JJDUCH
professeur histoire retraité
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2020

JJDUCH
professeur histoire retraité
Abonné·e de Mediapart

Déconfinement à haut risque

Travail ? École? Transports ? Macron joue à la roulette russe … avec nos vies

JJDUCH
professeur histoire retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  • Le confinement du fait de l’incurie de l’équipe Macron (masques, tests , et plus globalement absence de toute politique de prévention en temps utile) a été l’ultime recours , avec de lourdes conséquences économiques et sociales, en particulier pour les plus pauvres, et une mise en œuvre autoritaire et policière qui n’avait aucune utilité.
  • Pour autant , ce confinement a permis de casser la propagation de l’épidémie et de sauver des dizaines de milliers de vies. Il ne faut.pas jeter le bébé avec l’eau du bain et confondre le confinement (nécessaire) avec la manière détestable dont Macron l’a mis en œuvre

Le déconfinement le 11 mai est il possible ?

 Une fois de plus Macron a pris le problème à l’envers en posant une date puis en demandant que l’on mette en place le dispositif pour que cela soit possible. Il aurait mieux valu pour chaque question examiner avec les intéressés ce qui était possible ou pas, avec quels moyens et dans quel délai. Mais cela s’appelle la démocratie et quand on se prend pour le Roi Soleil !

 Trois questions (liste évidemment non limitative), liées entre elles, se posent

  • La reprise du travail en « présentiel » pose de manière aiguë la question de la sécurité des salariés : surface des locaux, distances, masques et gels. Cela ne peut se réduire à la responsabilité souveraine de l’employeur après un dialogue qui peut n’être que purement formel. Un accord avec les représentants des personnels (dont la Macronie n’a cessé d’attaquer les droits et les moyens) est une condition préalable, assortie d’un recours à l’inspection du travail. Or, ce gouvernement (Pénicaud en particulier) n’a cessé de privilégier le maintien ou le reprise de l’activité économique sur la vie des salariés, en s’efforçant de museler au maximum l’inspection du travail.
  • La réouverture des écoles, mesure à haut risque par excellence, prise contre l’avis des scientifiques, .à l’inverse de la plupart des pays européens et qui remet en place des foyers épidémiques .Cela amène de telles réactions des enseignants, des parents , des maires que la recherche de la sécurité sanitaire amène un dispositif si complexe qu’il ne peut se faire qu’avec une rentrée peau de chagrin avec très peu d’élèves .
  • Les transports , en particulier en Ile de France sont un vecteur majeur de contamination. La région IDF concentre 40% des décès pour 18% de la population urbaine, effet cumulé de la forte densité urbaine et de l’entassement dans le métro. il ne suffit pas d’afficher l’objectif des distances, de demander de privilégier le télétravail pour éviter que les transports soient submergés le 11 mai, il faudrait organiser des priorités selon les activités, et rationner l’accès aux transports avant de découvrir les foules à l’entrée des gares. Tout cela ne se fait pas la veille. La conséquence logique est que certaines activités en présentiel ne pourront pas reprendre (sauf voiture, vélo) ou très partiellement .Il est aussi clair que c’est une raison supplémentaire, au moins pour la région IDF de reporter la rentrée scolaire en septembre (plusieurs centaines de milliers de collégiens et de lycéens sont usagers des transports publics).

Une seconde vague épidémique serait une catastrophe sanitaire, sociale, économique. Il faut donc que les questions évoquées soient enfin traitées dans le sens de l’intérêt général, et non pas d’une vision libérale à courte vue dont la faillite est avérée. Cela implique la plus grande vigilance . Au regard de l’impéritie et des mensonges qui sont la marque de fabrique de Macron et des autres, la confiance aveugle serait une folie.

Voir à ce sujet https://revue-progressistes.org/2020/05/04/ile-de-france-un-deconfinement-a-haut-risque-jacques-baudrier/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot