Jerome LEBRE
Ancien directeur de programme au Collège international de philosophie
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 oct. 2016

Mixité au collège : petit retour sur la « sacro-sainte liberté » des parents d’élèves

Thomas Piketty et Najat Vallaud-Belkacem auront contribué à élever le débat politique de la rentrée : constater la dégradation de la mixité sociale dans les collèges, chercher des solutions, c’est s’intéresser à l’expérience de la vie en commun offerte à une génération bientôt citoyenne qui est écoutée à la maison avec autant d’attention que les candidats à l'élection présidentielle.

Jerome LEBRE
Ancien directeur de programme au Collège international de philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans ce débat qui a été publié en septembre par le Monde, Thomas Piketty rappelle qu’à Paris « la quasi-totalité des collèges comportant très peu d’élèves défavorisés sont des établissements privés », tandis que certains collèges publics en accueillent jusqu’à 60 %. On connaît l’origine du problème : les uns sont choisis par les parents et choisissent leurs élèves, les autres sont sectorisés, alors que tous, à quelques exceptions près, sont financés par l’Etat. Piketty propose de faire entrer les collèges privés dans une procédure commune d’affectation reposant sur un système de points qui favoriserait la mobilité des élèves boursiers. La ministre de l’éducation nationale admet l’ampleur du problème tout en répondant qu’on ne peut « imposer autoritairement la mixité sociale, en supprimant au passage une partie de la liberté de choix des parents » : toutes les solutions doivent procéder par le bas, surtout en favorisant l’attractivité scolaire des établissements en zones prioritaires.

L’argument de Mme Vallaud-Belkacem est à la fois fragile et inévitable. Il est fragile, puisque l’enseignement public use bien de la contrainte, mais en imposant l’absence de mixité sociale aux élèves les moins favorisés ; quant à l’enseignement privé, il est surtout « libre » de contourner et de désactiver les politiques publiques visant la mixité. L’argument est cependant inévitable, et même tranchant, parce qu’un ministre ne peut laisser poindre une mesure qui toucherait à la « liberté » de l’enseignement privé. L’interdit pèse depuis 1984 : jusqu’à deux millions de personnes étaient descendus dans la rue pour défendre avec une ferveur presque religieuse cette « liberté » d’un enseignement qui, rappelons-le, est aussi catholique.  

C’est avec humour que Thomas Piketty fait allusion à cette « sacro-sainte » liberté, à vrai dire ni sainte ni sacrée, puisque neuf familles sur dix inscrivent leurs enfants dans l’enseignement catholique par pure stratégie sociale. Insistons cependant. Le paradoxe de notre République laïque, la seule d’Europe à soutenir autant un enseignement confessionnel, se retourne : l’école catholique française est la seule à accueillir si largement un public sans confession. Le redoublement du paradoxe ne l’annule pas : la vocation laïque de la République en pâtit, celle de l’école catholique également ; l’une et l’autre convergent dans un effet sans vocation, encourager l’ « entre soi ».

Piketty ne veut ni ignorer ni relancer le débat sur la laïcité de l’enseignement, qui entraînerait ici la question de l’utilisation de critères religieux dans les statistiques scolaires. Il est par exemple difficile de savoir si la proportion des élèves boursiers émanant de familles musulmanes, qui ne pourrait être répartie que dans les collèges publics, entamerait l’efficacité du système de points qu’il propose. De son côté Mme Vallaud-Belkacem, interrogée sur la responsabilité de l’enseignement privé,  ne la nie pas mais passe par celle de l’éducation nationale pour pointer celle de la politique urbaine. A l’interdit de 1984 s’ajoute sans doute une crainte qui date de l’été : le débat sur la laïcité a été tellement instrumentalisé que l’on hésite à alimenter quand on est vraiment laïc. C’est triste, c’est encore paradoxal, mais c’est ainsi

Alors pourquoi s’engouffrer maintenant dans la brèche qu’ouvre Piketty en parlant de cette « sacro-sainte » liberté ? Non pour se plaindre d’un manque de collèges musulmans ou d’un excès de collèges catholiques ; mais pour contrer ceux qui proclament que la France n’a de problème qu’avec la religion musulmane. Nous en avons un avec l’enseignement catholique, tellement sérieux et noué qu’on peut à peine y faire allusion.  

Heureusement les solutions politiques proposées par les deux interlocuteurs du Monde peuvent desserrer indirectement ce noeud. Piketty propose d’accroître par le haut la mobilité des élèves défavorisés, Mme Vallaud-Belkacem entend faire revenir par le bas les élèves favorisés (les parents qui inscrivent leurs enfants dans un collège catholique se tourneraient avec le même pragmatisme vers un collège de secteur doté de moyens attractifs). Notons cependant que la mesure de l’économiste ne coûte rien, tandis que la politique de notre ministre demande de forts investissements ; et félicitons-nous que la volonté d’investir vienne plutôt du gouvernement. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés