Jing Bai
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 mars 2008

Pourquoi Bain a abandonné le rachat de 3Com

Bain Capital Partners a annoncé jeudi 20 mars la rupture de son accord sur le rachat de 3Com Corporation avec le plus grand fabricant chinois de produits réseaux, Huawei Technologies, en précisant que la décision s'est faite sous la pression du service de la sécurité des Etats-Unis.

Jing Bai
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bain Capital Partners a annoncé jeudi 20 mars la rupture de son accord sur le rachat de 3Com Corporation avec le plus grand fabricant chinois de produits réseaux, Huawei Technologies, en précisant que la décision s'est faite sous la pression du service de la sécurité des Etats-Unis.3Com a avoué qu’il n’avait pas réussi à arriver à un nouvel accord avec Bain. Un jour après, les actions de 3Com, qui, selon l’accord annulé, devrait céder une petite partie de ses parts à Huawei, sont tout de suite en baisse.Bain a expliqué qu’il était informé que l’administration américaine chargée de valider les investissements d’entreprises étrangères (the Committee on Foreign Investment in the United States ou CFIUS) pourrait agir pour bloquer la transaction qui valorisait 3Com à 2,2 milliards de dollars.Un mois avant, Bain, 3Com, et Huawei ont volontairement déposé un dossier auprès du CFIUS, dirigé par le ministère des finances, en espérant que ce dernier pourrait donner des avis favorables. Pour que la fusion ait lieu, les sociétés ont encore continué la conversation pendant un moment après avoir retiré leur dossier selon le refus du CFIUS.3Com, une entreprise qui vend les technologies de sécurité et des produits réseaux, envisageait de laisser passer une acquisition par Huawei de 21,5% de son capital, une somme qui ne permettrait ni le contrôle de ce premier ni l’accès aux technologies-clé au sein de la société.Pourtant, certains membres du Congrès considèrent cette fusion comme une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis, en raison des rapports présumés entre Huawei et l’armée chinoise.Malgré que Huawei réaffirme qu’il est entreprise privé possédée par tous ses employés, son patron, Ren Zhengfei, était l’ancien militaire au service de l’armée populaire de libération.Les actions de 3Com, qui devrait devenir une compagnie privé après la transaction, ont perdu jeudi 24 centimes (de dollars), soit 11% de leur valeur précédente jusqu’à 1,98 dollar. Un peu plus tôt, ce chiffre a été encore plus bas, 1,76 dollars.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach