Ukraine peste brune et éléments de langage

Dans une tentative de plus en folle, les médias s’efforcent de camoufler la réalité des agressions fascistes en Ukraine et jouent aussi sur des allégations mensongères (Stalinien, Poutinien) pour discréditer ceux qui osent critiquer la politique USA UE et la couverture plus que partiale qui en est faite

Dans une tentative de plus en folle, les médias s’efforcent de camoufler la réalité des agressions fascistes en Ukraine et jouent aussi sur des allégations mensongères (Stalinien, Poutinien) pour discréditer ceux qui osent critiquer la politique USA UE et la couverture plus que partiale qui en est faite

 I Masquer le fascisme ukrainien mission impossible

 Avertissement :ce qui suit  ne veut pas dire que le mouvement ukrainien était néo nazi , bien loin de là , la dénonciation de la corruption et de Ianoukovitch était pleinement légitime mais face à un mouvement très largement composite et inorganisé, les nazis ont récupéré le tout et prennent le contrôle par la violence voir ce témoignage très concret d’un syndicaliste ukrainien

(http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/200214/ukraine-les-manifestants-sont-convaincus-que-l-adhesion-l-ue-est-synonyme-de-democratie-de)

 

Ø     les témoignages sur les violences des « nationalistes »[i]  (mot crypté pour nazi) se multiplient, http://blogs.mediapart.fr/blog/xavier-d/280214/euromaiden-le-noyau-fasciste-du-mouvement

 http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-claude-pottier/260214/rostislav-vasilko-dirigeant-communiste-lviv-ukraine-torture-par-les-neonazis-de-euromaidan

Ø     il ne peut pas s’agir d’incidents isolés :ces néo nazis se réclament ouvertement de ceux qui ont contribué pendant la guerre à la Shoah par balles et à la solution finale dans les camps (ceux de la zone avaient très peu de gardes allemands , l’essentiel étaient des ukrainiens) ces gens là affichent au grand jour leur haine antisémite

Ø     ces gens là sont pour partie au pouvoir Andriï Paroubiï, nouveau responsable du conseil national de sécurité et fondateur du parti néo nazi Svoboda (à l’époque parti national socialiste),Dmytro Iaroch, le leader de Secteur droit,ils sont sur les postes qui touchent à la sécurité et leurs hommes jouent le rôle d’une police de fait

Ø     et le parti de Timochenko (et du nouveau premier ministre) affiche avec eux de curieuses convergences, appelant à une épuration massive :est ce qu’ils courent près l’extrême droite ou est ce qu’ils partagent ses options ?on peut penser qu’avec la politique qu’ils vont mener , ils ne tiennent  pas à s’embarrasser d’une contestation quelconque ni de questions sur  les avoirs de Timochenko.

Cela veut dire qu’un certain nombre de gens ne peuvent rester dans l’omission , ou le déni

Ø     qu’attendent les USA et l’UE pour inciter les nouvelles autorités ukrainiennes à la « retenue » , à l’arrêt immédiat des violences , et à conditionner à cela toute aide financière ? qu’attendent- ils pour souligner que les prochaines élections impliquent le respect du pluralisme ce qui exclue l’interdiction de fait de tout parti politique. Leur silence radio total là dessus vaut complicité.

Ø     quand aux organismes de presse qui ont écrit des pages et des pages sur le sujet en occultant la place de l’extrême droite et sa nature, il faut qu’ils fassent rapidement leur examen de conscience. Pour reparler des articles d’Antoine Perraud à Lvov , qu’a t il à dire maintenant sur ce Svoboda bien propre sur lui qu’il nous a montré ? Que penser de ces interviews d’intellectuels ukrainiens pointant la faiblesse de la gauche ukrainienne avec une imputation juste au passé soviétique qui a dépolitisé toute une population mais évacuant le facteur aujourd’hui d’une extrême droite prête à faire régner (à nouveau) la terreur

Ø     il est particulièrement pernicieux de banaliser la réhabilitation de Bandera et consorts en la présentant, comme c’est fait , comme du folklore . il faut observer que cette réhabilitation a été effectuée très officiellement sous la présidence de Iouchtchenko donc par la droite classique pro européenne , ce que personne ne dit , parce que cela confirme le pont avec l’extrême droite. C’est un peu comme si Chirac avait réhabilité Laval et Darnand (chef de la milice de Vichy)

Ø     cette réhabilitation a une fonction politique : elle relégitime la violence du passé pour préparer la voie à la violence du présent. Le renversement singulier des rôles qui fait des héros de gens qui ont été les collabos des allemands pour le pire et qui repoussent dans le camp du mal les soldats soviétiques qui ont donné leur vie par millions pour que nous soyons libres n’a rien d’innocent. Cela participe d’une réécriture totale de l’histoire de la seconde guerre mondiale et d’une banalisation effrayante du nazisme dont on va bientôt nous dire , comme la presse de Vichy, qu’il défendait la civilisation contre la barbarie asiatique.

Ø     si très vite les parrains des gouvernants de Kiev ne les ramènent pas à la raison, toute solution démocratique et pacifique  crédible sur l’ensemble du territoire deviendra impossible. Il va de soi alors que pour les populations russophones , la Russie sera le dernier recours et la partition sera inévitable , faisant au passage de Poutine un héros national russe ! Et les oligarques des deux côtés y gagneront, dans un contexte d’affrontement nationaliste, le maintien de leur domination aussi bien à l’est qu’à l’ouest

II sur quelques clichés (« stalinien » , « post stalinien », « pro Poutine »), un peu de géopolitique

 Ce sont les qualificatifs les plus courants dans les éléments de langage pro Otan. En réalité, la plupart de ceux qui sont critiques envers la politique USA UE sur cette question n’ont aucune sympathie particulière pour Poutine et un regard critique sur ce que fut l’Union soviétique.

En même temps ils ne sont pas naïfs et considèrent que plus que par l’amour de la démocratie (dont ils ont démontré en d’autres lieux à quel point cela leur tenait à cœur : Chili, Arabie Saoudite…. ) , les USA sont attirés surtout par la recherche de l’hégémonie mondiale et la course aux matières premières  et l’Ue par une nouvelle zone à bas salaires . Et ils ne confondent pas Timochenko avec un ange.

 Cela dit il peut être utile de revenir sur ces qualificatifs afin de démontrer leur inadaptation à la lecture de la situation actuelle

1)    de Staline à l’apres Staline et à Poutine

Ø     Staline a fait de l’Union soviétique en un temps très bref (15 ans) une grande puissance industrielle, à un prix terrible. Pour accumuler les capitaux nécessaires, la société paysanne a été laminée avec des millions de morts[ii] et les résistances (très fortes) à l’intérieur du parti communiste ont été brisées définitivement par la grande terreur de 1937/38 .Personnellement , j’ai toujours eu la nausée à la pensée de ce que Staline a fait et de ce que sont devenus tous ceux qui entouraient Lénine.

Ø     le postalinisme de 1953 à 1991

la libération de plusieurs millions de prisonniers du goulag, l’exécution de Béria signent la fin de la terreur de masse , ce qui ne signifie pas du tout la fin du système . Tout débat sur les questions publiques reste tabou même si les soviétiques acquièrent une assez grande liberté dans leur vie privée . Cette dépolitisation prolongée, cette inhibition à échanger des arguments pèsent aujourd’hui très lourd : cela explique largement l’incapacité à construire un mouvement qui soit effectivement dans l’intérêt du peuple.

En même temps , le niveau de vie s’améliore sensiblement , le niveau d’éducation encore plus et justement cette génération cultivée , urbanisée , moins pauvre ne va plus supporter ce que supportaient leurs parents , paysans ou ouvriers juste sortis de la terre . Ce qui donne une tentative de réforme, la perestroïka . On ne développera pas sur son échec et ses raisons

Ø     le passage au capitalisme

il est venu de l’intérieur du système . ce sont les bureaucrates qui ont , devant la crise , choisi d’en sortir en privatisant, à leur avantage bien sûr ,ce qui était le bien commun des travailleurs , pour transformer leurs privilèges passés en fortunes oh combien considérables : les oligarques

Toutes les  grandes fortunes dans l’espace post soviétique viennent de ce vol opéré au tournant des années 90 avec la complicité plus qu’intéressée des multinationales occidentales appâtées par les énormes ressources naturelles

Le résultat a été un accroissement fantastique des inégalités par rapport à la période soviétique et la paupérisation de la plus grande partie de la population.

Poutine est l’homme qui a stabilisé cette mutation après le chaos des années Eltsine et il l’a fait au profit d’un clan d’oligarques , le sien , associé étroitement aux « services » 

Il est donc ridicule de qualifier Poutine comme celui qui voudrait rétablir la société soviétique alors que son clan a tout gagné à la destruction de cette société,et cela de manière très habile avec une apparence de pluralisme soigneusement contrôlé , mais infiniment plus efficace que le monolithisme brejnévien. 

2 ) à l’extérieur , une continuité

Ø     l’Union soviétique a porté le poids principal dans la guerre contre le nazisme , avec des pertes effroyables . Sans elle , cette guerre n’aurait pu être gagnée (en été 1944, après le débarquement , les ¾ des divisions allemandes sont à l’est) ; il convient de ne pas l’oublier , parce que c’est une composante essentielle de 1945, et cela non par le moindre amour pour Staline mais par respect élémentaire pour les peuples de l’Union soviétique d’alors.

Ø     le monde d’après 1945 a été un monde bipolaire , où une seule grande puissance ne pouvait seule faire la loi. le refus soviétique de se soumettre à l’hégémonie économique et commerciale des Usa (qui s’est très largement étendue à l’époque , notamment par la dislocation de l’Empire britannique ), a été une cause essentielle de la guerre froide . ce refus de Staline irritant beaucoup plus les intérêts américains que le fait qu’il soit un terrible despote.

Ø     cette situation a perduré pendant toute la guerre froide , la seconde puissance mondiale bloquant l’aspiration à la toute puissance de la première

Ø     après la dislocation de l’URSS , on a pu croire que l’on passait à un monde unipolaire où les USA (les Bush) pouvaient faire ce qu’ils voulaient et agresser qui ils voulaient. les dépenses militaires US atteignant 50 % des dépenses mondiales

Ø     l’échec de leurs expéditions aventureuses et la montée des pays émergents ont changé la donne : les Usa sont confrontés à un monde multipolaire où leur marge de manœuvre est réduite et c’est tant mieux ; et la Russie joue un role clé : seconde puissance nucléaire , membre permanent du conseil de sécurité , disposant de ressources naturelles considérables (qui placet l’Europe et singulièrement l’Allemagne en posture de dépendance énergétique )

 C’est cela que les Usa, et derrière eux leurs supplétifs européens ont en vue avec les grandes manœuvres en Ukraine: faire rentrer la Russie dans le rang , mettre la main sur ses ressources comme au bon temps , trop bref d’Eltsine.

Les motivations mises en avant (démocratie, lutte contre la corruption ) ne sont qu’habillage quand on sait combien les camps en présence pour le moment (Ianoukovitch contre Timochenko –Svoboda) sont bien peu reluisants l’un et l’autre.

 


[i] c’est gentil nationaliste , il y a des nationalistes basques , occitans, écossais , on peut contester leurs opinions , mais ce ne sont pas des monstres . On  suggère que les nationalistes ukrainiens sont de la même eau .Imposture

[ii] cette réalisation de l’ « accumulation primitive » en Angleterre puis en France s’était faite grâce à l’argent de la traite puis à une misère ouvrière effroyable au XIX siècle . les tenants du capitalisme qui pointent avec raison ce qu’a fait Staline l’oublient facilement

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.