Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 oct. 2012

Le "buzz" des 35 heures : pur jus de crâne...

Jérôme Daquin
Journaliste en liberté, animateur d'ateliers d'écriture, écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne veux pas spécialement défendre Jean-Marc Ayrault ou François Hollande, pas plus que le PS gouvernant. Je ne veux pas non plus les attaquer systématiquement, même s'ils sont critiquables. Et il le sont.

Pour le coup, je tiens ce « buzz » sur les 35 heures pour ce qu'il est, c'est-à-dire pour un remplissage de « cerveau disponible » (comme on dit sur TF1) parce qu'au fond, on n'a pas grand-chose à dire ou, pire, on a des choses à dire mais qu'on a la flemme de le faire. Parce que c'est compliqué, et que finalement, pense-t-on, « les gens sont trop cons », hein ? Ou alors, encore, parce que c'est compliqué et que soi-même on n'y comprend rien, alors on donne le change...

Ce que je dis là est valable premièrement pour les ténors de l'UMP. Et je n'écris pas leurs noms car ils sont trop nombreux et surtout trop nuls (mais, moi, j'assume cette flemme). Les voilà à demander à Jean-Marc Ayrault, parce qu'il a répondu au lecteur d'un grand quotidien, à propos de l'idée d'un retour au 39 heures qu'il n'y avait pas de « sujet tabou », d'abolir les 35 heures ! Et le patronat d'emboucher la même trompette, se réjouissant de l'éclair de lucidité dans la tête du Premier ministre. Soyons sérieux : en dix années au pouvoir, la Droite française, qui avait fait de ce thème son miel de plusieurs campagnes électorales, a à peine réussi à moduler le dispositif mis en place par Martine Aubry. De qui se moquent donc la Droite et le patronat ? De vous ? De nous ? De moi ? En tout cas, je n'aime pas.

C'est également valable pour la brillante presse française, globalement thuriféraire de la doxa néo-libérale, comme le Figaro, qui décrit Jean-Marc Ayrault en « pompier pyromane » (ce qui est, je trouve, un peu flamboyant pour un personnage d'apparence plutôt terne), et de décrire dans le détail « l'effondrement » dans les rangs du PS après cette déclaration sur les 35 heures. Libération aussi, qui, plus indulgent, estime que le Premier ministre « s'est pris les pieds dans la com », comme si tout cela était une affaire de communication alors que dans les faits, qu'on approuve ou pas les 35 heures, et qu'on soit patron ou salarié c'est une affaire, soit de gros sous pour les premiers,soit de fin de mois pour les seconds. C'est bien plus grave, non ?

C'est enfin valable pour pas mal de socialistes, qui font profil bas. Trop bas. Il y en a qui se demandent si Matignon a relu l'article ! Comme si ça allait de soi. Allez voir dans des pays comme l'Allemagne ou la Grande-Bretagne si un interviewé peut relire comme ça et modifier les réponses qu'il a faites. « By the way », comme disent les Anglais (au passage), c'est curieux comme on cite toujours ces deux-là en exemple pour l'économie, et pas toujours à bon escient, alors qu'on ne les cite jamais sur la liberté de la presse qui, chez eux, est en bien meilleur état que chez nous...

Tant mieux si Ayrault n'a pas relu le papier. Tant mieux si un citoyen lambda a pu lui poser une question sur un désaccord politique. Et tant mieux s'il lui a répondu. C'est normal (mot à la mode), puisque nous sommes théoriquement encore en démocratie. Mais rien n'est jamais acquis...

Nous vivons quand même dans un monde où un petit rien fait un « buzz », terme emprunté à l'anglais (buzz, « bourdonnement » d'insecte) pour désigner « une technique de marketing  consistant, comme le terme l'indique, à faire du bruit autour d'un événement, un nouveau produit ou d'une offre » (Wikipedia). Et pendant ce temps, les Syriens de s'étriper, les ans-abris de s'apprêter à congeler dans nos rues, les demandeurs d'emplois de se multiplier, les pauvres de s'appauvrir, les riches de s'enrichir... Pratique, le « buzz », finalement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis