Européennes triple vote panique

Au-delà du résultat, doublement désastreux parce qu’il laisse les mains libres à Macron et ouvre la voie au RN, ce qui domine parmi les votants(la moitié de la population et la plus favorisée, comme pour toutes les élections européennes) c’est un vote de la peur , fondé sur des impressions , des sensations , en excluant toute démarche rationnelle.
  1. Vote panique pour ceux qui votent RN par colère légitime envers la politique de Macron… sans que cela ouvre la moindre perspective ou solution…
  2. Vote panique  LREM par peur des précédents ou des gilets jaunes, par souci de préserver l’ordre social…. et leurs économies et ainsi Macron siphonne la droite.Vote de classe.
  3. Vote panique EELV , « parce qu’il faut faire quelque chose pour le climat » (quoi ?) et que pour des gens plutôt aisés  ce n’est pas grave de faire une croix sur le social et sur les gens qui ont 1000 € par mois pour vivre. Et bien évidemment, la répartition des richesses n’est pas le problème, bien au contraire

 Au-delà, ce qui a été complètement évacué dans cette campagne croupion  , c’est le débat argumenté sur une réalité complexe et des solutions qui de ce fait le sont aussi, par exemple sur la fiscalité, le rôle des services publics, le progrès social et la question du climat (qui implique des investissements massifs que structurellement le capitalisme ne peut assumer).

Cela renvoie à la volonté de certains d’éviter les questions gênantes, aidés par  la complaisance de  la plupart des journalistes.

Ces votes  ne sont pas des votes d’adhésion profonde, fondée sur un débat, sur une réflexion argumentée mais des votes de rejet, ce qui signifie que leur pérennité n’est vraiment pas garantie …

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.