Pourquoi Bain a abandonné le rachat de 3Com

Bain Capital Partners a annoncé jeudi 20 mars la rupture de son accord sur le rachat de 3Com Corporation avec le plus grand fabricant chinois de produits réseaux, Huawei Technologies, en précisant que la décision s'est faite sous la pression du service de la sécurité des Etats-Unis.
Bain Capital Partners a annoncé jeudi 20 mars la rupture de son accord sur le rachat de 3Com Corporation avec le plus grand fabricant chinois de produits réseaux, Huawei Technologies, en précisant que la décision s'est faite sous la pression du service de la sécurité des Etats-Unis.3Com a avoué qu’il n’avait pas réussi à arriver à un nouvel accord avec Bain. Un jour après, les actions de 3Com, qui, selon l’accord annulé, devrait céder une petite partie de ses parts à Huawei, sont tout de suite en baisse.Bain a expliqué qu’il était informé que l’administration américaine chargée de valider les investissements d’entreprises étrangères (the Committee on Foreign Investment in the United States ou CFIUS) pourrait agir pour bloquer la transaction qui valorisait 3Com à 2,2 milliards de dollars.Un mois avant, Bain, 3Com, et Huawei ont volontairement déposé un dossier auprès du CFIUS, dirigé par le ministère des finances, en espérant que ce dernier pourrait donner des avis favorables. Pour que la fusion ait lieu, les sociétés ont encore continué la conversation pendant un moment après avoir retiré leur dossier selon le refus du CFIUS.3Com, une entreprise qui vend les technologies de sécurité et des produits réseaux, envisageait de laisser passer une acquisition par Huawei de 21,5% de son capital, une somme qui ne permettrait ni le contrôle de ce premier ni l’accès aux technologies-clé au sein de la société.Pourtant, certains membres du Congrès considèrent cette fusion comme une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis, en raison des rapports présumés entre Huawei et l’armée chinoise.Malgré que Huawei réaffirme qu’il est entreprise privé possédée par tous ses employés, son patron, Ren Zhengfei, était l’ancien militaire au service de l’armée populaire de libération.Les actions de 3Com, qui devrait devenir une compagnie privé après la transaction, ont perdu jeudi 24 centimes (de dollars), soit 11% de leur valeur précédente jusqu’à 1,98 dollar. Un peu plus tôt, ce chiffre a été encore plus bas, 1,76 dollars.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.