Jérôme Soldeville
enseignant
Abonné·e de Mediapart

101 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2017

Face au dérèglement climatique, l'ardente obligation de la solidarité internationale

La catastrophe survenue à Mocoa en Colombie en mars dernier nous rappelle à notre devoir de solidarité, alors que les phénomènes extrêmes liés au dérèglement climatique et à El Niño se multiplient.

Jérôme Soldeville
enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

[intervention au conseil municipal du 22/5/17]

Monsieur le maire, mesdames et messieurs les élus, mesdames, messieurs, 

La commune de Mocoa, chef lieu du département de Putumayo, située au sud-ouest de la Colombie, à la frontière avec l'Equateur sur un Piémont de la Cordillère des Andes, a été dévastée par des inondations durant la nuit du 31 mars au 1er avril 2017. Des affluents de l'Amazone sont sortis de leur lit et des coulées de boue – malheureusement prévisibles en raison de la déforestation galopante - ont emporté des quartiers entiers de la ville affectant 45 000 des 70 000 habitants : le bilan s'établit aujourd'hui à plus de 300 morts dont plusieurs dizaines d'enfants, à 5883 familles sinistrées, dont 1869 hébergées dans des refuges provisoires. Le gouvernement colombien a déclaré l'état de calamité naturelle et a lancé un appel à l'aide internationale. Le président Santos a déclaré récemment que les opérations de secours entraient dans une phase de stabilisation, qui annonce celle de la reconstruction. 

Suite à cette catastrophe, le réseau Cités unies France a lancé un appel à la solidarité aux collectivités locales afin d'aider la municipalité de Mocoa. C'est pourquoi un fond d'urgence géré en liaison avec la cellule de crise du ministère des affaires étrangères a été ouvert. L'affectation des fonds et la mise en oeuvre des actions seront définies et validées par le comité des donateurs conformément aux règles fixées par le bureau exécutif de Cités unies France. La première des urgences est le rétablissement des réseaux d'eau potable, car la population vit désormais sous la menace d'une épidémie de choléra.

C'est dans ce cadre que la commune de Grenoble décide de verser une aide de 5000€ au fonds créé par Cités Unies France pour venir à la population sinistrée de Mocoa. Cette somme sera prélevée sur le fonds spécial d'aide d'urgence au sujet duquel nous avons délibéré lors du conseil municipal du 15 septembre 2014 ; un suivi des actions mises en oeuvre et un bilan concernant l'utilisation des fonds sera demandé à Cités Unies France. Ce fonds a déjà été mobilisé à plusieurs reprises, par exemple en direction des populations déplacées dans le nord de l'Irak en 2014, de celles touchées par le séisme au Népal en 2015, et celles de l'Equateur en 2016.

Par le vote de cette délibération la commune de Grenoble souhaite ainsi réaffirmer sa volonté de mener des politiques publiques de solidarité internationale de collectivité à collectivité - en particulier en direction des pays du sud – politiques qui trouvent déjà une expression dans le domaine de la transition énergétique, de l'habitat durable ou encore du soutien aux services publics locaux.

C'est l'occasion ici de rappeler le contexte de ces catastrophes à répétition : selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), la température moyenne en 2016 a excédé de 1,1 °C les niveaux de l’ère préindustrielle (pour rappel, l'accord de Paris a pour objectif de limiter la hausse à +1,5°C) et le premier trimestre de l’année en cours est le deuxième le plus chaud jamais enregistré.

En Amérique du sud l'année 2016, marquée par un phénomène El Niño d’une intensité exceptionnelle, a vu l'augmentation du nombre des phénomènes climatiques extrêmes ; à l'échelle mondiale, alors qu'il était enregistré dans le monde un peu moins de 50 événements significatifs par an sur la période 1970-1985, depuis 1995 on en compte environ 120 par an ! Les pays du sud sont les premières victimes du dérèglement climatique : la faiblesse de la puissance publique, qui se traduit par la croissance urbaine incontrôlée et la déforestation sauvage les exposent davantage que les pays du nord à la recrudescence des phénomènes climatiques extrêmes comme El Niño.

Puisse cette délibération, aussi modeste soit elle dans son montant, nous rappeler que la solidarité internationale entre pays du Nord et du Sud est aujourd'hui une ardente obligation ! Afin d'exprimer leur solidarité avec le peuple colombien, les Grenobloises et les Grenoblois sont invité-es à participer en octobre prochain au mois de la Colombie où la coopération culturelle sera à l'honneur. Une présentation aura lieu lors de la Fête des tuiles du 10 juin et pendant le festival d'art urbain, le 13 et 14 juin prochain. 

 @j_soldeville

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique