Migration : un changement d’ère

60 millions de réfugiés aujourd’hui, 270 millions en 2050 . Guerres, réchauffement climatique, pauvreté… toutes les frontières vont devenir illusoires et les murs identitaires ne provoqueront que violence et guerre. Nous ne vivons pas une crise migratoire mais un changement d’ère propre à ressourcer le meilleur de nos valeurs. L'humanité a une origine commune, un patrimoine génétique commun.

 

Migration : un changement d’ère

 

 

60 millions de réfugiés aujourd’hui dont 16 % en Europe. Il y en aura 270 millions en 2050. Que les raisons en soient les guerres, le réchauffement climatique, la pauvreté… toutes les frontières vont devenir illusoires, et les murs identitaires, la désinformation et la criminalisation de la solidarité ne pourront que provoquer la violence et la guerre.

Nous ne vivons pas une crise migratoire mais un changement d’ère propre à ressourcer le meilleur de nos valeurs.

Chacun a le droit à une planète habitable. Nous savons par notre histoire que la migration est le moteur de la diversité et de l’ouverture aux autres.

Les réalités vécues par les réfugiés sont violentes. L’Europe avec sa politique de quotas donne l’image d’une entité qui détermine celles ou ceux qui doivent mourir ou pas. Tout ceci est à l’opposé de la politique d’accueil et d’insertion qui devrait être à l’ordre du jour.

La fuite en avant politicienne d’Emmanuel Macron pour défendre le néolibéralisme actuel ne répond en rien aux enjeux de ce siècle de la migration. Elle ne fait que reproduire des stéréotypes qu’il faut combattre. Elle attise les oppositions entre catégories sociales. Emmanuel Macron instrumentalise de fait l’immigration pour ses objectifs politiques intérieurs en surfant sur le populisme.

Quel contraste avec les jeunes bénévoles du sauvetage en mer et de l’accueil des migrants ! Cela dépasse de très loin des actes assis sur la seule générosité. Leurs engagements réfléchis les amènent à intervenir là où se joue histoire !

Quel contraste avec les scientifiques, qui comme aux États-Unis, ont démontré l’impact sur la santé mentale des enfants séparés de leurs parents et contribué à faire reculer Donald Trump dans ses mesures de fermeture de la frontière mexicaine !

L’apport de l’immigration dans la constitution des pays doit être réhabilité. C’est un nouveau narratif de l’histoire de la nation française comme des autres pays au regard de la migration qui est à promouvoir.

Tous les hommes et les femmes de notre planète ont une origine commune, un patrimoine génétique commun. Hier, comme aujourd’hui, la question est d’être du bon côté d’histoire.

 

Jean- François BOLZINGER - Billet 10 - 4 octobre 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.