JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 5 déc. 2014

Une plume combattante de plus devant la solidarité des peuples sans frontières

Arrivé en juillet 2013 sur le sol français, Makaila, un blogueur opposant tchadien de langue française, s'est vu consentir un droit d'asile qui, à peine passés les six premiers mois statutaires à la Maison du journalisme, ne l'aura en définitive épargné ni des souffrances de la rue, ni des errements très aléatoires de la diplomatie françafricaine des pays se réfugiant derrière des mesures administratives qui, depuis les accords de Schengen de 1985 et 1990, ferment de plus en plus frileusement (et cruellement !) leurs portes à tout ressortissant des peuples émergents qui luttent pour leur survie et leurs droits légitimes à disposer librement de leurs personnes et de leurs idées (articles 9 à 21 de la déclaration universelle des droits humains de 1948).

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Arrivé en juillet 2013 sur le sol français, Makaila, un blogueur opposant tchadien de langue française, s'est vu consentir un droit d'asile qui, à peine passés les six premiers mois statutaires à la Maison du journalisme, ne l'aura en définitive épargné ni des souffrances de la rue, ni des errements très aléatoires de la diplomatie françafricaine des pays se réfugiant derrière des mesures administratives qui, depuis les accords de Schengen de 1985 et 1990, ferment de plus en plus frileusement (et cruellement !) leurs portes à tout ressortissant des peuples émergents qui luttent pour leur survie et leurs droits légitimes à disposer librement de leurs personnes et de leurs idées (articles 9 à 21 de la déclaration universelle des droits humains de 1948).

Instabilité des recours

Les appuis écologistes de Makaila N'Guebla © 

http://lmiroir.com/?p=4030

On ne sait jamais la part de manipulation qui peut nous concerner lorsque les autorités accordent un droit sans explication aucune, ni motif autre que strictement administratif, exprimé en pure langue de bois. On ne sait jamais si on est suivi ou mis sur écoute, on ne sait jamais vraiment si notre interlocuteur (même s'il est un réel ami) ne pourrait pas constituer un danger potentiel. On ne sait jamais comment et pourquoi on partagerait telle information ni que faire de tel conseil ou tel avertissement. On ignore le pays d'accueil, soit !... mais on n'est déjà plus connu de son pays d'origine ou de ceux par lesquels on est passé. On ne sait jamais si l'on pourrait sans risque parler de manière authentique, en se cantonnant seulement à exprimer en rappel ou en incantation les grands principes républicains et démocratiques derrière lesquels se drapent avec de hautes inflexions nos administrés de quelque bord politique qu'ils se situent, car tout peut toujours être retenu contre nous quand on est un réfugié sous condition, sous condition de ne pas affecter l'ordre et la sécurité du territoire... et (surtout !) les sacro-saints accords (intouchables, inaliénables) entre les diverses puissances en jeu. L'expulsion soudaine de Makaila hors du Sénégal pourtant ami l'a dramatiquement prouvé. Ça laisse des séquelles. Des traumas. Ça rend craintif même devant les meilleures déclarations d'intention.

http://www.letchadanthropus-tribune.com/article-3047-756.html

Makaila a toutefois pu répondre en septembre 2013 à une audience de la Commission européenne de justice présidée par Eva Joly...

© 

Ce courage l’isole davantage encore.

Et Makaila connaîtra pendant de très nombreux mois l'expérience de la misère aux abois sous le froid parisien, la faim, l'insécurité, entre des nuits et des jours à la rue, soumis aux contrôles policiers, se soumettant aux secours que l'on dit populaires, hébergé d'urgence çà et là, parfois chez de vagues connaissances, parfois à l'Armée du Salut, dans des abris à plusieurs personnes aux faibles ressources. Makaila n'a que son ordinateur et la nécessité d'Internet pour alimenter le blog qui est devenu sa seule raison de vivre, de tenir encore vivant...

Le soutien d’ABC’éditions Ah Bienvenus Clandestins !

Une solution se profile, qui ne pourrait être lâchée sous peine de donner le dernier coup, fatal, inexorablement, à une tentative ultime de Makaila et de ses quelques amis pour sortir enfin une fois pour toutes de cette spirale infernale. Une solution quasi-militante, ou, en tout cas, d'empathie concrète avec un résistant du quotidien comme lui, contre les systèmes d'oppression que nous savons tous extrêmement bien reliés et relayés entre eux, au contraire, et très soudés, infiniment redoutables par leur célérité et leurs implacables méthodes d'écrasement des personnes entravées dans leurs libertés d'expression et de circulation.

La solution est un logement à loyer très bas qui lui est proposé par une association caritative. Mais si bas que soit ce loyer, il est toujours trop élevé pour quelqu'un qui ne dispose d'aucun revenu. Certes, les allocations du logement pourront par la suite faciliter la vie de Makaila sur place, mais, en attendant, la première étape, c'est l'accession à ce logement. Consultés en urgence, les membres du conseil d'administration ont accepté que la maison d'édition associative ABC’éditions se porte caution... Mais dans les prochains mois, il est à craindre que Makaila se trouve dans un étouffement financier intenable.

Deux solutions immédiates pour Makaila :

  • trouver, à partir de ce logement, un emploi, même pigiste, de journaliste (Médiapart, ReporTerre, Bastamag... à vous de répondre !)
  • tenir, tenir, tenir, en attendant cet emploi, et, pour tenir, eh bien, il ne reste plus que la solidarité !

ABC’éditions propose que chaque personne qui le peut/le veut participe à la hauteur de ses moyens à un minimum de ressources qui permettrait à Makaila de subvenir aux besoins essentiels : l'électricité, le chauffage, l'Internet, l'alimentation...

Voilà, la chose est dite.

Ici, le blog de Makaila : http://makaila.over-blog.com/

Ici, l'appel à solidarité de notre maison d'édition associative : http://www.abceditions.net/nos-actions/4-nos-actions/74-makailaplumeindependantemenacee

Chacun peut agir à sa modeste mesure.

Merci à vous.

Pour l'équipe entière d'ABC’éditions,

Jean-Jacques M’µ

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Variole du singe : « J’ai un ami qui l’a attrapée, ça m’a convaincu de me faire vacciner »
Selon les derniers chiffres, 25 000 personnes ont été vaccinées en France contre le Monkeypox. Une campagne jugée insuffisante par certaines associations. Le gouvernement s’en explique par les difficultés logistiques liées au stockage des doses. Reportage au Checkpoint, à Paris, qui a déjà vacciné un millier de personnes.
par Christophe Gueugneau

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra