JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 1 oct. 2014

FEMME POÈTE INSURGÉE : (2) des barbares et des policés

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre soirée s’est achevée sur la lecture de plusieurs poèmes de la Brésilienne catholique Cecília Meireles (1901-1964), publiée en français après sa mort par Seghers. Une voix qui parle du vent et des mouvements qui transportent les êtres. Sur la Toile quelques tentatives susbsistent pour traduire quelques-uns de ses vers les plus fameux, et rendre l’essentiel d’une poésie tournée vers les éléments du monde dont les raisons échappent à l’entendement, qu’il faudra enrober de mots et de mots pour tenter de retenir le flot de trop douloureuses effusions :

http://myriam.rubis.wenig.over-blog.com/article-traduction-de-poemes-de-cecilia-meireles-101518399.html

http://www.antoniomiranda.com.br/poesie_bresilienne/cecilia_meireles.html

FUTUR

 Il faut qu’il y ait enfin une heure claire

quand reposent les corps résignés sous les pierres

comme des masques enfouis dans le sol. 

Parmi les Racine, peut-être voit-on les yeux fermés,

comme jamais on ne peut voir sur terre,

aveuglés que nous sommes par tant de lumière.   

On demandera :  “ Mais c’était cela, ton silence ?”

On demandera :  “ Mais c’était ainsi, ton cœur ?”

Hélas, nous ne serons que d’inutiles images couchées dans l’argile, 

toutes pareillement solitaires, silencieuses,

la tête reposant sur le souvenir.

                                                              (Mar Absoluto)

 Terre mère

Mais auparavant dans la soirée nous avons voulu évoquer les poètes les plus novateurs possibles, et nous avons croisé quelques chants créoles de l’ex conseillère régionale du PS, Eugénie Rézaire, née en 1950, conservatrice de bibliothèque et présidente de l’association Léon Gontran Damas (1912-1978) : « Qui se souviendra du pays de Guyanne... victime de ses promesses et malade de son passé truqué » (Pirogue pour des temps à venir, Imprimerie Amandiers, 1987)

Cette écriture qui interpelle et ne laisse pas l’esprit en repos repose, à n’en pas douter, sur de nombreuses lectures, notamment anglophones, interrogeant le sort des oubliés et des sans droits ignorés de la chose publique.

À nos amis sensibles aux textes francophones, les copains et copines d’IDLE NO MORE fRAnce ont rappelé la nécessité minimale des publications bilingues pour ne surtout pas oublier la langue des origines, par opposition à celle, tout administrative et sociale, de l’occupant colonisateur depuis des siècles d’oppression et de relégation.

Jamais plus inactive

C’est que les pistes enflammées des marrons des Caraïbes, ont pour échos estompés les voix apaisées des peuples du Québec qui semblent leur répondent par des courants plus fluides et tranquilles, moins turbulents, moins insolents. Un chemin qu’avait auparavant ouvert Joséphine Bacon, née en 1947, elle-même récompensée pour son recueil Bâtons à message, publié à quatre main avec José Acquelin chez Mémoire d’encrier en 2010, dans la suite des dialogues poétiques au Québec.

« Quand une parole est offerte,
elle ne meurt jamais.
Ceux qui viendront
l’entendront.

Menutakuaki aimun,
apu nita nipumakak.
Tshika petamuat
nikan tshe takushiniht. »

— Joséphine Bacon : Le mur mitoyen, dans Bâtons à message/Tshissinuashitakana

À comparer avec les poétesses des Caraïbes, il apparaît d’évidence que la vie autarcique en réserve aura eu pu préserver d’une certaine manière la quasi quiétude qui ressort des habitants indigènes du Grand Nord. Alors que dans l’enfer policier des grandes villes, ou dans l’enfermement affolant des îles, c’est au contraire la mélancolie qui s’est imposée en mode d’expression presque permanente pour résister à la violence ambiante et exprimer l’aspiration à vivre malgré tout.

Chaque deux ans, au début septembre, se tient à Paris le festival Poètes autochtones. C’est à de pareilles occasions que les littératures des minorités peuvent faire connaître leurs conditions d’existence en interpellant radios, télévisions et universités...

On peut également remarquer que la reconnaissance de la poète innue Rita Mestokosho, née en 1967, par un Nobel comme Jean-Marie Gustave Le Clézio qui a préfacé ses œuvres, coïncide avec la mort d’Aimé Césaire en 2008. Rita Mestokosho pour sa part, confond sa parole avec la revendication de la relation à la terre-mère :

« Mais, c’est uniquement sous un feu de rocher
À l’abri d’un hiver froid et solitaire
Que j’ai entendu les battements de la terre
Et c’est là que j’ai appris à écouter. »

(Rita Mestokosho: Sous un feu de rocher,dans Née de la pluie et de la terre, édition Bruno Doucey, 2014, avec des photographies de Patricia Lefèvre.)

Nous pouvons nous faire une idée de ce qui se joue auprès des peuples autochtones dans Défis autochtones, qui présentent les positions et propos de Rita Mestokocho et de ses amis pour une culture innue libérée des accaparements de terre  http://urfolk.se/wp-content/uploads/2013/09/Rita-1.pdf

© TV5MONDE

"How I see life, grandmother - Eshi uapataman nukum - Comment je perçois la vie, grand-mère", éditions Beijbom Books, Suède, 2011

Insurgées

C’est du côté de l’exil, pourtant, qu’ABC’éditions a saisi l’écriture de deux femmes venues du Chili et installées en Espagne, que la traduction en français permettait de présenter à des lecteurs militants.

Avec Marichiweu ! Marlene Feeley, née en 1970 à Valparaiso, évoque la terrible condition de celles qui sont condamnées à travailler pour des salaires de misère aux fins de tenir leur foyer et donner si peu que ce soit à manger à leurs enfants. Dans une lettre émouvante au sous-commandant Marcos, elle dénonce le fait que

Rien à faire

Je ne peux tomber malade

pas même d’une grippe

sous peine de mettre à bas

toute l’économie de ma maisonnée

No hacer

No puedo caer presa de una gripe

Pueda ser que toda la economía de mi casa

se venga abajo

Il y a là toute la démesure de ces pouvoirs arrivés au nom de la gauche et qui appliquent les lois les plus scélérates de la dictature contre les peuples qui manifestent pour l'obtention de droit pourtant reconnus par la Constitution. Les Mapuches souffrent au Chili des mesures antiterroristes que Pinochet réservait à ses opposants politiques.

Quant à Silvia Cueva-Morales, née en 1962 à Santiago du Chili d’une famille ouvrière, et déjà publiée de longue date en anglais et en espagnol, elle manifeste une sorte de nostalgie d’un paradis perdu dans l’enfance d’avant le coup d’État pinochétiste et l’horreur qui en a suivi avec les discours lénifiants des églises et des nations asservies aux ordres capitalistes, ce qui aboutit à cette impression de dislocation :

© ABC'édtions

Mon corps – une carte

disséquée en

latitudes

altitudes

différentes attitudes

degrés...

Degrés de douleur

            d’amour ?..

 (Silvia Cuevas-Morales : Pienso, luego estorbo... / Je pense, donc j’oublie..., chez ABC’éditions, le 8 mars 2014)

Et les peuples dans tout ça ?

Pourquoi donc serait-ce chez les femmes seules que la douceur du corps s’opposerait à ce point aux aspérités criantes de nos sociétés avides de chairs humaines ? Nos cités peuvent retentir pourtant d’infinies douceurs qui la traversent quand, comme au fond des forêts, des montagnes et de la mer, le froid ou la chaleur retentissent en les amortissant des battements de cœurs où chacun de nous aura eu pu naître, vive et se préparer à mourir. Voilà des siècles maintenant que la traversée des mers et des océans est venue s’abîmer dans les rues des villes sonores, contre les façades de maisons lugubres aux portes fermées, aux fenêtres barrées d’aciers, pointant aujourd’hui leurs caméras de vigilance à tous les coins des rues où l’on consomme... quoi donc ?... La vie avalée. Les femmes en allées. Les enfants perdus sans foi ni loi.

Jean-Jacques M’µ

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat