Le 2 mai 1871 le voeu de Grenoble : « Assez donc. Assez de sang et de ruines. »

Il y a 150 ans jour pour jour, le 2 mai 1871, le Conseil municipal nouvellement élu de Grenoble, réuni pour élire son maire, votait à l'unanimité un voeu pour la cessation de la guerre civile ; pour la proclamation de la République; pour les libertés municipales, etc.

Monsieur le président [Ernest Calvat, futur maire alors encore simple conseiller municipal] dit que l’un des premiers objets qui doit appeler l’attention du Conseil est le vote d’une adresse à l’Assemblée Nationale pour lui exprimer les vœux manifestés par la majorité des électeurs à l’occasion des élections municipales qui viennent d’avoir lieu. Une Commission composée de MM. Calvat, Dantart, Sulhien, Arnaud, Rey, Bovier, Lapierre et Marquian a été nommée officieusement à la suite de la séance d’installation, et au nom de cette Commission, il est donné lecture du projet d’annonce suivant :

Citoyens,

« Le premier devoir du Conseil élu est de porter aux Représentants de la France l’expression du sentiment de ses électeurs

« Cessation immédiate de la guerre civile,

« Affirmation absolue de la République

« Revendications des libertés municipales,

tel a été le programme du vote sanctionné par une majorité compacte.

«  Assez donc. Assez de sang et de ruines.

« Trop grande est déjà votre responsabilité.

« Il n’est pas admissible qu’une Assemblée française

« Ne trouve d’autre moyen de solution que l’écrasement de la capitale.

« La République est le seul gouvernement du droit,

« le seul légitime, le seul qui puisse fonder l’ordre.

C’est pour n’avoir pas reconnu cette vérité,

« que vous avez fait naître la défiance d’où sont venus les

« Désordres et les calamités qui nous affligent.

A vous de mettre fin à cette crise horrible,

« par la cessation immédiate des hostilités, par la convocation

« d’une assemblée chargée de constituer la République.

Tel est le sens du vote de Grenoble.

Notre devoir impérieux est de vous le déclarer avec franchise

- L’adresse ci-dessus est adoptée à l’unanimité

Et signée immédiatement par tous les membres présents

- La séance est levée et les membres

présents ont signé au registre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.