Jérôme Soldeville

Conseiller municipal groupe Rassemblement citoyen, de gauche et écologiste (RCGE)

Grenoble - France

Son blog
45 abonnés Jérôme Soldeville
Voir tous
  • Face au dérèglement climatique, l'ardente obligation de la solidarité internationale

    Par
    La catastrophe survenue à Mocoa en Colombie en mars dernier nous rappelle à notre devoir de solidarité, alors que les phénomènes extrêmes liés au dérèglement climatique et à El Niño se multiplient.
  • Le bonheur, c’est dimanche ?

    Par
    L'indécision de nos concitoyen-nes lors de la présente campagne de l'élection présidentielle paraît être liée à un lourd climat de ressentiment et de désespoir à l'égard de la politique provoqué par les « affaires ». La résignation à ne plus rien vouloir pourrait tout emporter. Or, comme l'a écrit Eluard, « La nuit n’est jamais complète ».
  • La faute du président Hollande

    Par
    La publication de l'ouvrage « Un président ne devrait pas dire ça » provoque un chaos politique : nous préférerons nous concentrer sur les révélations centrales de l'ouvrage, comme la genèse du projet anticonstitutionnel de déchéance de la nationalité, un thème dont les soubresauts et la forte charge émotionnelle s'expliquent par son intrication avec notre histoire coloniale.
  • Petit guide de déradicalisation à l'usage de monsieur Valls et de la droite

    Par
    Il y a une quinzaine d'année, alors que le thème de la « déradicalisation » n'était pas encore tendance, j'avais étudié avec mes élèves le film « Le Destin » (Al-Massir) du réalisateur égyptien Youssef Chahine, primé à Cannes en 1997. Je pense que notre premier ministre aurait grand intérêt à visionner ce chef-d'œuvre.
  • De Charlie à Goin ou la fin d'une imposture

    Par
    Comme un raccourci saisissant de la 5ème République finissante et de ses dérives autoritaires, nous venons d’assister à Grenoble à un épisode de mise au pilori d'une oeuvre et d'appel à la censure d'un artiste par des élus des vieux partis, de gauche et de droite. Retournement spectaculaire donc, après l'unanimité autour de la liberté de création des artistes et « Je suis Charlie ».