quelque 7 millions de gens qui ont voté Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la présidentielle votent pour la France Insoumise lors des législatives, la France Insoumise aura un candidat au 2e tour des prochaines élections législatives dans près de 80% des circonscriptions. La lutte continue.

Oui, mais alors, Mélenchon, il va appeler à voter Macron au 2e tour ou pas? Ce n’est vraiment pas le sujet. Le sujet c’est qu’on peut commencer à envisager une Assemblée nationale vraiment renouvelée où les partis, disons "de la galère" - appelons-les ainsi  parce qu’ils nous font ramer depuis si longtemps - en résumé le PS, l’UDI et les Républicains, devront apprendre à la jouer très, très modeste. Et ce d’autant plus que la France Insoumise, réputée pour son inaptitude aux compromis scabreux, y sera forte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.